fbpx

Même si le titre de cet article vous fait penser à la célèbre chanson de Alain Souchon sortie en 1978, qui est pourtant toujours à l’ordre du jour, j’ai choisi de vous parler aujourd’hui d’un livre très sérieux du Docteur Serge Marquis, On est foutu, on pense trop ! , que j’ai « dévoré » en moins de deux jours.

Oui, je sais, je mange trop 🙂

Serge Marquis est un médecin québécois, expert mondial de la gestion du stress et de la prévention des risques psycho-sociaux.

C’est mon mari que je dois remercier de m’avoir fait découvrir ce livre, car à bien des titres, cet ouvrage nous aide dans notre quotidien avec nos deux ados.

Ce livre nous propose des solutions pour nous libérer de « Pensouillard le hamster » , et nous guide, avec un style drôle et fin, dans l’aventure inattendue de la décroissance personnelle.

Qui est « Pensouillard le hamster » ?

« Pensouillard le hamster » est ce petit être dans notre tête qui rumine sans relâche et s’évertue à nous gâcher la vie. Face aux problèmes quotidiens, il nous fait souffrir et nous asservit.

Pourquoi avoir choisi un hamster ?
Le hamster est un petit rongeur capable en une fraction de seconde, de capter toute votre attention et de se mettre à courir dans sa roue, à vous en faire perdre la boule.

C’est parfois ce qui se passe lors de nos conversations avec nos ados.

Le hamster a de plus des sens très aiguisés :

  • Le toucher lui permet de s’orienter grâce à ses grandes moustaches. Ses pattes sont aussi très sensibles et lui permettent de saisir des objets.
  • L’ouïe: le hamster peut entendre les ultra-sons et sursauter au moindre bruit trop aigu. Il reconnaît les personnes à leur voix, et communique avec ses congénères par des sons à haute-fréquence, non perceptibles par l’oreille humaine.
  • L’odorat permet au hamster de reconnaître des personnes et notamment ses congénères.
  • La vue, moins développée que chez l’humain, permet cependant au hamster de s’adapter à l’obscurité, comme il vit la nuit. Il a donc un grand champ de vision, mais une faible perception des distances et des hauteurs, et n’a pas de notion du vide.

Quand « Pensouillard le hamster » entre en scène et dérape, il est urgent de se calmer les nerfs.
« Tout ce tapage mental, c’est le moi en pleine action » …page 29

Une seule solution pour cela : la décroissance personnelle.

La décroissance personnelle : petit traité et marche à suivre en trois étapes

Serge Marquis décrypte pour nous le passage de l’activité « mentale-ego » à l’activité « mentale-conscience », par :

  • des exercices,
  • une vision au ralenti de la décroissance personnelle,
  • des exemples : le joueur de foot, le concierge, la personne de 83 ans, l’auteur de ce livre 😉

Les trois étapes de la marche à suivre pour la décroissance personnelle sont :

  • Ecouter et reconnaître le bruit de « son » hamster.
  • Observer pour que l’ego cesse de fourrer son nez partout.
  • Apprendre à respirer par le nez.

Les péchés capitaux au ralenti et le processus d’identification, arrêter de se faire du cinéma

Des exemples-exercices :

  • Le voisin.
  • Dans une librairie.
  • Le médecin (ou tout autre métier).
  • Un petit pet de rien.

Du sexe et de la méditation

Oui, vous avez bien lu : il s’agit de sexe, ou plutôt de la différence entre l’amour « égoïque » et l’amour « véritable ».

Méditer, c’est s’adonner pendant au moins vingt minutes par jour à la décroissance personnelle.

Utiliser la décroissance personnelle de manière agréable

  • Utiliser ses sens pour décroitre : les yeux, les oreilles, l’odorat, le goût, le toucher.
  • Être « ce qui ne vieillit jamais » .
  • Faire un peu de ménage dans le moment présent.

Pour finir, une citation d’Albert Einstein :

« La vraie valeur d’un homme se détermine en examinant dans quelle mesure il est parvenu à se libérer du moi » .

Je pense que On est foutu, on pense trop ! peut vraiment vous plaire et vous débloquer dans certaines de vos impasses avec votre enfant.

Crédits photographiques : Peggy et Marco Lachmann-Anke, Gerd Altmann

Ressources :

Partages

Pin It on Pinterest

Partages