Chambre d’Ado Sale : 5 Étapes pour Surmonter le Chaos

Crédits photo : Dina Dee

Une chambre d’a­do sale et en bazar peut créer des ten­sions dans la rela­tion parents-enfants. Le désordre, pour ne pas dire le chaos, règne dans la chambre de votre grand enfant. Cette chambre d’a­do en désordre a le don de vous rendre (par­fois) malade. Pour­tant, c’est sa chambre, son sanc­tuaire, et vous vous trou­vez face à un dilemme : ” inter­ve­nir et cher­cher com­ment faire ran­ger sa chambre à votre ado” ou “lais­ser faire” ?

Évènement inter-blogueurs : “S’approprier et partager sa maison

Cet article par­ti­cipe à l’é­vè­ne­ment men­suel “Vers un monde meilleur”, sur le thème du mois : “S’ap­pro­prier et par­ta­ger sa mai­son”, pour lequel chaque par­ti­ci­pant pré­sente sa propre approche. Le thème du mois est pro­po­sé par Maï­lys, du blog “Opti­mise mon espace” , qui ouvre le bal avec son article “Vivre en couple, vivre en famille / famille recom­po­sée : CO-Habi­tants ?

Je vous pro­pose d’explo­rer ensemble la pro­blé­ma­tique de la chambre d’a­do sale, et d’y remé­dier avec des astuces de com­mu­ni­ca­tion et de rangement.

C’est “ma maison” versus c’est “ma chambre

C’est ma mai­son et tant que tu y vis et que je paye tout, tu dois faire comme je veux !”

Dire cela avec colère ne fait que rap­pe­ler à votre ado­les­cent qu’il ne dis­pose pas de moyens finan­ciers suf­fi­sants pour être auto­nome vis-à-vis de vous.

Rap­pe­lez-vous que :

  • Sa chambre est le pre­mier endroit où il se sent “chez lui” . A l’a­do­les­cence, votre enfant res­sent le besoin de se démar­quer par rap­port aux autres membres de la famille, et en par­ti­cu­lier par rap­port à ses parents. La chambre est le lieu idéal pour le faire, avec des pos­ters de son choix aux murs, la manière d’or­ga­ni­ser ses affaires, etc.
  • Il faut du temps à votre ado­les­cent pour appré­hen­der com­ment gérer l’es­pace dont il dis­pose, ce qui lui appar­tient, com­ment il veut amé­na­ger son envi­ron­ne­ment. Cet appren­tis­sage demande du temps, et peut-être de l’aide de votre part.
  • Le désordre dans la chambre de votre ado­les­cent n’est pas une attaque per­son­nelle à votre encontre.

Une chambre d’ado sale vous rend dingue

Votre ado­les­cent vit une période de grands bou­le­ver­se­ments phy­siques et psy­cho­lo­giques (voir article Com­ment réagir face aux émo­tions extrêmes de votre ado­les­cent). Ce désordre inté­rieur intense peut se trans­po­ser dans sa façon de ” gérer ” sa chambre.

Voi­ci un échange typique :

  • Je veux que tu ranges ta chambre, cela me tape sur les nerfs. Cela fait dix fois que je te le demande”.
  • Je n’ai pas le temps”.
  • Tu vis chez moi donc tu fais ce que je te dis”.
  • Pfff, je m’en fiche”.
    Cla­que­ment de porte.

Vous n’a­vez (presque) aucune garan­tie que votre ado­les­cent range sa chambre. Vous êtes entrés en conflit avec lui car vous n’a­vez pas la même vision des choses, à savoir l’impor­tance du ran­ge­ment.

Votre ado­les­cent éta­blit ses propres échelles de valeurs pour se dif­fé­ren­cier des adultes : “C’est impor­tant pour vous, ce n’est pas impor­tant pour moi” .

Réfléchissez à ce qui vous dérange le plus

Nous sommes tous dif­fé­rents. Dans la même fra­trie, des enfants éle­vés par des parents très stricts concer­nant l’ordre, vont à l’âge adulte soit repro­duire le même sys­tème de valeurs, soit se sen­tir mieux dans un appar­te­ment “encom­bré” et ne pas accor­der d’im­por­tance au ran­ge­ment. Cela dépend de tel­le­ment de para­mètres : le “carac­tère” , la “place dans la fra­trie” , les ” évè­ne­ments ” sur­ve­nus pen­dant l’en­fance, le conjoint, etc.

Donc, posez-vous d’a­bord cette ques­tion : “Que suis-je capable de sup­por­ter ?” .

Cer­tains parents sup­portent les vête­ments qui trainent par terre à condi­tion qu’ils soient propres. D’autres sou­haitent que les vête­ments soient dans les pla­cards même s’ils sont posés en vrac, tan­dis que d’autres exigent que les vête­ments soient pliés et ran­gés par cou­leur sur les éta­gères. Oui, c’est possible 😉

Je ne vous don­ne­rai donc pas ici de liste exhaus­tive de ce qu’il faut ” tolé­rer” ou pas, puisque c’est à vous de le déter­mi­ner, et d’en par­ler avec votre ado­les­cent, comme je vous l’ex­plique dans la suite de cet article.

Cepen­dant, il est évident qu’il fau­dra pla­cer le seuil de tolé­rance là où l’hy­giène la plus élé­men­taire est remise en cause, par exemple avec la nour­ri­ture moi­sie qui traine par­fois. Une chambre d’a­do sale, c’est dif­fé­rent d’une chambre mal rangée.

Par­lez-lui des mau­vaises odeurs et des risques de pro­li­fé­ra­tion de char­mantes bes­tioles telles que les cafards. Il suf­fit de taper “cafards dans la mai­son ” sur un moteur de recherche sur Inter­net pour lui mon­trer que c’est bien moins drôle que la série “Oggy et les cafards ” qu’il regar­dait quand il était plus jeune.

Cinq étapes pour résoudre le problème ensemble

Première étape : Invitez votre adolescent à donner son point de vue

  • Parent : “Alors, cela t’es égal que ta chambre ne soit pas ran­gée ?
  • Ado­les­cent : ” C’est ça, je ne suis pas un mor­du de l’ordre. J’ai mon propre sys­tème, je sais où sont toutes mes affaires. Et puis, je suis cen­sé mettre ça où ? Ma com­mode est pleine et mon pla­card aus­si”.

Vous voyez qu’en lui posant cette simple ques­tion, vous avez obte­nu beau­coup d’informations.

Deuxième étape : Exprimez votre point de vue

  • Parent : ” Si je com­prends bien, tu as besoin de plus de place et moi j’ai besoin de plus d’ordre : je n’aime pas voir ta chambre dans cet état”.
  • Ado­les­cent : “Alors, ne regarde pas, ferme ma porte”.
  • Parent : “Le pro­blème, c’est que l’o­deur des pelures de banane et de ton sand­wich au thon se répand dans toute la mai­son”.
  • Ado­les­cent : “Je ne sens rien “.

Vous avez expri­mé votre point de vue, et vous consta­tez qu’il ne le par­tage pas.

Troisième étape : Invitez votre ado à faire du “remue-méninges” avec vous

  • Parent : “Alors ce qui me casse les pieds ne t’en­nuie pas du tout. Il doit y avoir une solu­tion qui nous convien­drait à tous les deux “.
  • Ado­les­cent : “Je ne sais pas”.
  • Parent : “Il fau­drait y réflé­chir à deux et explo­rer les pos­si­bi­li­tés. Je prends une feuille et un sty­lo. Peut-être que l’on va trou­ver de nou­velles idées !”.

Il y a bien une feuille et un sty­lo qui trainent quelque part, n’ayez pas peur, lan­cez-vous

Quatrième étape : Écrivez toutes les idées – sensées ou insensées – sans les évaluer

  • Ado­les­cent : “Pince-toi le nez quand tu t’ap­proches de ma chambre, procure-moi mon propre fri­go”.
  • Parent : “N’ap­porte aucune nour­ri­ture dans ta chambre”.
  • Ado­les­cent : “Ins­talle plus de tablettes pour mettre mes affaires”.
  • Parent : ” Va voir au garage s’il y a des planches que tu pour­rais uti­li­ser. Fais de la place en don­nant ce dont tu ne te sers plus”.
  • Ado­les­cent : “Laisse-moi mettre mon équi­pe­ment de sport dans ton pla­card “.

Bon, là, cela com­mence à res­sem­bler à un échange fruc­tueux, une néces­si­té pour résoudre votre pro­blème de chambre d’a­do sale

Cinquième étape : Passez en revue votre liste d’idées. Choisissez celles sur lesquelles vous vous entendez et décidez ensemble comment les réaliser

  • Parent : “Je ne veux pas devoir me pin­cer le nez chaque fois que je m’ap­proche de ta chambre”.
  • Ado­les­cent : “Alors je vais jeter ce qui sent fort dans la pou­belle de la cui­sine”.
  • Parent : “Cela m’ai­de­rait beau­coup”.
  • Ado­les­cent : “Moi cela m’ai­de­rait si j’a­vais plus de place, dans ton pla­card par exemple”.
  • Parent : “Mon pla­card, impos­sible … Mais en ajou­tant une tablette dans ta chambre et en se débar­ras­sant de ce dont tu ne te sers plus, cela devrait te pro­cu­rer beau­coup plus d’es­pace”.
  • Ado­les­cent : “D’ac­cord, mais je pour­rais quand même avoir un pla­card sup­plé­men­taire ?
  • Parent : “On pour­rait en cher­cher un ce week-end, si tu crois en avoir besoin “.
  • Ado­les­cent : “J’en aurai besoin “.

Voi­là, des solu­tions appa­raissent, même s’il va vous fal­loir un peu d’huile de coude pour les réaliser 😉

Aider votre adolescent à s’organiser pour le rangement de sa chambre d’ado

Ne harcelez pas votre adolescent

Ne ramas­sez plus les affaires sales de votre ado­les­cent pour les mettre dans la machine à laver, en mau­gréant “J’en ai marre de m’oc­cu­per de tes affaires sales ! “. Pour l’ai­der à mettre en place des habi­tudes, il faut lui don­ner des rai­sons de le faire.

Si votre ado­les­cent ne met pas ses vête­ments dans le coffre à linge, il n’au­ra plus rien de propre à se mettre sur le dos à la fin de la semaine, ni de tenue de sport pour ses entrainements.

S’il ne trouve plus l’é­non­cé de son devoir de mathé­ma­tiques, ou s’il perd un temps pré­cieux à le retrou­ver, votre ado­les­cent consta­te­ra par lui-même les béné­fices induits par une chambre (mieux) rangée.

Lais­sez les choses sim­ple­ment prendre leur place en ne lui deman­dant qu’une chose à la fois.

Reconnaissez ce que votre adolescent fait vraiment

Votre ado­les­cent en fait cer­tai­ne­ment plus que ce que vous ne le réa­li­sez. C’est juste que vous rêve­riez qu’il en fasse plus, et c’est humain.

Dites-lui que :

  • cela vous aide quand il enlève ses livres de la table de la salle à man­ger, remer­ciez-le quand il vous aide à ran­ger les courses.
  • cela vous sou­lage quand il passe l’as­pi­ra­teur dans sa chambre avant l’ar­ri­vée de son pro­fes­seur par­ti­cu­lier d’allemand.
  • c’est une excel­lente ini­tia­tive d’a­voir net­toyé son bureau …

Enfin, faites-lui savoir avec humour et bonne humeur, qu’il est “libre” d’ai­der autant qu’il le désire.

Aidez votre adolescent à désencombrer sa chambre d’ado sale

La chambre de votre ado­les­cent est sa “mai­son”, son “uni­vers”. Cet uni­vers doit être conte­nu dans une seule pièce, alors que vous, parents, dis­po­sez de plu­sieurs pièces, même si cer­taines d’entre elles sont décla­rées com­munes. Lui par­ler de quelques astuces de ran­ge­ment de chambre d’a­do peut lui don­ner des idées.

Aider votre ado­les­cent à désen­com­brer sa chambre n’est pas for­cé­ment votre tasse de thé, mais cela lui faci­li­te­ra les choses par la suite.
Vous pou­vez res­ter à côté de lui en lui pro­po­sant des actions très simples, du style : “une pile pour tes affaires sco­laires, une pile pour tes des­sins, une pile pour ce qui doit retour­ner sur une éta­gère”.

Je pro­cède par­fois ain­si avec mon fils cadet. Cela l’aide à “s’y mettre “. En se ren­dant compte qu’a­près avoir ran­gé, c’est beau­coup plus agréable, il le fait tout seul plus facilement.

Foire aux vêtements

Dans les tiroirs et sur les éta­gères, de nom­breux vête­ments dont votre ado­les­cent n’a plus besoin attendent impa­tiem­ment une seconde vie. Votre ado­les­cent détes­te­ra pro­ba­ble­ment pas­ser en revue avec vous ses pla­cards : “Non mais fran­che­ment je n’ai pas envie là !”.

Insis­tez cepen­dant pour le faire ensemble. Ses vête­ments trop petits feront le bon­heur de son cou­sin Raphaël, de la fille de votre col­lègue Nadine, d’une asso­cia­tion cari­ta­tive, au lieu d’en­com­brer sa chambre. Il appren­dra ain­si à se sépa­rer de ses biens, pour deux bonnes causes : désen­com­brer et don­ner.

Faire le tri des jeux et jouets

Encou­ra­gez-le aus­si à faire le même tri pour les jouets et les jeux qu’il n’u­ti­lise plus ou qui ne l’in­té­ressent plus. Mais atten­tion, pas le même jour que pour le tri des vête­ments, il ne faut pas pous­ser quand même 😉 Il peut les don­ner, en sto­cker cer­tains à forte valeur sen­ti­men­tale au grenier.

Beau­coup de per­sonnes n’ont jamais appris à se sépa­rer de leurs affaires sans dou­leur. Comme elles “gardent tout” , quand vous allez chez elles, pas­ser d’une pièce à l’autre demande par­fois des com­pé­tences de contorsionniste.

Don­ner un autre objec­tif à ces objets qui ne servent plus peut aus­si être source de créa­ti­vi­té, comme le montre cette ini­tia­tive de “Give Box” , ou “cabane anti-gas­pillage “, dans le dépar­te­ment de l’Orne.

Proposez à votre adolescent d’organiser ses affaires selon leur utilisation et selon leur taille

Voi­ci quelques pro­po­si­tions pour orga­ni­ser une chambre d’a­do sale en fonc­tion de la taille des affaires :

Il y a quelques mois, j’ai ras­sem­blé les cartes Poké­mon épar­pillées dans tous les tiroirs et recoins, dans une seule boite. Avec le retour en sain­te­té de ces créa­tures décla­rées jusque là “pour les petits mais on les garde quand même” , depuis l’ap­pli­ca­tion Poke­mon Go, mon fils a appré­cié de retrou­ver faci­le­ment toutes ses “réfé­rences ” .

Placez une poubelle dans la chambre de votre adolescent

Si une pou­belle a trou­vé une place dans la chambre de votre ado­les­cent, celui-ci pour­ra bien faire l’ef­fort de trou­ver cette pou­belle et l’uti­li­ser 😉
Les ordures n’ont alors plus d’ex­cuses pour atter­rir par terre ou sous le mate­las. Elles pour­ront enfin se retrou­ver et se racon­ter les der­niers potins :

  • Ah ! Tu sais, moi, avant, je pas­sais trois semaines au fond de la housse de couette et j’a­vais droit aux hur­le­ments de la mère quand elle me retrou­vait”.
  • Tu m’en diras tant… Ma cou­sine a pas­sé six mois au fond d’un tiroir et on l’a accu­sée d’y être entrée toute seule”.

Si comme chez moi, deux ado­les­cents par­tagent la même chambre, il leur faut une pou­belle cha­cun, comme pour le lit, le bureau, la chaise.

Réfléchissez ensemble à un “calendrier” de nettoyage

Votre ado­les­cent doit être capable de pas­ser quelques minutes par semaine, ou par jour, selon votre “degré de tolé­rance au chaospour main­te­nir sa chambre en ordre, et faire du net­toyagede base “.

Vous pou­vez l’ai­der en créant un emploi du temps avec des “conseils” sur les tâches à faire.

Pen­sez à sim­pli­fier au maxi­mum. Par exemple, il n’y a plus de tapis dans la chambre de mes enfants, pour palier à une aller­gie explo­sive aux aca­riens. C’est tou­jours cela en moins à nettoyer 😉

Avec des conseils jour­na­liers comme ” faire son lit” , “mettre son linge au sale” , des conseils heb­do­ma­daires tels que “pas­ser l’as­pi­ra­teur” , vous pou­vez impri­mer cet emploi du temps et l’affi­cher à un endroit “visible”.

La valeur de l’exemple

Enfin, la manière la plus effi­cace d’en­sei­gner à votre ado­les­cent à faire face à ses res­pon­sa­bi­li­tés est de don­ner l’exemple.
Oui, il fut un temps, pas si loin­tain je l’a­voue, où j’é­tais la pre­mière à râler pour ran­ger et faire le ménage. Depuis que j’in­sère dans mon emploi du temps ces tâches, le plus natu­rel­le­ment pos­sible, et en expri­mant ma satis­fac­tion de béné­fi­cier d’un espace propre et mieux orga­ni­sé.

J’ai par­fois la sur­prise de voir mes ado­les­cents prendre les devants. Et c’est plu­tôt agréable 😉

Et vous, uti­li­sez-vous ces astuces, ou en avez-vous d’autres à par­ta­ger avec nous ?

Com­ment réagis­sez-vous face à une chambre d’a­do sale ?

N’hé­si­tez pas à nous le dire dans les com­men­taires ci-dessous.

Sources : Parler pour que les ados écoutent, écouter pour que les ados parlent

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

13 Commentaires 

  1. Marie-sophie

    Bon­jour Carole,

    Mer­ci pour les conseils .
    Je trouve que c’est pas évident avec mon fils de 18 ans, il me dit que je suis tou­jours sur son dos.
    C’est sur­tout dans les pièces de séjour que j’aime bien que ce soit ran­gé mais il m’ar­rive aus­si d’être dépas­sée et
    d’être un peu bordélique.

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Marie-Sophie,

      Mer­ci pour votre par­tage. En effet, il est impor­tant que chaque membre de la famille se sente bien dans la salle de séjour.
      Que votre ado de 18 ans vous dise que “Vous êtes tout le temps sur son dos” est naturel.
      Que vous expri­miez ce qui vous dérange est éga­le­ment naturel.

      A bien­tôt,

      Carole.

      Répondre
  2. Guillaume

    Bon­jour Carole,
    Mer­ci beau­coup pour cet article très riche en conseils concrets !
    Je par­tage une astuce qui marche bien chez moi : je mets en avant le res­pect que l’on doit à la per­sonne qui va faire le ménage (Quand c’est moi c’est ma com­pagne qui passe le mes­sage si besoin). Le res­pect envers les autres fait par­tie des “fon­da­men­taux” à la mai­son ; une chambre rai­son­na­ble­ment ran­gée et propre est présentée/vue comme une décli­nai­son de ce prin­cipe dans cet aspect particulier.

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Guillaume,

      Mer­ci pour ton astuce. Effec­ti­ve­ment, dans le dia­logue à ins­tau­rer avec son enfant, le res­sen­ti de l’autre doit être respecté.
      Après tout, sur notre lieu de tra­vail, nous ne jetons pas les déchets sur le sol sous pré­texte que quel­qu’un est payé pour faire le ménage 😉

      A bien­tôt sur le blog,

      Carole.

      Répondre
  3. Aurélie Superliposés

    Bon­jour Carole,
    mer­ci pour cet article plein de conseils pra­tiques pour évi­ter les crises qui ne sont que rare­ment construc­tives 😉 je pense que don­ner l’exemple et prendre des habi­tudes dès le plus jeune age sont déjà deux bonnes clés (et soyons hon­netes ce n’est pas si facile à dire qu’à faire!). Pour ma part, ce qui à chan­ger ma manière de gérer mon inté­rieur et mes pro­jets c’est le livre de Béa John­son, Zéro déchet. Une révé­la­tion pour moi ! Sinon quand les mots de adultes ne sont plus convain­cants on peut aller cher­cher sur You­tube, il y a plein de vidéos d’a­do qui donnent leurs astuces pour ran­ger leurs chambres, peut-etre qu’entre eux ils se com­prennent mieux 😉

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Aurélie,

      Mer­ci pour ton retour et pour ton par­tage sur le livre de Béa John­son. En effet, la (logique de) sur­con­som­ma­tion ne nous invite pas à la pra­tique “zéro déchet”. A adap­ter à son tem­pé­ra­ment cependant.

      A bien­tôt sur le bolg,

      Carole.

      Répondre
  4. DESPREAUX Corinne

    J’ai 2 ados à la maison;une fille de 16 ans et un gar­çon de 19 ans !
    C’est avec ma fille que c’est plus compliqué,elle fait le ménage depuis quelques années,mais il faut que je lui rap­pelle souvent.Elle a sa disposition,une poubelle,un grand placard,un bureau,des étagères…Mais mal­gré cela,c’est tou­jours en désordre dans sa chambre;sac,papiers,mouchoirs et vête­ments jetés!Et le placard,comment vous dire.…Un côté pour le scolaire,un autre pen­de­rie et un autre éta­gère et tiroirs,le rêve quoi!Pour moi à chaque fois que je l’ouvre c’est un cauchemar.…Les vête­ments propres et sales mélan­gés en boule,les cahiers,feuilles et manuels dans tous les sens,et la penderies,la moi­tié en vrac sur le sol.…
    J’ai essayé de par­ler de l’hygiène,des pro­blèmes d’allergies(acariens),j’ai fait avec elle,je l’ai lais­sé autonome,actuellement je fais la grève du repassage,bref,les solu­tions dont vous parlez,je les ai presque toutes testé!!!
    je suis un peu désespérée,et je vais révi­ser vos propositions,j’ai sur­ement raté quelque chose.…

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Corinne,

      Mer­ci pour votre témoignage.
      Peut-être pour­riez-vous faire le point avec votre fille, pour jus­te­ment par­ler des solu­tions que vous avez tes­tées et qui n’ont pas “fonc­tion­né” , en ten­tant de déter­mi­ner pourquoi.
      Car chaque enfant est unique et les solu­tions sont à adap­ter … Par exemple un coffre à linge sale dans sa chambre ?
      Les habi­tudes ont la peau dure, il faut en chan­ger petit à petit, tes­ter, ajus­ter, ne pas déses­pé­rer. Et une seule à la fois.
      Je suis assez fan de la visua­li­sa­tion écrite de ce que l’on s’en­gage à faire, du style pan­carte rigolote.

      Don­nez-nous des nouvelles …

      Carole.

      Répondre
      • Nadjma

        bon­jour Carole mes enfants se sont bien débrouillés et ils sont main­te­nant super autonome!!!

        Mer­ci!!!!!!!!!!!

        Répondre
        • Carole Levy

          Super !
          Bra­vo à à vos enfants !
          A bien­tôt sur Ado­les­cence Positive.

          Répondre
  5. Maïlys

    Mer­ci Carole pour cet article, c’est tou­jours un plai­sir de te voir dénouer des noeuds 😉
    Pour ce qui est du tri des jouets, (et autres affaires) un truc pas mal aus­si c’est de leur pro­po­ser une ses­sion vide-gre­nier, où les parents aus­si font leur tri (ben oui tant qu’à être parents autant être exem­plaire 😉 ) et sur­tout, la bonne nou­velle, c’est qu’en plus d’a­voir une acti­vi­té qui va les res­pon­sa­bi­li­ser, à la fin de cette jour­née, il repartent avec de l’argent plein les poches et une chambre désencombrée !

    Répondre
    • Carole Levy

      Mer­ci Maïlys,
      En effet, j’ai pra­ti­qué quelques années le “vide-gre­nier” avec mes enfants quand ils étaient plus jeunes. Ils étaient contents d’a­voir de l’argent de poche, mais ils n’é­taient pas trop moti­vés pour res­ter toute la jour­née sur le stand. Aujourd’­hui, nous avons tel­le­ment “désen­com­bré” qu’il n’y a plus suf­fi­sam­ment d’ob­jets pour faire un vide-grenier.
      A noter que cer­taines biblio­thèques muni­ci­pales orga­nisent régu­liè­re­ment main­te­nant des “trocs”. On dépose, on prend ce que l’on veut.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest