Ton ado fume du cannabis : comment vas-tu l’aider ?

Auteurs invités :

Maude Tilliez, rédac­trice de contenu

Crédits photo : Matt Smith

Cet article est écrit par Maude Tilliez, rédac­trice de conte­nu, dont l’une des nom­breuses com­pé­tences est le domaine de l’édu­ca­tion. Sa curio­si­té débor­dante et son sens de la com­mu­ni­ca­tion font d’elle une per­sonne très inté­res­sante, que je te laisse décou­vrir à tra­vers cet article.

Ton ado fume du can­na­bis et tu veux l’aider. Son humeur est chan­geante, ses yeux sont rouges et ses résul­tats sco­laires sont net­te­ment en baisse. La plu­part des parents ne savent pas com­ment faire quand leur enfant fume des joints et agissent en écou­tant leurs pul­sions : puni­tions, vio­lences ver­bales, ou même ignorance.

Tu peux aider ton enfant à prendre conscience de ses pro­blèmes de consom­ma­tion de haschisch par la péda­go­gie posi­tive. La com­mu­ni­ca­tion est ici au centre de la méthode. Elle a pour but de res­pon­sa­bi­li­ser ton ado sans créer des ten­sions per­ma­nentes à la mai­son. Découvre ici com­ment réagir quand ton ado fume des pétards, et des infor­ma­tions pour amé­lio­rer les rela­tions parents enfants.

Aider un ado qui fume du cannabis : 7 choses à ne pas faire et pourquoi

Les fausses bonnes méthodes pour empêcher un ado de fumer des joints

Les méthodes ….…qui ne fonc­tionnent géné­ra­le­ment pas. Pourquoi ?
Confis­quer des effets per­son­nels
(console de jeu, smart­phone, etc.).
Veux-tu l’enfermer dans son enfance et le contrôler ?
Igno­rer sa consommation.As-tu peur d’entrer en conflit ?
Fumer avec lui pour “maî­tri­ser” sa consommation.Atten­dais-tu qu’il com­mence à fumer pour te décul­pa­bi­li­ser de ta propre consommation ?
Le pri­ver de sor­ties et d’activités extra-scolaires.Veux-tu l’enfermer dans la solitude ? 
Lui faire pra­ti­quer des dépis­tages de drogues.Vou­lez-vous ne pas le rendre auto­nome et maître de ses choix ? 
Par­ler tout le temps de ses pro­blèmes de consom­ma­tion de cannabis.Pense-tu que ton ado n’est qu’un dro­gué qui ne mérite pas d’attention ?
Vider sur lui ta colère et ton inquiétude.Es-tu trop inquiet ou en colère pour te maîtriser ? 

Les points communs à toutes ces méthodes et pourquoi elles ne fonctionnent pas 

Les 7 méthodes “cou­rantes” que les parents uti­lisent pour aider leur ado­les­cent à arrê­ter de fumer des joints ne sont pas répu­tées pour leur effi­ca­ci­té. Elles ont toutes un point com­mun : c’est toi, l’adulte, qui for­mule les ques­tions et les réponses. L’ado semble au centre de ton propre pro­blème, alors que c’est de lui qu’il est ques­tion. Tu t’im­poses à lui comme s’il n’avait aucun libre arbitre, opi­nion ou capa­ci­té de déci­sion. Mais tu oublies que ton enfant est en pleine phase d’opposition et de construction. 

Si ton ado fume du can­na­bis, l’aider avec les méthodes décrites plus haut est un com­por­te­ment “nor­mal” d’un parent stres­sé. Sa consom­ma­tion te ren­voie des ques­tion­ne­ments sur ta capa­ci­té à être parent. Tu n’es pas par­fait, mais aujourd’hui, avec la paren­ta­li­té posi­tive, tu peux apprendre à le res­pon­sa­bi­li­ser et à gran­dir sans entrer dans des conflits fami­liaux durables.

Se renseigner sur l’usage du cannabis à l’adolescence

Tu te demandes si ton ado fume du can­na­bis, ou alors tu en es cer­tain. Tout parent devrait en savoir plus sur le haschisch avant d’envisager de le com­battre. Il y a de nom­breuses res­sources sur inter­net, comme cette bro­chure

Les risques associés à la consommation

Les risques sont nom­breux quand on fume du can­na­bis. On retrouve le bad trip, l’atteinte aux pou­mons et au coeur ain­si que la dan­ge­ro­si­té de conduire quand on est “ high ”.

Plus par­ti­cu­liè­re­ment à l’adolescence, fumer régu­liè­re­ment des joints peut avoir des consé­quences néfastes sur le plan psy­chia­trique. Le risque de déve­lop­per une schi­zo­phré­nie est mul­ti­plié par 3 !

Les autres troubles consé­cu­tifs à ces conduites addic­tives sont : dépres­sion, anxié­té, eupho­rie pas­sa­gère, bipo­la­ri­té, etc.

Les effets psychoactifs et physiques

Qu’est-ce-que ça fait de fumer un pétard ? Demande-toi ce que ton ado recherche : la sen­sa­tion de bien-être, de détente ou les effets tran­quilli­sants de la sub­stance ? Si tu ne le sais pas, le THC conte­nu dans le shit et l’herbe se fixe dans des récep­teurs pré­sents dans le cer­veau. Situés dans des zones qui contrôlent les émo­tions, la motri­ci­té, la mémoire, ils sont aus­si anal­gé­siques (dimi­nuent la dou­leur) et sem­blables aux anxio­ly­tiques (anti-dépres­seurs).

Les statistiques de la consommation de cannabis 

Ton ado fume du can­na­bis, mais il n’est pas le seul. Des son­dages révèlent que près de la moi­tié des jeunes de 17 ans ont déjà essayé, et que 8% sont des consom­ma­teurs régu­liers (= plus de 10 joints par mois). Connaître ces chiffres te montre que tu peux te rap­pro­cher d’autres parents dans le même cas.

Les motivations des ados qui fument des joints

Pour­quoi les ados fument-ils des pétards ? Tu peux trou­ver de nom­breux témoi­gnages sur inter­net.
Tu peux aus­si lire le livre de Maria Poplete : “ Can­na­bis : com­ment aider mon ado à s’en sor­tir ?

Fais parler ton adolescent à propos de cette drogue

La plu­part des parents culpa­bi­lisent leur ado, se mettent en colère et ces der­niers s’enferment dans le silence ou le déni. La com­mu­ni­ca­tion, clé de voûte de la lutte contre le can­na­bis chez les ados, est un tra­vail à faire ensemble.

Ses motivations

Ton ado fume du can­na­bis, sais-tu pour­quoi ? La pro­blé­ma­tique est que la plu­part des jeunes consom­ma­teurs ne le savent pas eux-mêmes. Il y a cepen­dant quelques rai­sons courantes : 

  • il veut être comme tout le monde : il fume pour s’intégrer à un groupe d’amis, pour un usage récréatif ; 
  • il veut se soi­gner d’un mal-être : la puber­té est une période dif­fi­cile pour les ados par­fois anxieux. Pro­blèmes d’identité, malaise phy­sique et psychique. 

Le faire par­ler sur ses moti­va­tions l’aide à ver­ba­li­ser son problème.

S’il ne sait pas t’ex­pli­quer, essaye des tour­nures de phrases dif­fé­rentes, prêche le faux pour connaître le vrai : 

  • Je pense que tu fumes pour faire comme tout le monde….
  • Tu fumes peut-être car tu te sens seul, que tu n’as pas trop d’amis, que tu as un cha­grin d’amour, que tu te sens mal dans ta peau…

⇒ Tu connais ton ado. Sois inventif !

Sa consommation

Ton ado fume-t-il occa­sion­nel­le­ment, régu­liè­re­ment ou quo­ti­dien­ne­ment ? La réponse à cette ques­tion est essen­tielle. Tu ne peux pas l’aider si tu ne sais pas dans quel stade de dépen­dance il se trouve. 

Ici encore, il n’est pas ques­tion d’être agres­sif avec lui, de lui tirer les vers du nez. Dis lui :
Je veux t’aider ” au lieu de “ Tu es irres­pon­sable, incons­cient. On ne sait pas ce que tu vas deve­nir. Tu vas lou­per ta vie, deve­nir une loque, etc. ”.

Ton ado fume du can­na­bis tous les jours et même avant d’aller en cours ? Les méthodes ne sont pas les mêmes que s’il fume seule­ment en soirée.

Sa connaissance du cannabis

Connaît-il vrai­ment les risques du shit ? Demande-lui clai­re­ment. Car si les élèves par­ti­cipent en classe de 4ème à un ate­lier de pré­ven­tion du can­na­bis au col­lège, leurs connais­sances sont très restreintes.

Informe ton ado et trouvez une solution ensemble 

Tu sais tout du can­na­bis, de la consom­ma­tion de ton ado­les­cent. C’est déjà un pro­grès par rap­port à la situa­tion ini­tiale. Il com­prend que tu t’in­té­resses à son pro­blème et à lui. Il est temps de pas­ser à l’action.

Les raisons de ne pas le punir 

Sur­tout, ne cèdes pas à la puni­tion, la colère, la vio­lence. Dire à un ado : “ Tu es un dro­gué, tu es nul ”, cela revient à l’enfermer dans un rôle dans lequel il pour­rait bien se complaire. 

La répres­sion anti-drogue ne fonc­tionne pas. La France est le pays qui a la légis­la­tion la plus répres­sive à l’encontre des consom­ma­teurs. Mais c’est aus­si celui où les ados com­mencent de plus en plus jeunes, et où les consom­ma­teurs régu­liers sont les plus nombreux.

Les bons réflexes pour l’informer

Pré­fère l’informer sur les risques de sa consom­ma­tion de “ beuh ” . Pour cette étape, il est très impor­tant de te faire accom­pa­gner. Soit d’une tierce per­sonne. Il peut être méde­cin, psy ou coach spor­tif par exemple. Si tu n’as per­sonne dans ton entou­rage ou que tu veux res­ter dis­cret, trouve une série de docu­men­taires spécialisés.

C’est essen­tiel que les mots ne viennent pas de toi. N’oublie pas que la volon­té et les argu­ments des parents sont sou­vent ceux qui ont le moins d’impact sur un ado rebelle ou en souffrance. 

Ensuite, dis lui de t’ex­pli­quer ce qu’il a com­pris, tou­jours dans le but qu’il ver­ba­lise pour inté­grer les notions.

La mise en place d’un “contrat” et de moments de parole

Ton ado fume du can­na­bis et il y a peu de chance qu’il arrête après avoir regar­dé 3 docu­men­taires et par­lé 5 minutes avec toi.

Essayer la paren­ta­li­té posi­tive, c’est s’ouvrir au dia­logue et à la res­pon­sa­bi­li­sa­tion. Tu peux sug­gé­rer de trou­ver un moment régu­lier pour par­ler ensemble, de ça mais aus­si d’autres choses. Ton ado­les­cent a besoin de sen­tir qu’il est aimé, appré­cié pour ce qu’il est et non jugé sim­ple­ment pour quelques-uns de ses actes. Tu es son pilier. Il n’est encore pas mature cérébralement.

Organise la suite 

Arri­vé à cette étape de la méthode de la paren­ta­li­té posi­tive pour aider un ado qui fume du can­na­bis, tu as déjà beau­coup tra­vaillé. Tu as ouvert la com­mu­ni­ca­tion et ton ado­les­cent se sent libre de prendre ses propres déci­sions. Cepen­dant, ne néglige pas ces der­nières étapes.

L’ouverture vers d’autres activités et d’autres habitudes

Ton ado fume du can­na­bis avec ses amis mais tu ne les appré­cies pas trop. Tu ne peux pas le for­cer à en chan­ger. Mais tu peux l’inviter à se décou­vrir par le biais de nou­velles acti­vi­tés et habitudes. 

Le week-end, tu peux ini­tier une nou­velle acti­vi­té en famille. Une pro­po­si­tion qu’il ne peut pas refu­ser et qui lui don­ne­ra une bonne rai­son de délais­ser de mau­vaises fré­quen­ta­tions. Il sou­haite peut-être essayer un nou­veau sport, ou jouer de la musique. Le soir, plu­tôt que de regar­der la télé­vi­sion cha­cun de votre côté, vous pou­vez orga­ni­ser une soi­rée jeu une fois par semaine.

La voie du développement personnel

Pour vaincre le haschich et les maux que l’adolescent cherche à dis­si­mu­ler, per­met-lui de se com­prendre. S’il appré­cie lire, tu peux lui offrir un ouvrage de déve­lop­pe­ment per­son­nel. La com­mu­nau­té scien­ti­fique montre aujourd’hui que plus on com­mence tôt à tra­vailler sur soi, plus les résul­tats sont rapides à obte­nir. Livres de médi­ta­tion, guides réser­vés aux ados : la biblio­gra­phie est conséquente.

L’accompagnement psychologique

Ton ado fume du can­na­bis et tu n’arrives pas à appli­quer ces méthodes de péda­go­gie posi­tive ? Tes efforts sont vains et ton ado n’arrive pas à s’assumer et se prendre en main ? N’hésite pas à consul­ter tout de suite un méde­cin sur­tout s’il a des conduites à risques. Quand la situa­tion t’é­chappe et que tu te heurtes à ton impuis­sance, il n’y a pas de honte à se faire accom­pa­gner car les ado­les­cents sont fragiles. 

Un addic­to­logue, un méde­cin géné­ra­liste ou un psy­chiatre peuvent vous aider.

Cré­dits de l’ar­ticle : Maude Thil­liez.

Si tu as aimé cet article, n’hé­site pas à t’abonner 🙂

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest