Et si votre adolescent introverti devenait “Elon Musk” ?

Crédits photo : Man­fred Antra­nias Zimmer

Est-il dif­fi­cile d’être un ado­les­cent intro­ver­ti dans un monde qui semble sou­vent « adap­té » à des per­sonnes extra­ver­ties ? On peut avoir cette impres­sion. Dans la cour du col­lège ou du lycée, il y a tou­jours quelques élèves iso­lés, qui par­fois par néces­si­té, essaient d’ou­blier les autres. Si aujourd’­hui, j’es­saie de me rap­pro­cher de ces enfants iso­lés, c’est pour mieux les comprendre.

Évènement inter-blogueurs : “Grandir en confiance

Cet article est ma contri­bu­tion au labo­ra­toire d’i­dées « Vers un monde meilleur », dont le thème du mois « Gran­dir en confiance » est pro­po­sé par Maga­li, du blog « Parents du 21e siècle ». Maga­li nous parle dans son article « Réus­site : don­nez des ailes à votre enfant ».

Dans son livre « La Force des dis­crets », l’au­teure Susan Cain explore le pou­voir des intro­ver­tis dans un monde trop bavard. Cet article est basé sur un extrait d’un entre­tien avec Susan Cain.

Un adolescent introverti est-il timide ?

L’intro­ver­sion et la timi­di­té sont deux choses dif­fé­rentes. La timi­di­té est plu­tôt la crainte du juge­ment. Un ado­les­cent intro­ver­ti peut être timide ou ne pas l’être. L’a­do­les­cent intro­ver­ti pré­fère les envi­ron­ne­ments plus tran­quilles, avec peu de sti­mu­la­tions exté­rieures.

Vus de l’ex­té­rieur, l’in­tro­ver­ti et le timide se res­semblent, mais leurs expé­riences inté­rieures sont dif­fé­rentes. Posez vous cette ques­tion : votre ado­les­cent refuse-t-il de répondre aux invi­ta­tions de ses cama­rades par peur des autres, ou parce que « ce n’est pas son truc » ?

Parents extravertis et adolescent introverti

Ici, le pro­verbe « Les chats ne font pas des chiens » ne s’ap­plique pas. Il arrive très sou­vent qu’un ado­les­cent intro­ver­ti ait des parents extra­ver­tis. Il est alors impor­tant que le parent extra­ver­ti essaye de com­prendre qu’être intro­ver­ti n’est pas un choix, mais une néces­si­té.

Le sys­tème ner­veux d’une per­sonne intro­ver­tie est dif­fé­rent de celui d’une per­sonne extra­ver­tie. À seule­ment quatre jours, les bébés réagissent dif­fé­rem­ment à la stimulation.

Le sys­tème ner­veux de l’intro­ver­ti est plus réac­tif à la sti­mu­la­tion. Dans un aéro­port, dans une soi­rée bon­dée, le sys­tème ner­veux de l’in­tro­ver­ti est sur­me­né, et envoie au corps une demande de repli « dans un endroit plus tran­quille » . Le sys­tème ner­veux d’une per­sonne extra­ver­tie réagit beau­coup moins. Une per­sonne extra­ver­tie peut même deve­nir ner­veuse si elle n’a pas reçu assez de sti­mu­la­tion.

Votre ado­les­cent se retrouve vite avec un agen­da sur­char­gé, entre les cours et les acti­vi­tés extra-sco­laires. Mais est-ce vrai­ment ce qu’il sou­haite ? Le mieux est de le lui deman­der et d’en dis­cu­ter. Sa « source d’éner­gie » est peut-être dif­fé­rente de la vôtre. Les extra­ver­tis sont deman­deurs de situa­tions sociales sti­mu­lantes, tan­dis que les intro­ver­tis sont par­fai­te­ment heu­reux de res­ter à la mai­son au lieu d’al­ler « faire la fête ».

Notre société semble préférer les extravertis

De nom­breux parents souffrent quand leur ado­les­cent se tient à l’é­cart, tan­dis que les autres jeunes sortent et semblent bien s’a­mu­ser ensemble. Ces parents ne com­prennent pas que leur enfant ne recherche pas l’é­mu­la­tion du groupe et sou­hai­te­raient qu’il change.

En ayant une dis­cus­sion ouverte avec votre enfant, vous pour­riez apprendre que « Pas­ser toute la jour­née avec ses cama­rades de classe lui suf­fit. Il a envie d’une rup­ture et d’être un peu tran­quille le reste du temps » . En par­lant avec votre ado­les­cent, vous le com­pren­drez. Ain­si, vous vous sen­ti­rez mieux, et vous libè­re­rez de cette tris­tesse de le voir seul.

Les compétences sociales sont-elles de la responsabilité des parents ?

Le rôle des parents est aus­si d’ai­der leurs enfants à acqué­rir ce que l’on nomme main­te­nant des « com­pé­tences sociales » , par exemple être à l’aise dans un entre­tien d’embauche, se faire des amis… Mais cela doit être fait en accep­tant et en res­pec­tant l’é­ven­tuelle nature intro­ver­tie de l’adolescent.

Plus votre ado­les­cent se sen­ti­ra auto­ri­sé à « être lui-même », mieux il se sen­ti­ra à cette fameuse soi­rée. Il se sen­ti­ra net­te­ment plus à l’aise lors de cet entre­tien d’embauche, car il se sen­ti­ra en phase avec ses valeurs et « bien dans sa peau ». Si votre enfant sent votre res­pect et votre com­pré­hen­sion, vous pour­rez défi­nir des « stra­té­gies » avec lui, qui seront adap­tées à sa per­son­na­li­té.

Astuces pour les parents d’adolescent introverti

Proposer de sourire

Le simple fait de sou­rire peut aider à avan­cer vers les autres. Cela montre que l’on est ouvert et en confiance, mais envoie éga­le­ment à son propre corps le mes­sage qu’il est « temps de détendre ».

Essayer de sou­rire quand on ne se sent pas à l’aise, puis recon­naitre ses réac­tions cor­po­relles quand on est déten­du per­met d’i­den­ti­fier ces sen­sa­tions. Repro­duire les pos­tures cor­po­relles « de situa­tion de détente » dans des situa­tions incon­for­tables, per­met alors d’ac­cé­der plus faci­le­ment à cette détente.

Ne pas critiquer

Évi­tez de dire à votre enfant, de manière agres­sive : « Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? » ou « Pour­quoi ne veux-tu jamais sor­tir ? ».

Vous pou­vez lui poser des ques­tions plus ouvertes comme : « Que dis-tu d’al­ler à cette soi­rée ? », ou « Qu’en pense-tu ? », de manière enjouée.

Proposer à votre enfant de sortir de sa zone de confort

Nous devons tous sor­tir de notre zone de confort à cer­tains moments, mais il est impor­tant de le faire à nos propres condi­tions et pour les bonnes rai­sons.

Un ado­les­cent peut connaitre des moments de timi­di­té et ne pas oser aller vers les autres. Sor­tir de sa zone de confort et sur­mon­ter sa peur est alors béné­fique pour lui.

Si en revanche, votre ado­les­cent passe par des moments pen­dant les­quels il a tout sim­ple­ment besoin de res­ter seul pour se régé­né­rer, lire, écrire, peindre, ou des­si­ner … c’est très bien pour lui.

L’adolescent introverti possède une force

Cer­tains ado­les­cents veulent à tout prix être « popu­laires », tan­dis que d’autres pré­fèrent s’é­loi­gner du groupe pour vivre selon leurs propres besoins, ne pas être « comme les autres ». Ils ne sont pas « dans le moule », et res­sentent une cer­taine insa­tis­fac­tion. De cette insa­tis­fac­tion peut naitre une moti­va­tion à agir, à créer, à se lan­cer des défis.

Si un ado­les­cent intro­ver­ti s’ac­cepte tel qu’il est, il se sen­ti­ra capable de se lan­cer dans des pro­jets qui le pas­sionnent, que cer­tains pour­ront tout sim­ple­ment trou­ver « dingue », mais qui au final tien­dront la route.

Et si votre ado­les­cent intro­ver­ti était l’Elon Musk de demain ?

N’hé­si­tez pas à par­ta­ger dans les com­men­taires votre expé­rience de parent d’en­fant intro­ver­ti, ou de votre propre vécu d’a­do­les­cent intro­ver­ti.

Commander le livre “La Force des discrets”

Pour aller plus loin :

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest