Donnez toutes ses chances à votre enfant dans ses apprentissages

Évènement inter-blogueurs : “Favoriser l’apprentissage de nos enfants

Cet article par­ti­cipe à l’é­vè­ne­ment men­suel du groupe de blo­gueurs “Vers un monde meilleur,” sur le thème du mois : “Favo­ri­ser l’ap­pren­tis­sage de nos enfants.” Chaque par­ti­ci­pant pré­sente sa propre approche par rap­port à ce thème pro­po­sé par Aude­line, du blog Man­ger sain pour bien gran­dir, qui ouvre le bal avec son article Les ali­ments qui boostent le cer­veau de votre enfant.

Favoriser l’apprentissage de votre enfant

Mon com­pa­gnon me dit sou­vent que je ne réa­lise pas “la chance” que nous avons que nos enfants aient des faci­li­tés d’ap­pren­tis­sage, qui font d’eux, du moins jus­qu’à pré­sent de “très bons élèves” .

Je lui répond alors qu’ils ont aus­si la chance :

  • d’a­voir fré­quen­té des écoles et des col­lèges dont l’équipe péda­go­gique est ouverte et bien­veillante.
  • d’a­voir un père péda­gogue et patient, qui suit leur appren­tis­sage sco­laire depuis le Cours Préparatoire.

Il a fait du “sou­tien sco­laire” son métier et sa pas­sion, et uti­lise ses méthodes avec nos enfants et avec ses élèves.

C’est donc lui qui, par son expé­rience “de ter­rain,” m’a four­ni la colonne ver­té­brale de cet article, ain­si que les réfé­rences que vous y décou­vri­rez. Vous pour­rez éga­le­ment décou­vrir son site Babi­lO­sa­piens,ain­si que l’inter­view qu’il a don­née pour expli­quer ses acti­vi­tés.

Aider votre enfant à créer sa propre organisation

De nom­breux pro­fes­seurs d’é­cole pri­maire engagent leurs élèves, dès le Cours Moyen pre­mière année, à pla­ni­fier leurs devoirs sur la semaine, ceci afin de les pré­pa­rer à l’en­trée au collège.

Cer­tains enfants sont rapi­de­ment auto­nomes dans leur orga­ni­sa­tion, d’autres ont besoin d’un coup de main, pour com­prendre ce besoin, typi­que­ment adulte, de s’y prendre à l’a­vance, d’anti­ci­per, alors que “C’est bon, j’ai le temps quand même !

S’or­ga­ni­ser afin de ne pas se sen­tir dépas­sé est néces­saire et indis­pen­sable.

En début de week-end, par exemple, votre ado peut faire une liste de ce qu’il veut faire, en défi­nis­sant ses prio­ri­tés : les devoirs pour lun­di, jouer avec son frère ou ses amis, sor­tir faire du vélo, aller au ciné­ma, faire des recherches sur Inter­net pour l’ex­po­sé d’an­glais de la semaine pro­chaine, etc.

Cela lui per­met­tra d’a­voir une vue d’en­semble de ce qui peut être “casé” ou pas, et cela est aus­si un entrai­ne­ment pour “gérer son temps.” Quand une tâche est réa­li­sée, votre ado peut la bar­rer ou la sur­li­gner.

Développer tous les types d’intelligence de votre enfant

En déve­lop­pant chez votre enfant des connais­sances simples sur des sujets aus­si nom­breux et variés que pos­sible, vous créez des points d’an­crage. Les points d’an­crage sont des idées, des mots clés sur les­quels l’appren­tis­sage va se construire.
Ain­si, les connais­sances et les appren­tis­sages, qu’ils néces­sitent des efforts ou pas, pour­ront s’ac­cro­cher plus faci­le­ment sur ces points d’ancrage.

Selon l’a­mé­ri­cain Howard Gard­ner, nous rece­vons à la nais­sance un “bou­quet” d’in­tel­li­gences, qui peuvent toutes être déve­lop­pés au cours de la vie. Il défi­nit huit types d’in­tel­li­gences :

  • Intel­li­gence ver­bale / lin­guis­tique.
  • Intel­li­gence musi­cale / ryth­mique.
  • Intel­li­gence cor­po­relle / kines­thé­sique.
  • Intel­li­gence visuelle / spa­tiale.
  • Intel­li­gence logique / mathé­ma­tique.
  • Intel­li­gence inter­per­son­nelle.
  • Intel­li­gence intra­per­son­nelle.
  • Intel­li­gence natu­ra­liste.

Si votre ado s’ap­puie sur ses intel­li­gences fortes pour pro­gres­ser dans des domaines où il se trouve en dif­fi­cul­té, il se sen­ti­ra mis en valeur, et gagne­ra ain­si confiance en lui.

Intelligence verbale / linguistique

Votre enfant pos­sède une “intel­li­gence ver­bale / lin­guis­tique” si :

  • il aime écou­ter des his­toires,
  • il aime écrire des his­toires,
  • il aime faire des jeux de mots,
  • il aime lire des livres, des revues.

Pour déve­lop­per son “intel­li­gence ver­bale / lin­guis­tique” , votre enfant peut recher­cher des points d’an­crage :

  • avec des idées clés, des mots clés,
  • en se posant des ques­tions,
  • en racon­tant une his­toire,
  • en fai­sant des ana­lo­gies avec un film, un docu­men­taire, une sor­tie, un voyage,
  • en créant une affiche qui sera col­lée au mur de sa chambre,
  • en résu­mant la leçon avec ses propres mots,
  • en créant des dia­logues met­tant en scène des être humains, des objets ou des animaux,
  • en écri­vant un poème sur la leçon,
  • en créant des slo­gans sur les points impor­tants de la leçon.

Intelligence musicale / rythmique

Votre enfant pos­sède une “intel­li­gence musi­cale / ryth­mique” si :

  • il aime écou­ter de la musique,
  • il sait chan­ter des chan­sons.

Pour déve­lop­per son “intel­li­gence musi­cale / ryth­mique” , votre enfant peut recher­cher des points d’an­crage :

  • en met­tant les élé­ments essen­tiels à rete­nir d’une leçon sous forme ryth­mée et/ou musi­cale : poème, chan­son, rap, etc.
  • en trou­vant des musiques ou des chan­sons en rap­port avec ce que l’on apprend.
  • en réci­tant sa leçon en chan­ton­nant, ou sur l’air d’une chan­son connue.

Intelligence corporelle/ kinesthésique

Votre enfant pos­sède une “intel­li­gence cor­po­relle / kines­thé­sique” si :

  • il aime faire des choses avec ses mains, comme des maquettes, des construc­tions en Lego ou en Kapla,
  • il aime faire du sport.

Pour déve­lop­per son “intel­li­gence cor­po­relle / kines­thé­sique” , votre enfant peut recher­cher des points d’an­crage :

  • en se met­tant en scène dans le cadre d’une “say­nète” ,
  • en “pen­sant avec les mains” pour expri­mer des concepts com­plexes, en réa­li­sant des maquettes, des col­lages ou autres assemblages,
  • en “mimant” une leçon,
  • en “fai­sant par­ler” des marion­nettes sur le sujet de la leçon.

Intelligence visuelle / spatiale

Votre enfant pos­sède une “intel­li­gence visuelle / spa­tiale” si :

  • il peut voir des images dans sa tête quand il ferme les yeux,
  • il aime faire un jeu sur une console,
  • il aime des­si­ner.

Pour déve­lop­per son “intel­li­gence visuelle / spa­tiale” , votre enfant peut recher­cher des points d’an­crage :

  • en visua­li­sant men­ta­le­ment des images fortes, colo­rées, avec beau­coup de mou­ve­ment, uti­li­sant les cinq sens,
  • en appre­nant avec de la cou­leur, pour sor­tir du morne “noir et blanc” , avec des outils simples tels que les sta­bi­los, des papiers de cou­leur, etc. ,
  • en des­si­nant une série de cro­quis pour expri­mer les points impor­tants d’une leçon,
  • en uti­li­sant des “médias artis­tiques” : crayons de cou­leur, décou­page, col­lage, pliage, etc. ,
  • en réa­li­sant des pos­ters de la leçon,
  • en regar­dant des films et des vidéos sur le sujet,
  • en conce­vant des publi­ci­tés, comme à la télé­vi­sion, pour pré­sen­ter la leçon.

Intelligence logique / mathématique

Votre enfant pos­sède une “intel­li­gence logique / mathé­ma­tique” si :

  • il aime les nombres, le cal­cul,
  • il aime ce qui est logique,
  • il aime faire des expé­riences scien­ti­fiques.

Pour déve­lop­per son “intel­li­gence logique / mathé­ma­tique” , votre enfant peut recher­cher des points d’an­crage :

  • en se posant des ques­tions, en tes­tant des hypo­thèses : “Et si… ? Et si tel per­son­nage his­to­rique n’a­vait pas exis­té ? ” .
  • en struc­tu­rant ses idées en fai­sant des listes, des répar­ti­tions en plu­sieurs colonnes, des orga­ni­grammes, des ” Qui ? Que ? Quoi ? Quand ? Pour­quoi ? ” .
  • en défi­nis­sant une hié­rar­chie dans les idées à rete­nir.
  • en trou­vant des sta­tis­tiques sur le sujet.
  • en créant des énigmes sur le sujet.

Intelligence interpersonnelle

Votre enfant pos­sède une “intel­li­gence inter­per­son­nelle” si :

  • il a au moins un ami,
  • il aime tra­vailler de temps en temps avec d’autres enfants.

Pour déve­lop­per son “intel­li­gence inter­per­son­nelle” , votre enfant peut recher­cher des points d’an­crage :

  • en favo­ri­sant l’appren­tis­sage à plu­sieurs,
  • en uti­li­sant des jeux,
  • en créant des simu­la­tions de type tri­bu­nal pour débattre d’un sujet, avec pour­quoi pas des cos­tumes et des acces­soires pour le juge, l’a­vo­cat, le pro­cu­reur, le jury,
  • en divi­sant le tra­vail entre plu­sieurs enfants : cha­cun apprend une par­tie de la leçon, puis l’explique aux autres,
  • en orga­ni­sant des dis­cus­sions sur le sujet étudié,
  • en fai­sant des inter­views ima­gi­naires d’un per­son­nage his­to­rique célèbre,
  • en tenant un jour­nal de bord col­lec­tif.

Intelligence intrapersonnelle

Votre enfant pos­sède une “intel­li­gence intra­per­son­nelle” si :

  • il aime avoir un endroit secret ou spé­cial où il aime bien aller quand il veut être tran­quille,
  • il aime par­fois tra­vailler seul.

Pour déve­lop­per son “intel­li­gence intra­per­son­nelle” , votre enfant peut recher­cher des points d’an­crage :

  • en s’a­mé­na­geant des moments de calme pour la réflexion per­son­nelle et le tra­vail indé­pen­dant,
  • en met­tant en place des acti­vi­tés pour se recen­trer, se concen­trer ou se relaxer,
  • en créant un envi­ron­ne­ment d’ap­pren­tis­sage émo­tion­nel­le­ment sûr, où il puisse expri­mer des réflexions per­son­nelles et des émo­tions sans avoir le sen­ti­ment que sa per­son­na­li­té est mise en dan­ger par des moque­ries ou des juge­ment de valeur de l’adulte,
  • en se fixant des objec­tifs clairs et réa­listes de ce qui doit être appris,
  • en pre­nant conscience des dif­fé­rentes stra­té­gies de pen­sées selon les cir­cons­tances : stra­té­gies de réso­lu­tion de pro­blèmes, de réflexion, de mémo­ri­sa­tion (voir mon article Quelle est la mémoire domi­nante de votre enfant : le test).

Intelligence naturaliste

Votre enfant pos­sède une “intel­li­gence natu­ra­liste” si :

  • il aime être dans la nature,
  • il aime col­lec­tion­ner des feuilles d’arbres, des coquillages ou d’autres objets de la nature,
  • il aime pas­ser du temps avec des ani­maux.

Pour déve­lop­per son “intel­li­gence natu­ra­liste” , votre enfant peut recher­cher des points d’an­crage :

  • en recher­chant dans ses leçons le lien avec la Nature,
  • en recher­chant des ana­lo­gies entre la leçon et des pro­ces­sus natu­rels tels que le fonc­tion­ne­ment du corps humain, le com­por­te­ment des ani­maux, etc.

Le mieux-être de votre enfant : détente et concentration

La musique pour mieux apprendre

Le choix de la musique dépend de l’ac­ti­vi­té. Une musique rapide et vive sti­mule, aide à faire des choses rapi­de­ment.
Une musique plus lente aide la créa­ti­vi­té, la mémo­ri­sa­tion, la révi­sion.

Apprendre à votre enfant des techniques de relaxation

La relaxa­tion, qui fait inter­ve­nir à la fois le phy­sique et le men­tal, a pour but de dimi­nuer les ten­sions, qu’elles soient phy­siques ou men­tales, et de créer ain­si un état de concen­tra­tion active, favo­ri­sant un appren­tis­sage de qua­li­té. Elle redonne aus­si de l’éner­gie et apprend à cana­li­ser ses émo­tions.

  • Relaxa­tion par mou­ve­ment concen­tré : tendre et détendre dou­ce­ment les muscles, en pre­nant bien conscience du mouvement.
  • Relaxa­tion par la res­pi­ra­tion abdo­mi­nale : per­met de retrou­ver un calme inté­rieur et de le conserver.
  • Relaxa­tion par la musique : à cou­pler avec une acti­vi­té calme.
  • Relaxa­tion par la pos­ture : une posi­tion droite natu­relle de la colonne ver­té­brale per­met d’ou­vrir la cage tho­ra­cique et de repla­cer les ver­tèbres cer­vi­cales dans l’axe de la colonne vertébrale.
  • Relaxa­tion par la visua­li­sa­tion : consiste à se tour­ner un “film inté­rieur” , soit inven­té par votre enfant lui-même, soit en écou­tant une per­sonne exté­rieure pro­po­ser des images.
  • Relaxa­tion par le man­da­la : le man­da­la n’est pas un colo­riage ordi­naire. Véri­table tra­vail de remise en har­mo­nie, il aide à cal­mer, équi­li­brer, recen­trer et uni­fier la per­sonne qui le réalise.

Quelques outils personnels utilisés à la maison

  • Orga­ni­sa­tion dans le temps et dans l’espace.
  • Médi­ta­tion basée sur la res­pi­ra­tion abdo­mi­nale ou sur la visua­li­sa­tion.
  • Mise à dis­po­si­tion d’une grande quan­ti­té de docu­men­taires.
  • Sor­ties heb­do­ma­daires à la biblio­thèque muni­ci­pale : on prend son temps, on feuillette les livres, et on amène à la mai­son une dizaine de livres pour la semaine.
  • Lec­ture à voix haute d’his­toires, puis de contes, tous les soirs avant de dor­mir jus­qu’à l’âge de douze ans.
  • Par­ti­ci­pa­tion à des “goû­ters phi­lo” orga­ni­sés par la mai­rie, ou impro­vi­sa­tion de “goû­ters phi­lo” à la mai­son.
  • Sor­ties cultu­relles variées, en par­ti­cu­lier pen­dant les vacances sco­laires, et achat de livres en rap­port avec la sortie.
  • Cours de théâtre en asso­cia­tion à l’ex­té­rieur, exer­cices d’im­pro­vi­sa­tion en famille à la maison.
  • Orga­ni­sa­tion de “fes­ti­vals” , de “pièces de théâtre” à la maison.
  • Dis­cus­sionséchanges, sur nos lec­tures, sur nos émo­tions.
  • Des­sins, colo­riage de man­da­las.
  • Inter­ro­ga­tions sur les leçons : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Pour­quoi ? Comment ?
  • Par­tage des pas­sions : celles de nos enfants (man­gas, rap, ima­gi­naire, jeux de carte, jeux de pla­teaux, etc.) et les nôtres (musique, pho­to­gra­phie, écri­ture, science-fic­tion, infor­ma­tique, jeux de rôle, etc.) (voir mon article Trans­mettre sa pas­sion de la musique à ses enfants).
  • Connais­sance du type de mémoire de nos enfants (voir mon article Quelle est la mémoire domi­nante de votre enfant : le test).
  • Lais­ser traî­ner en per­ma­nence, des livres, maga­zines, man­gas… pour sus­ci­ter leur curio­si­té.
  • Appli­ca­tions sur iPAD ou Android, Cartes men­tales, Quizz­let, Serious Games, mathen­poche, duo­lin­go… (sites d’ap­pren­tis­sage gra­tuits), code​.org
  • Logi­ciel “One­note” pour créer des leçons, s’en­re­gis­trer (audio & vidéo).
  • Sites inter­net (gra­tuits) d’apprentissages.

Sources

Livres

Sites internet

Pour finir, une cita­tion de Socrate :

L’édu­ca­tion est un pro­ces­sus de for­ma­tion par lequel l’é­lève forge ses propres pen­sées et les jus­ti­fie. L’é­du­ca­teur n’est qu’un entrai­neur. Par ses ques­tions, il fait en sorte que la pen­sée de l’é­lève se struc­ture par elle-même.

Socrate

Et vous quels sont vos outils pour favo­ri­ser l’ap­pren­tis­sage de vos enfants, ou ceux qui vous ont le plus réus­si ?
N’hé­si­tez pas à par­ta­ger dans les commentaires 🙂

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

8 Commentaires 

  1. Isa LISE

    Excellent article ! Très com­plet, bravo !

    Répondre
    • Carole Levy

      Mer­ci Isa LISE,
      A bien­tôt, sur Ado­les­cence Positive,
      Carole.

      Répondre
  2. Véronique

    Génial cet article éclai­rant ! Je me recon­nais dans trois types d’in­tel­li­gence dif­fé­rentes ( dont une que j’ai reven­di­quée très jeune mais qui n’a pas été enten­due et dont j’ai dou­té ou mini­mi­sé, par la suite). Celles de ma fille, 13 ans sont dif­fé­rentes. Cà me donne des idées pour l’ai­der avec ses outils, dif­fé­rents des miens. Je vais appro­fon­dir 🙂 merci

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Véronique,
      Si l’un de vos 3 types d’in­tel­li­gence n’a pas été recon­nu dans votre jeu­nesse, il n’est jamais trop tard.
      Il est vrai qu’il y a vingt ans et plus, on connais­sait moins les intel­li­gences dites multiples.
      En tes­tant ces outils avec votre enfant, vous déte­nez là un for­mi­dable méthode de déve­lop­pe­ment per­son­nel, j’en suis persuadée.
      A bientôt,
      Carole.

      Répondre
  3. Magali

    Mer­ci pour cet article, Carole ! 

    La pré­sen­ta­tion des dif­fé­rents types d’in­tel­li­gence est très claire, et je trouve vrai­ment utiles tous ces conseils pra­tiques pour aider son enfant à s’ap­puyer sur ses points forts, quelque soit la matière qu’il doit apprendre. 

    Je suis sur­prise de voir que ces formes d’in­tel­li­gences se recon­naissent et se cultivent très tôt : ma fille de 5 ans adore racon­ter, inven­ter des his­toires, jouer avec les mots… et je viens juste de faire le lien avec les his­toires que je lui lis tous les soirs, non dans le but de déve­lop­per son intel­li­gence, mais pour pas­ser un bon moment ensemble avant le dodo 😉

    Répondre
    • Carole Levy

      Mer­ci pour votre retour Magali.
      Lire une his­toire à son enfant avant qu’il ne s’en­dorme est un moment privilégié.
      Je lis par­fois dans la presse que cer­tains pensent que les intel­li­gences mul­tiples sont un “mythe” pour jus­ti­fier le décro­chage sco­laire. Mais je vois sur­tout en ces réflexions un moyen d’é­vi­ter de détrô­ner l’i­dée de l’in­tel­li­gence unique, axée autour de la logique et du verbal.
      Cela revien­drait à dire que les géra­niums suf­fisent ample­ment au fleu­ris­se­ment de nos balcons 😉 

      Répondre
  4. Carole Levy

    En effet, Blan­dine. Un ado ne doit pas se sen­tir “nul” parce que comme beau­coup de ses cama­rades, il ne sou­haite être ni archi­tecte, ni ingé­nieur, ni médecin 😉

    Répondre
  5. Blandine

    Prendre conscience qu’il existe de nom­breuses formes d’in­tel­li­gence et appli­quer les méthodes d’é­du­ca­tion en fonc­tion est cer­tai­ne­ment un des meilleurs moyens pour don­ner confiance aux enfants. Mer­ci pour cet article très complet.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest