3 qualités à développer par la méditation pleine conscience avec votre ado

Crédits photo : Pau­lo Sér­gio de Oli­vei­ra Rosa

Face à cer­taines situa­tions du quo­ti­dien, un ado­les­cent peut se sen­tir dému­ni. Des émo­tions néga­tives telles que l’an­goisse, l’an­xié­té, la peur para­ly­sante, le stress chro­nique, peuvent sur­ve­nir.
Ces émo­tions sont pro­vo­quées par une prise de conscience par l’a­do­les­cent qu’il appar­tient à un monde com­plexe qui le dépasse. Il ne pos­sède pas encore et n’a par­fois même pas idée de l’exis­tence d’outils à uti­li­ser ou d’habi­le­tés à acqué­rir, pour l’ai­der à sur­mon­ter des épreuves telles que l’in­jus­tice, la vio­lence aveugle, l’in­con­nu quel qu’il soit …
Mais aus­si, la sépa­ra­tion, la mort, les ten­sions fami­liales, les catas­trophes natu­relles relayées à outrance par les médias (etc.), élé­ments désta­bi­li­sants pour la construc­tion du jeune adulte en deve­nir.

Pra­ti­quer la médi­ta­tion pleine conscience avec votre ado­les­cent vous aide­ra à sur­mon­ter ces sen­ti­ments négatifs.

La médi­ta­tion vous per­met­tra de déve­lop­per trois qualités :

  • Le cou­rage,
  • La com­pas­sion,
  • La confiance.

Ce qui suit est tiré du livre d’Éline Snel : “Res­pi­rez : La médi­ta­tion pour les parents et les ado­les­cents

Éline Snel est aus­si très connue pour son livre “Calme et atten­tif comme une gre­nouille” , des­ti­né aux plus jeunes enfants. Sa méthode est déjà appli­quée par de nom­breux enseignants.

La méditation pleine conscience développe le courage

Il faut du cou­rage pour regar­der en face des situa­tions dif­fi­ciles et des émo­tions pénibles … et accep­ter que nous ne sommes pas des parents par­faits.
Ce cou­rage nous per­met de per­ce­voir sans juger, d’exa­mi­ner nos émo­tions et ce qu’elles pro­voquent au niveau de notre corps, puis d’ac­cep­ter ces émotions.

Pour votre ado aus­si, il n’est pas facile d’é­prou­ver, d’ex­plo­rer et de tolé­rer les sen­sa­tions cor­po­relles, d’où l’im­por­tance de pra­ti­quer la médi­ta­tion avec lui.
Un ado ignore la signi­fi­ca­tion d’un signal d’a­larme don­né par son corps, alors que quelques minutes d’at­ten­tion consciente suf­fisent pour prendre soin de soi.

Il faut du cou­rage pour :

  • sup­por­ter les émo­tions pénibles sans se mettre à crier,
  • s’in­ter­ro­ger sur son propre comportement,
  • res­pec­ter les sen­ti­ments de votre ado, com­mu­ni­quer sin­cè­re­ment et affir­mer des limites claires,
  • ne pas seule­ment inter­dire, mais sti­mu­ler la prise de conscience,
  • sup­por­ter les récri­mi­na­tions quand vous éta­blis­sez des limites.

La méditation pleine conscience développe la compassion

En édu­ca­tion, la com­pas­sion est l’art de gar­der un équi­libre entre l’ouver­ture d’es­prit et l’ouver­ture du cœur, afin de réagir avec sagesse à ce qui importe à son enfant et à soi-même.

En vous entrai­nant à modi­fier votre regard sur vous-même, à tolé­rer vos émo­tions, vos imper­fec­tions et celles des autres, vous consta­te­rez que votre enfant sui­vra votre exemple.
Vous ne pou­vez pas trai­ter votre ado avec res­pect si vous êtes sub­mer­gé par la honte et la culpa­bi­li­té, par rap­port à vos réac­tions trop tran­chées, voire agres­sives ou indif­fé­rentes envers lui.

Quand vous vous exer­cez à écou­ter, vous vous ren­dez compte que vos réac­tions sont rapides et changeantes.

Par­fois, la com­mu­ni­ca­tion se bloque, abou­tis­sant à une dis­pute, par exemple sur l’u­ti­li­sa­tion des tech­no­lo­gies numériques.

Si vous pou­vez attendre que la ten­sion s’a­paise, la réponse adé­quate pour­ra venir.
La plu­part des réac­tions agres­sives sont des réponses au sen­ti­ment d’être mena­cé. C’est ” lui contre moi ” . L’a­gres­si­vi­té conduit fina­le­ment à davan­tage d’a­gres­si­vi­té et de résis­tances de la part de votre enfant.

La médi­ta­tion pleine conscience vous donne le cou­rage de navi­guer mal­gré l’o­rage, ou de res­ter à quai jus­qu’à ce que la mer soit calme.

Une com­mu­ni­ca­tion sin­cère est impor­tante non seule­ment pour l’ins­tant pré­sent, mais elle consti­tue aus­si une base solide pour l’apti­tude à com­mu­ni­quer que votre ado­les­cent va développer.

En par­lant l’un avec l’autre de façon res­pec­tueuse et hon­nête et non ” face à face ” , vous pre­nez votre ado au sérieux et met­tez pro­vi­soi­re­ment entre paren­thèses vos ” réponses toutes faites ” .
Vous n’êtes pas ” celui qui sait tou­jours mieux ” . Deman­dez-vous si vos paroles aident ou blessent, et soyez prêt à écou­ter ce que vous pré­fè­re­riez ne pas entendre.

Votre ado a besoin de vous comme caisse de réso­nance pour pou­voir s’op­po­ser, pour sen­tir la valeur et l’ef­fet de ses propres vérités.

La confiance en soi de votre ado se déve­lop­pe­ra grâce à votre compassion :

  • il pour­ra dis­cu­ter avec vous et vous remettre en ques­tion,
  • il pour­ra expo­ser ses propres véri­tés et faire des choix dif­fé­rents de ceux que vous feriez,
  • il pour­ra être ” lui-même” .
  • il n’au­ra pas le sen­ti­ment de devoir gran­dir seule­ment en fonc­tion des valeurs et des normes des adultes qui l’entourent.

La méditation pleine conscience développe la confiance

La confiance est le sen­ti­ment fon­da­men­tal de sécu­ri­té fon­dé sur l’i­dée que les choses fini­ront par s’ar­ran­ger, même si pour le moment ce n’est pas le cas.

Il vous faut accep­ter vos diver­gences, sans cher­cher à les éli­mi­ner. Par­fois, votre ado refuse de vous aider ou d’être aimable, de vous rendre ser­vice sans rien rece­voir en échange.

Il faut lâcher le contrôle total et per­ma­nent, sans pour autant aban­don­ner le désir d’a­mé­lio­ra­tion. Ain­si, vous pou­vez gérer plus faci­le­ment les aléas du quotidien.

Votre enfant a besoin de temps pour gran­dir.
La patience n’est pas une ques­tion d’hor­loge, mais de moment adé­quat pour par­ler d’une problématique.

Votre ado a besoin de votre patience et de votre confiance. Quand l’é­du­ca­tion est ache­vée, la recherche de sa véri­table iden­ti­té se pour­suit. Vous avez la noble tâche d’accom­pa­gner ce pro­ces­sus, en fai­sant preuve de patience, de confiance et de lâcher-prise, tout en vous gar­dant de tou­jours tout résoudre.

L’é­du­ca­tion est un savou­reux mélange de modé­ra­tion, d’in­dul­gence et de fer­me­té.

La médi­ta­tion pleine conscience aide à être pré­sent, non pas en recher­chant le bon­heur, mais sim­ple­ment en l’é­prou­vant, à chaque moment, là où il se trouve.
Le bon­heur consiste en petits moments d’une grande sim­pli­ci­té durant les­quels on éprouve ce qui est essentiel.

Bien sûr, il ne dure pas, mais pré­ci­sé­ment pour cette rai­son, il importe de le vivre au moment où il se pré­sente. C’est bien plus sou­vent que nous ne le pensons.

La méditation à la maison avec ton ado

Cer­tains vous diront que la médi­ta­tion pleine conscience, ou ” mind­ful­ness” est juste une mode.
Mais je vois les choses autrement …

Quand mon ado s’est retrou­vé vers ses treize ans, en grande dif­fi­cul­té et para­ly­sé par l’an­goisse, je n’ai pas cher­ché à suivre la mode.
Pour­quoi ?

Je ne suis pas vrai­ment une “fashion addict” , et il deve­nait urgent pour sa san­té que mon enfant retrouve le som­meil et l’ap­pé­tit. L’é­qui­libre fami­lial était éga­le­ment mena­cé, il nous fal­lait prendre les choses en main ensemble, parents et enfants.
C’est donc son père qui l’a “pris en charge” en médi­tant avec lui.

Je les ai rejoint à l’aide des exer­cices audio pro­po­sés dans le CD accom­pa­gnant le livre d’Éline Snel : “Res­pi­rez : La médi­ta­tion pour les parents et les ado­les­cents”. Je vous raconte cela dans un pro­chain article.

Et vous, vous arrive-t-il de médi­ter, seul ou avec votre enfant, ou avez-vous envie de vous lan­cer ?
N’hé­si­tez pas à par­ta­ger vos expé­riences dans les com­men­taires ci-dessous.

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

2 Commentaires 

  1. Carole Levy

    Bon­jour Virginie,

    Je vous sou­haite beau­coup d’a­mé­lio­ra­tions dans votre vie grâce à la médi­ta­tion avec vos enfants.
    Quel âge ont-ils ?
    Et n’hé­si­tez pas à venir sur le blog pour nous racon­ter com­ment la mise en place de la médi­ta­tion pleine conscience s’est passée.

    Bien à vous,

    Carole.

    Répondre
  2. Virginie

    Bon­jour Carole !
    Mer­ci beau­coup pour ce par­tage ! Jus­te­ment, je suis en train de cher­cher des méthodes pour que mes fils se sentent mieux. En effet, 2 ans après une sépa­ra­tion vio­lente d’a­vec leur papa et 3 démé­na­ge­ments (entre leur père et moi) + la mise en place d’une garde alter­née, là, clai­re­ment, ils “lâchent” tout !
    Je vais me pro­cu­rer ces deux livres et me lan­cer à la médi­ta­tion avec eux. Je pra­tique déjà depuis quelques temps mais je ne sais pas trop com­ment ini­tier mes loulous.
    Mer­ci beau­coup de par­ta­ger avec nous tous ces excel­lents conseils.
    A bien­tôt de te lire.
    Virginie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest