3 qualités à développer par la méditation pleine conscience avec votre ado

Crédits photo : Pau­lo Sér­gio de Oli­vei­ra Rosa

Face à cer­taines situa­tions du quo­ti­dien, un ado­les­cent peut se sen­tir dému­ni. Des émo­tions néga­tives telles que l’an­goisse, l’an­xié­té, la peur para­ly­sante, le stress chro­nique, peuvent sur­ve­nir.
Ces émo­tions sont pro­vo­quées par une prise de conscience par l’a­do­les­cent qu’il appar­tient à un monde com­plexe qui le dépasse. Il ne pos­sède pas encore et n’a par­fois même pas idée de l’exis­tence d’outils à uti­li­ser ou d’habi­le­tés à acqué­rir, pour l’ai­der à sur­mon­ter des épreuves telles que l’in­jus­tice, la vio­lence aveugle, l’in­con­nu quel qu’il soit …
Mais aus­si, la sépa­ra­tion, la mort, les ten­sions fami­liales, les catas­trophes natu­relles relayées à outrance par les médias (etc.), élé­ments désta­bi­li­sants pour la construc­tion du jeune adulte en deve­nir.

Pra­ti­quer la médi­ta­tion pleine conscience avec votre ado­les­cent vous aide­ra à sur­mon­ter ces sen­ti­ments négatifs.

La médi­ta­tion vous per­met­tra de déve­lop­per trois qualités :

  • Le cou­rage,
  • La com­pas­sion,
  • La confiance.

Ce qui suit est tiré du livre d’Éline Snel : “Res­pi­rez : La médi­ta­tion pour les parents et les ado­les­cents

Éline Snel est aus­si très connue pour son livre “Calme et atten­tif comme une gre­nouille” , des­ti­né aux plus jeunes enfants. Sa méthode est déjà appli­quée par de nom­breux enseignants.

La méditation pleine conscience développe le courage

Il faut du cou­rage pour regar­der en face des situa­tions dif­fi­ciles et des émo­tions pénibles … et accep­ter que nous ne sommes pas des parents par­faits.
Ce cou­rage nous per­met de per­ce­voir sans juger, d’exa­mi­ner nos émo­tions et ce qu’elles pro­voquent au niveau de notre corps, puis d’ac­cep­ter ces émotions.

Pour votre ado aus­si, il n’est pas facile d’é­prou­ver, d’ex­plo­rer et de tolé­rer les sen­sa­tions cor­po­relles, d’où l’im­por­tance de pra­ti­quer la médi­ta­tion avec lui.
Un ado ignore la signi­fi­ca­tion d’un signal d’a­larme don­né par son corps, alors que quelques minutes d’at­ten­tion consciente suf­fisent pour prendre soin de soi.

Il faut du cou­rage pour :

  • sup­por­ter les émo­tions pénibles sans se mettre à crier,
  • s’in­ter­ro­ger sur son propre comportement,
  • res­pec­ter les sen­ti­ments de votre ado, com­mu­ni­quer sin­cè­re­ment et affir­mer des limites claires,
  • ne pas seule­ment inter­dire, mais sti­mu­ler la prise de conscience,
  • sup­por­ter les récri­mi­na­tions quand vous éta­blis­sez des limites.

La méditation pleine conscience développe la compassion

En édu­ca­tion, la com­pas­sion est l’art de gar­der un équi­libre entre l’ouver­ture d’es­prit et l’ouver­ture du cœur, afin de réagir avec sagesse à ce qui importe à son enfant et à soi-même.

En vous entrai­nant à modi­fier votre regard sur vous-même, à tolé­rer vos émo­tions, vos imper­fec­tions et celles des autres, vous consta­te­rez que votre enfant sui­vra votre exemple.
Vous ne pou­vez pas trai­ter votre ado avec res­pect si vous êtes sub­mer­gé par la honte et la culpa­bi­li­té, par rap­port à vos réac­tions trop tran­chées, voire agres­sives ou indif­fé­rentes envers lui.

Quand vous vous exer­cez à écou­ter, vous vous ren­dez compte que vos réac­tions sont rapides et changeantes.

Par­fois, la com­mu­ni­ca­tion se bloque, abou­tis­sant à une dis­pute, par exemple sur l’u­ti­li­sa­tion des tech­no­lo­gies numériques.

Si vous pou­vez attendre que la ten­sion s’a­paise, la réponse adé­quate pour­ra venir.
La plu­part des réac­tions agres­sives sont des réponses au sen­ti­ment d’être mena­cé. C’est ” lui contre moi ” . L’a­gres­si­vi­té conduit fina­le­ment à davan­tage d’a­gres­si­vi­té et de résis­tances de la part de votre enfant.

La médi­ta­tion pleine conscience vous donne le cou­rage de navi­guer mal­gré l’o­rage, ou de res­ter à quai jus­qu’à ce que la mer soit calme.

Une com­mu­ni­ca­tion sin­cère est impor­tante non seule­ment pour l’ins­tant pré­sent, mais elle consti­tue aus­si une base solide pour l’apti­tude à com­mu­ni­quer que votre ado­les­cent va développer.

En par­lant l’un avec l’autre de façon res­pec­tueuse et hon­nête et non ” face à face ” , vous pre­nez votre ado au sérieux et met­tez pro­vi­soi­re­ment entre paren­thèses vos ” réponses toutes faites ” .
Vous n’êtes pas ” celui qui sait tou­jours mieux ” . Deman­dez-vous si vos paroles aident ou blessent, et soyez prêt à écou­ter ce que vous pré­fè­re­riez ne pas entendre.

Votre ado a besoin de vous comme caisse de réso­nance pour pou­voir s’op­po­ser, pour sen­tir la valeur et l’ef­fet de ses propres vérités.

La confiance en soi de votre ado se déve­lop­pe­ra grâce à votre compassion :

  • il pour­ra dis­cu­ter avec vous et vous remettre en ques­tion,
  • il pour­ra expo­ser ses propres véri­tés et faire des choix dif­fé­rents de ceux que vous feriez,
  • il pour­ra être ” lui-même” .
  • il n’au­ra pas le sen­ti­ment de devoir gran­dir seule­ment en fonc­tion des valeurs et des normes des adultes qui l’entourent.

La méditation pleine conscience développe la confiance

La confiance est le sen­ti­ment fon­da­men­tal de sécu­ri­té fon­dé sur l’i­dée que les choses fini­ront par s’ar­ran­ger, même si pour le moment ce n’est pas le cas.

Il vous faut accep­ter vos diver­gences, sans cher­cher à les éli­mi­ner. Par­fois, votre ado refuse de vous aider ou d’être aimable, de vous rendre ser­vice sans rien rece­voir en échange.

Il faut lâcher le contrôle total et per­ma­nent, sans pour autant aban­don­ner le désir d’a­mé­lio­ra­tion. Ain­si, vous pou­vez gérer plus faci­le­ment les aléas du quotidien.

Votre enfant a besoin de temps pour gran­dir.
La patience n’est pas une ques­tion d’hor­loge, mais de moment adé­quat pour par­ler d’une problématique.

Votre ado a besoin de votre patience et de votre confiance. Quand l’é­du­ca­tion est ache­vée, la recherche de sa véri­table iden­ti­té se pour­suit. Vous avez la noble tâche d’accom­pa­gner ce pro­ces­sus, en fai­sant preuve de patience, de confiance et de lâcher-prise, tout en vous gar­dant de tou­jours tout résoudre.

L’é­du­ca­tion est un savou­reux mélange de modé­ra­tion, d’in­dul­gence et de fer­me­té.

La médi­ta­tion pleine conscience aide à être pré­sent, non pas en recher­chant le bon­heur, mais sim­ple­ment en l’é­prou­vant, à chaque moment, là où il se trouve.
Le bon­heur consiste en petits moments d’une grande sim­pli­ci­té durant les­quels on éprouve ce qui est essentiel.

Bien sûr, il ne dure pas, mais pré­ci­sé­ment pour cette rai­son, il importe de le vivre au moment où il se pré­sente. C’est bien plus sou­vent que nous ne le pensons.

La méditation à la maison avec ton ado

Cer­tains vous diront que la médi­ta­tion pleine conscience, ou ” mind­ful­ness” est juste une mode.
Mais je vois les choses autrement …

Quand mon ado s’est retrou­vé vers ses treize ans, en grande dif­fi­cul­té et para­ly­sé par l’an­goisse, je n’ai pas cher­ché à suivre la mode.
Pour­quoi ?

Je ne suis pas vrai­ment une “fashion addict” , et il deve­nait urgent pour sa san­té que mon enfant retrouve le som­meil et l’ap­pé­tit. L’é­qui­libre fami­lial était éga­le­ment mena­cé, il nous fal­lait prendre les choses en main ensemble, parents et enfants.
C’est donc son père qui l’a “pris en charge” en médi­tant avec lui.

Je les ai rejoint à l’aide des exer­cices audio pro­po­sés dans le CD accom­pa­gnant le livre d’Éline Snel : “Res­pi­rez : La médi­ta­tion pour les parents et les ado­les­cents”. Je vous raconte cela dans un pro­chain article.

Et vous, vous arrive-t-il de médi­ter, seul ou avec votre enfant, ou avez-vous envie de vous lan­cer ?
N’hé­si­tez pas à par­ta­ger vos expé­riences dans les com­men­taires ci-dessous.

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

2 Commentaires 

  1. Carole Levy

    Bon­jour Virginie,

    Je vous sou­haite beau­coup d’a­mé­lio­ra­tions dans votre vie grâce à la médi­ta­tion avec vos enfants.
    Quel âge ont-ils ?
    Et n’hé­si­tez pas à venir sur le blog pour nous racon­ter com­ment la mise en place de la médi­ta­tion pleine conscience s’est passée.

    Bien à vous,

    Carole.

    Répondre
  2. Virginie

    Bon­jour Carole !
    Mer­ci beau­coup pour ce par­tage ! Jus­te­ment, je suis en train de cher­cher des méthodes pour que mes fils se sentent mieux. En effet, 2 ans après une sépa­ra­tion vio­lente d’a­vec leur papa et 3 démé­na­ge­ments (entre leur père et moi) + la mise en place d’une garde alter­née, là, clai­re­ment, ils “lâchent” tout !
    Je vais me pro­cu­rer ces deux livres et me lan­cer à la médi­ta­tion avec eux. Je pra­tique déjà depuis quelques temps mais je ne sais pas trop com­ment ini­tier mes loulous.
    Mer­ci beau­coup de par­ta­ger avec nous tous ces excel­lents conseils.
    A bien­tôt de te lire.
    Virginie.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest