Votre adolescent vole (de l’argent) | 4 choses à faire

Crédits photo : Puur­chan­tal

Votre enfant ou votre ado­les­cent vole de l’argent dans votre por­te­feuille, sub­ti­lise du maté­riel sco­laire, cha­parde dans les maga­sins, etc.
Il faut savoir que même si l’objet du vol n’a pas une grande valeur, il engendre la honte, la gêne et la culpa­bi­li­té, aus­si bien chez l’a­do­les­cent que chez ses parents.

Cet article vous pro­pose des pistes pour réagir quand votre ado­les­cent vole, en quatre étapes :

  • Consta­ter le vol.
  • Lui expli­quer les consé­quences du vol.
  • Lui deman­der pour­quoi il vole.
  • Évi­ter qu’il recommence.

Constater que votre adolescent vole (de l’argent)

Rester calme et cohérent

Ne réagis­sez pas de manière exa­gé­rée, oui, je sais, c’est facile à dire !
Le monde n’est pas (encore) sur le point de s’écrouler. Voler est une erreur que votre enfant a com­mise.
Quand un ado­les­cent « vole » de l’argent ou d’autres objets, il n’est pas néces­sai­re­ment un « cri­mi­nel » ou des­ti­né à le deve­nir.
La cohé­rence du dis­cours des deux parents est indis­pen­sable : ils sont d’ac­cord tous les deux pour dire que « voler est grave » .

Ne pas le prendre personnellement

Si le fait que votre ado­les­cent vole (de l’argent) évoque des épi­sodes de votre propre his­toire, ces épi­sodes ne sont pas for­cé­ment liés à celle de votre adolescent.

Lui dire simplement ce que vous savez

Sans ren­trer dans une « démarche poli­cière » humi­liante, du style « Alors, tu dois avouer main­te­nant » , dites-lui sim­ple­ment, ce que vous savez. Vous devez lui faire com­prendre que vous n’êtes pas dupe « Je sais d’où vient l’objet que j’ai vu dans ton sac à dos ».

Pour cou­vrir son vol, l’enfant est par­fois ame­né à men­tir, même s’il est pris la main dans le sac. Cela est très per­tur­bant pour les parents.

Lui expliquer les conséquences d’un vol

La loi : propriété et règles pour vivre ensemble

Il est essen­tiel de bien expli­quer la notion de pro­prié­té : tout n’ap­par­tient pas à tout le monde. Il existe des règles pour vivre ensemble, et voler est interdit.

Votre ado­les­cent n’est pas « mau­vais » , c’est « voler » qui est « mal ».

Ne sous-esti­mez pas l’im­por­tance de la situa­tion ou ne le pro­té­gez pas en lui fai­sant croire qu’il n’est pas mal de voler si l’on ne se fait pas « attra­per » .

Voler est un délit puni par la loi, qui peut conduire en pri­son ou à devoir régler une très forte amende.

Uti­li­sez les termes juri­diques pour expli­quer le temps d’in­car­cé­ra­tion dont on peut éco­per en com­met­tant un délit (voler le télé­phone por­table de quel­qu’un en son absence) ou un crime (voler l’argent de quel­qu’un en le mena­çant physiquement).

Lui faire prendre ses responsabilités face au vol

Au lieu de le « punir » votre ado­les­cent en le pri­vant d’un objet sans lien avec son acte, ce qui ne ferait qu’augmenter sa colère et son res­sen­ti­ment, et endi­gue­rait sa volon­té de coopé­rer, ame­nez-le à « répa­rer », par exemple en :

  • ren­dant l’objet volé, même si c’est très désa­gréable, quitte à l’accompagner pour le soutenir.
  • s’excusant et en s’engageant à ne plus recom­men­cer, oui c’est « trop la honte ».
  • ren­dant des ser­vices à la per­sonne volée (petits bri­co­lage, aides ponc­tuelles, etc.).
  • tra­vaillant pour rem­bour­ser l’argent. Le vol doit avoir un coût réel pour lui, sur­tout si vous devez rem­bour­ser l’objet volé.

Demander à votre adolescent pourquoi il a ressenti le besoin de voler

Même si votre ado­les­cent aura ten­dance à vous répondre dans un pre­mier temps « Je ne sais pas », il est impor­tant d’identifier la cause de son acte, pour l’aider à l’empêcher de recommencer.

Voi­ci quelques pistes :

  • Il ne peut pas se contrô­ler.
  • Ses besoins fon­da­men­taux ne sont pas satis­faits ou ont aug­men­té. Les besoins per­son­nels sont sub­jec­tifs. Même si un parent peut croire qu’un enfant ne devrait pas pos­sé­der quelque chose, cet objet peut repré­sen­ter un besoin réel pour l’en­fant, par exemple de l’argent de poche.
  • Il a besoin de plus d’at­ten­tion (vols de conso­la­tion, vols pour faire des cadeaux).
  • Votre ado­les­cent sou­haite contrô­ler sa vie, il n’aime pas se sen­tir dépendant.
  • Il subit la pres­sion de ses cama­rades, voler est la condi­tion pour faire par­tie du groupe (besoin d’être aimé).
  • C’est une ques­tion de « stan­ding ».
  • Votre ado est « obli­gé » de le faire (racket) . Il n’est pas fier et a peur.
  • Il veut s’acheter quelque chose pour laquelle vous n’êtes pas d’accord (can­na­bis, alcool) ou qui le mettent mal à l’aise (moyens de contra­cep­tion, tests de grossesse).
  • Votre ado­les­cent veut savoir si vous tenez à lui, si vous allez le rejeter.
  • Il cherche à repous­ser les limites, et à voir com­ment il pour­ra s’en sortir.

Éviter que votre adolescent recommence

Même si la situa­tion est dou­lou­reuse pour vous, il est impor­tant de vous rap­pe­ler pour­quoi cela est arri­vé et mettre en avant des habi­tudes, sur le long terme, pour aider votre ado­les­cent à ne pas recom­men­cer.

Voi­ci quelques pistes :

  • Éli­mi­ner les ten­ta­tions : ne lais­sez pas votre argent à un endroit où il peut le trou­ver facilement.
  • Oublier l’in­ci­dent, et par­don­ner. Ne per­ce­vez pas votre enfant comme un « voleur », ne lui rap­pe­ler pas sans cesse le vol.
  • Favo­ri­ser un cli­mat de confiance. S’il ne recom­mence pas à voler, il n’y a aucune rai­son de ne pas conti­nuer à lui faire confiance.
  • Être un modèle d’honnêteté, en lui mon­trant que vous res­pec­tez la pro­prié­té de vos voi­sins par exemple.
  • Lui ensei­gner l’art de l’attente. Avant un (gros) achat, il faut se deman­der s’il est rai­son­nable et cohé­rent. Ce moment de réflexion est « nor­mal » et doit deve­nir une habitude.
  • Lui offrir d’autres sources de reve­nus ou l’aider à en obte­nir (tra­vail à temps par­tiel, petits tra­vaux dans le voisinage).
  • L’amener à s’in­té­res­ser à des acti­vi­tés moins maté­ria­listes, par exemple amé­lio­rer ses capa­ci­tés et son esprit d’équipe dans la pra­tique d’un sport en club.
  • Pas­ser du temps de qua­li­té avec votre ado­les­cent, par exemple en l’accompagnant à un concert. Dis­cu­ter avec lui des sujets qui peuvent l’inquiéter, comme la sexualité.
  • Dis­cu­ter avec un conseiller fami­lial ou un thé­ra­peute si votre ado­les­cent conti­nue de voler. Par sa non-impli­ca­tion affec­tive, le « psy » appré­cie­ra plus jus­te­ment les moti­va­tions de votre ado­les­cent à voler. Il pour­ra lui appor­ter une aide rapide et effi­cace et sau­ra vous conseiller.

Conseils complémentaires

  • Évi­ter de faire croire à votre ado­les­cent que l’argent est facile à gagner ou à dépenser.
  • Dire clai­re­ment qu’on ne peut pas, dans la vie, avoir tout ce qui nous fait envie, même quand on est adulte.
  • Ne pas pla­cer l’argent au centre de tout.
  • Lui apprendre à sup­por­ter la frus­tra­tion.
  • Lui mon­trer que l’argent per­met aus­si le par­tage.

Et vous, auriez-vous d’autres conseils à nous don­ner, qu’ils soient « du vécu » ou pas 😉 ?

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

26 Commentaires 

  1. siani

    Bon­jour,

    Ma soeur ne fais que voler et nous ne savons plus quoi faire. Elle à com­men­cer quand elle était petite (11−12 ans) à voler de la nour­ri­ture même celle dont elle est aller­giques. Ensuite en gran­dis­sant sa été de l’argent, du tabac, et main­te­nant des numé­ros de carte ban­caire pour s’a­che­ter des pro­duits chers. Ma mère a tou­jours agie cor­rec­te­ment face a son pro­blème ( parce que oui main­te­nant je pense que c’est réel­le­ment un pro­blème) Elle la punie, écou­té, conseiller et par­don­ner. On na jamais man­qué de rien et il n’y a jamais eu de pré­fé­rences entre mes frères et soeurs. Aujourd’­hui elle a 17 ans et bien­tôt majeur et pour­tant sa conti­nue alors que sa c’é­tait arrê­ter. Aujourd’­hui s’est actes rendent tristes tout le monde sur­tout qu’elle fait ses actes même pen­dant des moments très dif­fi­ciles. Nous ne savons plus quoi faire et j’ai­me­rais trou­ver une solu­tion pour apai­ser ma mère ain­si que ma soeur.

    Mer­ci de vos réponses.

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour,
      Les pro­blèmes aux­quels vous faites réfé­rence sont anciens et chro­niques. Si votre mère et votre famille en géné­ral a fait son pos­sible, cela reste très dif­fi­cile à déblo­quer sans l’aide d’un professionnel.
      Votre soeur pour­rait expri­mer ses propres per­cep­tions de la situa­tion avec un psy­cho­logue, si elle ne l’a pas déjà fait. Je pense aus­si qu’une thé­ra­pie fami­liale pour­rait vous aider, pour com­prendre votre fonc­tion­ne­ment fami­lial et trou­ver des solu­tions adap­tées. Dans ces thé­ra­pies, cha­cun exprime son res­sen­ti le but étant de ne pas juger l’autre, mais de com­prendre ce qui se passe réel­le­ment, ce qu’il y a der­rière les faits.
      En tout état de cause, je ne crois pas que vous puis­siez por­ter sur vos épaules seule tout ces problèmes.
      Bien à vous,
      Carole.

      Répondre
  2. virginie

    Bon­jour, j’ai 4 enfants de 16 ans à 5 ans.
    Depuis plu­sieurs semaines de l’argent dis­pa­raît de mon sac. 50 €, 2×50 €, 65 €…
    J’ai donc arrê­té de gar­der les espèces dans mon sac et je les garde direc­te­ment sur moi dans les poches de mon pan­ta­lon ou de mon gilet.
    J’ai fait très atten­tion pen­dant plu­sieurs jours mais avec les fêtes, les week-ends, j’ai chan­gé de vête­ments sans bas­cu­ler le conte­nu des poches de l’an­cien (res­té dans ma chambre), dans le nou­veau pantalon.
    Le pro­blème c’est que je ne sais pas lequel vole ainsi.
    Com­ment faire ? Car bien sûr per­sonne n’a­voue. L’argent ne réap­pa­raît pas. Aucun réponse.
    Là j’ai confis­qué les por­tables des 2 grands, la DS du moyen, inter­dits les ordis (pas per­so de toute façon), inter­dit la télé. 

    Mais punir tout le monde pour un (ou pls?!) cou­pable me révulse.
    Com­ment faire pour savoir qui fait quoi ?
    Com­ment ne pas punir tout le monde injustement ?
    Mais sur­tout com­ment faire com­prendre au cou­pable que voler c’est mal/interdit/illégal ?
    D’au­tant que ça punit injus­te­ment les autres. 

    J’ai cher­ché un peu de conseil sur le net mais le cou­pable est tou­jours identifié…
    Pas dans mon cas.
    Mer­ci de vos conseils.
    Bien cordialement.

    Répondre
    • Charlotte

      Bon­jour Carol,
      Ma fille de 12 ans, a fran­chi une étape que je croyais trop gros pour elle en volant 70.000 frs cfa à sa sœur aînée, en facul­té de méde­cine, et tré­so­rière de l’association des étu­diants de sa pro­mo­tion. Je suis déjà pas­sée par beau­coup de vos conseils, mais la situa­tion , que j’ai décou­verte depuis 9 ans , va grandissante.
      S’il vous aidez moi à la faire sor­tir de cette situation.

      Répondre
      • Carole Levy

        Bon­jour Charlotte,
        Je vois que depuis plu­sieurs années déjà, vous avez déjà fait beau­coup pour votre fille pré-ado­les­cente, et que vous ne consta­tez pas d’a­mé­lio­ra­tion, voire le contraire.
        Le fait est que vous avez pris conscience qu’elle a besoin d’être aidée, et reca­drée. Je vous conseille vive­ment de faire appel à une per­sonne exté­rieure, et à proxi­mi­té, pour la prendre en charge, avec fer­me­té et bienveillance.
        Car sou­vent, pour cer­tains enfants, et à cer­tains âges, les infor­ma­tions qui pro­viennent des parents ne sont ni accep­tées ni assimilées.
        La mettre face à ses res­pon­sa­bi­li­tés, et aux consé­quences de ses actes.
        Bien à vous,
        Carole.

        Répondre
  3. sabrina

    bon­jour,
    ma fille de 16 ans a volé les enfants de ma com­pagne.. cela fait 1 ans que nous vivons ensemble avec ma com­pagne apres plus de 2 ans de relation.
    tous les enfants s’en­tendent vrai­ment bien.
    mais voi­là il y a un an, elle piquait des ciga­rettes , de la nour­ri­ture. on l’a confon­du et depuis elle se tenait à car­reaux. elle est à l inter­nat ain­si à la mai­son tout le monde etait moins tendu.
    mais là c’est la goutte 140 euros en moins de 3 mois. elle a fouillé dans les tire­lires dans les tiroirs des petits pour assou­vir ce besoin de s’a­che­ter de la nourriture.
    elle a de l’argent de poche que je lui verse tous les moins sur son compte mais j avoue ne pas etre spé­cia­le­ment d’ac­cord pour qu elle sachete de la nourriture.elle manque de rien..
    mon couple est en péril. ma com­pagne n’ar­rive plus à gerer la situation.
    je suis perdue.
    je veux pas perdre la femme que j’aime mais je ne peux pas perdre ma fille.
    elle est déjà en inter­nat dif­fi­cile de faire plus.
    pour info le papa n’est pas vrai­ment là. il la prend un wee­kend sur deux mais quand je lui demande de la prendre un peu plus en charge c’est pas pos­sible il a sa vie 🙁
    je vous remer­cie de m’a­voir lu

    Répondre
    • Rach

      Bon­jour
      Jai confis­quer le gsm de mon fils prce­qu il avait trop d échecs et il pas­ser son temp dans son tele­fone. Alors il a volé un gsm a une dame et etait arrê­té par la police sur place.un cochemar.jai éle­vé mes 4 enfant sur l’hon­nê­te­té et des bon com­por­te­ments. Et voila.quand je lui ai deman­der pour­quoi il ma dit a cause de toi tu ma enlève la chose la plu precieuse !
      Merci

      Répondre
      • Carole Levy

        Bon­jour,
        Votre enfant passe beau­coup de temps sur son télé­phone … Si quand vous le lui sup­pri­mez, il en vole un, c’est qu’il a un pro­blème d’ad­dic­tion, qu’il faut régler avec un professionnel.
        Il pour­ra ain­si déter­mi­ner si ses échecs sont le résul­tat ou la cause de cette addic­tion. Et s’il y a d’autres pistes à creuser.
        Je vous conseille éga­le­ment la lec­ture de cet article : Ache­ter son pre­mier télé­phone por­table à votre enfant : les réponses
        Bien à vous,
        Carole.

        Répondre
  4. maaroufi

    ma fille de 16 ans ne cesse pas de regar­der son por­table, ce qui a influen­cé néga­ti­ve­ment sur ses études, j’ai déci­dé de l’en pri­ver sauf le week-end, elle m’a volée un télé­phone que je n’u­ti­lise pas, j’ai déci­dé de faire sem­blant que je n’ai rien remar­qué et je me suis dit mieux l’u­ti­li­ser en cachette c’est à dire pen­dant un temps très réduit que de ne pas le poser. j’ai sus­pen­du le wi-fi à la mai­son parce que j’ai remar­qué qu’elle s’en­dort trop tard la nuit. main­te­nant elle me vole de l’argent pour ache­ter des cartes de recharges. jus­qu’à pré­sent je dis devant elle et son frère de 21 ans que j’ai per­du telle ou telle somme sans accu­ser per­sonne parce que si je l’ac­cuse je sais bien qu’elle va crier et pleu­rer et res­ter enfer­mée dans sa chambre ne par­ler à per­sonne comme si elle est vrai­ment inno­cente. je ne sais pas quoi faire.merci

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour,
      De nos jours, les ados uti­lisent leur télé­phone quo­ti­dien­ne­ment. Je suis d’ac­cord avec vous qu’il est pré­fé­rable qu’ils en aient une uti­li­sa­tion régu­lée. Le fait qu’elle uti­lise en cachette un télé­phone pen­dant un temps très réduit vous parait un bon com­pro­mis. En effet, sur son propre télé­phone, il y a toutes les fonc­tion­na­li­tés qui la rendent jus­te­ment “accro”. Pour la connexion wifi inter­rom­pue la nuit, je suis tota­le­ment d’ac­cord. Il y a moyen de confi­gu­rer la box pour cou­per la wifi. Nous le fai­sons éga­le­ment, de 23h30 à 8h30, et comme c’est une “contrainte” appli­quée à toute la famille, cela per­met aus­si de se régu­ler, nous parents, et de mon­trer l’exemple.
      Si je com­prends bien, votre fille vole main­te­nant de l’argent pour rechar­ger le télé­phone qu’elle uti­lise en cachette ?
      Le fait est qu’elle vous vole de l’argent, et cela n’est pas accep­table. Appa­rem­ment, ce vol tra­duit son besoin de dis­po­ser éga­le­ment en semaine de connexion téléphonique.
      Peut-être pour­riez-vous avoir une dis­cus­sion avec elle : quels sont ses besoins liés au télé­phone en semaine ? Lais­sez-là les expri­mer, et recon­nais­sez-les, même si vous n’êtes pas d’ac­cord. Peut-être que ces besoins peuvent être com­blés via un ordi­na­teur, plus facile à “lâcher”, sur­tout s’il se trouve dans le salon. Cer­taines appli­ca­tions telles que Snap­chat n’existent que sur télé­phone por­table, et pas de publi­ca­tions pos­sibles via un ordi­na­teur sur Ins­ta­gram, ou de sel­fie. Vous pou­vez avoir avec elle une dis­cus­sion sans juge­ment sur les dérives induites par l’u­ti­li­sa­tion du télé­phone à temps plein. Par ces reca­drages, vous l’ai­dez à ne pas se posi­tion­ner dans l’ex­cès. Si vous êtes prête à l’ac­cep­ter, deman­dez-lui de vous pro­po­ser des solu­tions inter­mé­diaires, mais avec res­pect des consignes, si pos­sibles rédi­gées par écrit.
      Cet article vous aide­ra cer­tai­ne­ment : Ache­ter son pre­mier télé­phone por­table à votre enfant : les réponses

      Bien à vous,
      Carole.

      Répondre
  5. Nathalie Tonneau

    Bon­soir …
    Mon fils de 15 ans nous a déjà volé de l’argent dans nos porte feuille. Après une sco­la­ri­té dif­fi­cile, nous avons trou­vé cette année une filière qui lui plaît et un patron où il se sent très bien. Après une semaine d’In­ter­nat au lycée, il est reve­nu enchan­té et à enchaî­né une semaine en entre­prise. Aujourd’­hui, der­nier jour de tra­vail, il a volé la tota­li­té des recettes de ces der­niers jours, soit envi­ron 2000 euros !
    C’est un acte gra­vis­sime. Il est bien évi­dem­ment viré et se retrouve sans solu­tion professionnelle.
    Je ne sais plus quoi faire …
    Nous nous met­tons en 4 pour lui et à chaque fois, nous lois pre­nons un coup de poi­gnard dans le dos … Je vous passe les détails, mais mon fils est men­teur, voleur et fai­néant. Bien sûr, nous devons y être pour qqchose, mais je ne com­prends pas …

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­soir Nathalie,
      Vous êtes désem­pa­rée et vous deman­dez quoi faire.
      Vous ne com­pre­nez pas le com­por­te­ment de votre ado.
      Il pour­rait être bon pour vous d’a­voir recours à une tierce per­sonne pour vous aider à le com­prendre et l’ai­der à expri­mer ce qu’il s’est pas­sé et pour quelles rai­sons il a agi de la sorte.
      Un pro­fes­sion­nel vous aide­ra à per­ce­voir votre fils non comme un men­teur et un fai­néant, mais comme un enfant en grande difficulté.
      Les solu­tions ne pour­ront pas être mises en place et per­du­rer en quelques jours, il vous faut gar­der cou­rage et foi en l’avenir.
      Bien à vous,
      Carole.

      Répondre
  6. Louise

    Bon­jour Carole,

    Je suis maman solo d’un ado de 13 ans et demi au fort carac­tère et avec de grandes vél­léi­tés d’in­dé­pen­dance. Je l’ai mis en inter­nat il y a deux ans pour avoir des relais mas­cu­lins et souf­fler un peu. Ce cadre lui convient assez bien. Ce break heb­do­ma­daire me fait un bien fou à moi aus­si. il s’est fait des copains et s’en­tend bien avec le CPE. Je suis très dému­nie depuis peu par son addic­tion au jeu Clash Royal qui me semble géné­rer une grande aggres­si­vi­té et une très forte dépen­dance aux écrans.Telle que, pen­dant les vacances, il m’a sub­ti­li­sé la bbox croyant avoir la wifi à la cam­pagne avec…et ce week-end mon smart­phone pro, alors qu’il en a un à lui depuis Noël et que je reprends le tra­vail lun­di ‑il est à 70km de moi.Son atti­tude m’exas­père ; il me met en dif­fi­cul­té et semble s’en moquer com­plè­te­ment. Je suis effa­rée par son égoïsme.…il défie toute règle de res­pect du bien d’au­trui, se moque de la pri­va­tion d’argent de poche et conti­nue de pro­fi­ter en mon absence de mes biens alors qu’il avait été dit clai­re­ment que tout ce qui était pro était interdit
    (mon bureau est ouvert, sans porte ni clé), il agit selon son plai­sir comme s’il était seul et se fiche roya­le­ment de me mettre en dif­fi­cu­lé avec mon employeur. Qu’en pen­sez-vous ? Que faire suite à ce deuxième vol de NTIC sans aucun scru­pule ? Com­ment stop­per l’ad­dic­tion sachant qu’il me défie et est plus grand et plus fort que moi et me menace si je tente de lui reprendre son portable.Un édu­ca­teur a fait une média­tion plu­tôt réus­sie mais depuis qu’on a arrê­té de le voir, mon fils a repris sa tyran­nie à mon égard tout en me mani­pu­lant par des accès de gen­tillesse subits. Mer­ci d’a­vance de vos pré­cieux conseils. L.

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Louise,

      Comme vous le sou­li­gnez si bien, cela se passe bien avec le média­teur, alors je vous engage à avoir recours à cette per­sonne à nou­veau. Il n’y a pas de honte, il est plu­tôt conseillé d’avoir recours à l’intervention d’un tiers non impli­qué affec­ti­ve­ment (autant que vous) auprès d’un enfant, en par­ti­cu­lier d’un ado.

      Votre enfant est encore jeune, et il doit aus­si apprendre à se limi­ter, pour son bien. Vous êtes la garante de ces limites.
      Je vous invite à éta­blir ensemble des règles d’utilisation des outils numé­riques (voir l’article Ache­ter son pre­mier télé­phone por­table à votre enfant : les réponses), et de ne pas hési­ter à uti­li­ser des sup­ports écrits pour les formaliser.

      Par ailleurs, il existe dans les com­munes des struc­tures, comme la mai­son des parents, ou la mai­son des ado­les­cents, qui pro­posent des gui­dances paren­tales, pour vous aider au quo­ti­dien. L’ado paraît égoïste, car il n’arrive pas à se pro­je­ter dans l’avenir, et à com­prendre les consé­quences de ses actes. Com­prendre et répa­rer fait par­tie de son appren­tis­sage pour deve­nir adulte.

      Bien à vous,
      Carole.

      Répondre
  7. Isabelle

    Bon­jour , ma fille de 18 ans viens de voler des sham­pooings dans un salon de coif­fure où elle fai­sait un stage et de l’argent d’une elp­koyer a dis­pa­ru et on l’accuse . Je suis moi même coif­feuse et des sham­pooings y en a par­tout et à ça conve­nance .J’avais déjà remar­qué qu’il me man­quait de l’argent , qu’elle avait des objets ds ça chambre que je ne savais pas dout ça venez,mais elle me menait en bateau avec tou­jours une bonne réponse , j’en suis même allé jusqu’a Dou­ter de moi . Pour­quoi elle fait ça ? Du coup elle a arrê­té le lycee a 3 mois du bac et la elle trouve un stage et ce fais viré pour faute grave . Mer­ci de votre réponse

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Isabelle,
      Mani­fes­te­ment, votre fille est en dif­fi­cul­té, et a cer­tai­ne­ment besoin de poser des mots sur sa souf­france. Arrê­ter le lycée trois mois avant les épreuves du bac est dif­fi­cile à vivre, même si elle ne le montre pas. Je pense qu’il est impor­tant que votre fille se rende compte que vous n’êtes pas dupe.
      Les ados ont beau­coup de res­sources pour nous four­nir des excuses, pour s’in­ven­ter une meilleure réa­li­té. Ne dou­tez pas de vous, et main­te­nez ce cadre dont elle a besoin, à savoir, qu’il y a des règles à res­pec­ter, d’au­tant plus qu’ayant plus de 18 ans, elle doit assu­mer ses actes vis à vis de la loi.
      Vous pou­vez lui dire : “Je peux t’ai­der, mais il faut que tu assumes ta part de res­pon­sa­bi­li­tés et d’ef­forts. Ce n’est pas insur­mon­table, il faut y aller par petits pas”.
      Bien à vous,
      Carole.

      Répondre
  8. val

    Bon­jour ma fille de 14 ans vient de voler un por­table au col­lège alors qu’elle a deja un i phone.. C’est la pre­mière erreur qu’elle fait au col­lège et elle passe en conseil de dis­ci­pline lun­di.. Je suis un peu per­due et je ne sais pas com­ment réagir punitions…j’ai besoin d’aide svp

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Val,
      Je suis bien d’ac­cord, ce type de situa­tion nous met en stress, nous parents.
      Votre fille passe en conseil de dis­ci­pline, c’est déjà une sanc­tion importante.
      Si c’est une élève “tran­quille” par ailleurs au col­lège, cela sera pris en compte dans la déci­sion du conseil.
      Je crois que le plus impor­tant est de pro­po­ser à votre enfant une dis­cus­sion dans le calme, sur les rai­sons pro­fondes qui l’ont pous­sée à ce vol, et cher­cher ensemble d’é­ven­tuelles solutions.
      De cette manière, vous lui mon­tre­rez votre inté­rêt pour ses pro­blé­ma­tiques, qui peuvent vous paraitre futiles, à vous, adulte, mais qui sont impor­tantes, voire vitales, pour elle.
      Trou­ver des solu­tions, oui, mais voler : NON.
      Plu­tôt que de par­ler de “puni­tion”, je pré­fère par­ler de “consé­quences”.
      Déjà s’ex­cu­ser auprès de la per­sonne qui a subi le vol, l’ai­der si besoin, la sou­te­nir dans sa démarche.
      Si un enfant est dans une période de rejet de l’au­to­ri­té et des lois, insis­ter que le fait que les reje­ter ne les fera pas dis­pa­raitre, du fait d’une pen­sée magique, et qu’il lui faut apprendre à vivre avec.
      C’est par­fois dif­fi­cile, mais on finit par y arriver.
      Vous pou­vez éven­tuel­le­ment lui par­ler de vos propres difficultés.
      Tenez-moi au cou­rant par mail si vous voulez 🙂
      Courage,
      Carole.

      Répondre
  9. Pallier

    Bon­jour,
    J’ai ete comme ça, et oui j’en ai honte. Pour moi le vol était du à mon père m’a­ban­don­nant quand j’é­tais petit. J’a­vais tout sim­ple­ment besoin de pos­sé­der des choses que les autres n’a­vaient pas . Bref, il peut y avoir beau­coup de rai­sons au vol. Bonne chance

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour,
      Effec­ti­ve­ment, il peut y avoir de nom­breuses rai­sons der­rière le vol.
      Avoir honte d’a­voir été mal­heu­reux ? Je ne suis pas trop d’accord …
      Pour se sor­tir d’un pro­blème, il est néces­saire d’être sou­te­nu et bien entou­ré, et d’ac­cep­ter l’aide proposée.
      A l’a­do­les­cence, même plus tard, on peut par­fois avoir du mal à accep­ter de l’aide.
      Cha­cun a sa propre his­toire, l’im­por­tant étant d’a­van­cer, et d’ac­cep­ter ses erreurs comme ce qui nous fait grandir.
      Bien à vous,
      Carole.

      Répondre
  10. Amina

    Ce matin je me rends compte que mon fils de 15 ans a volé ma bague et d ailleurs ce n est pas la per­miere fois !! Il a fait des acts pareils 2 fois ! Je suis catas­tro­phé Je ne sais pas quoi faire !,le comble c est qu il fume du cana­bis. Aidez moi je vous en prie !!

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Amina,
      Si vous avez l’im­pres­sion d’être dans une impasse, il vous faut choi­sir des moyens dif­fé­rents pour dénouer la situation.
      Lui par­ler même si vous avez l’im­pres­sion qu’il ne vous écoute pas, lui montre que vous vous faites du sou­ci pour lui.
      Lui deman­der de vous res­ti­tuer votre bien.
      Lui mon­trer que vous n’êtes pas d’ac­cord avec ses com­por­te­ments, et que vous êtes prête à l’ai­der pour que cela change, et que c’est peut-être un long che­min à par­cou­rir ensemble.
      Vous faire aider par un pro­fes­sion­nel vous aide­ra à dépo­ser vos émo­tions et trou­ver des solutions.
      Bien à vous,
      Carole.

      Répondre
  11. Lejeune

    Bon­soir
    Mon fils de 14 ans vol nous ses parents de l’argent même si mon sac est dans la chambre dans le porte feuille a son père aus­si mais vol son frère et ses soeurs jus­qu’a la tire­lire vol des ciga­rettes aus­si à son frère de 23 ans,il a même volé au collège,même en sor­tie scolaire
    et quand on lui demande pour­quoi il fait ça il hausse les épaules et nous réponds je sais pas
    Je ne sais plus quoi faire

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour,

      C’est effec­ti­ve­ment dif­fi­cile de ne pas avoir de réponse.
      Soit votre fils ne sait pas pour­quoi, soit il n’ar­rive pas à l’ex­pri­mer avec des mots.
      Quand le dia­logue est blo­qué, il est par­fois utile de lui pro­po­ser un espace auprès d’un pro­fes­sion­nel, où il pour­rait “dépo­ser” ses sen­ti­ments, sans avoir peur des réac­tions de ses proches.
      S’il ne veut pas y aller, et que vous en avez besoin, dites-lui que vous vous inquié­tez pour lui, et que vous allez voir un pro­fes­sion­nel pour vous aider à l’aider.

      Bien à vous,

      Carole.

      Répondre
  12. Carole Levy

    Bon­jour Carine,

    Je vous remer­cie pour votre témoignage.
    En effet, pas facile d’ap­pli­quer les conseils cités plus haut quand notre ado conti­nue à nier.

    Deman­dons-nous pour­quoi il nie, ou ment (c’est d’ailleurs un sujet très récur­rent dans les rela­tions parents-ados) …
    * il se tient à son his­toire parce qu’il croit que c’est la meilleure solution.
    * il pense que c’est pire d’a­vouer qu’il a menti.
    * il pense que son pro­blème est insoluble.
    * il pense qu’il n’a pas de pro­blème, le pro­blème c’est les parents qui l’empêchent de faire ce qu’il veut (atten­tion, ce n’est pas moi qui le dit).
    * il n’ar­rive pas à expri­mer ce qu’il ressent.

    Je crois que nous tous, ados, avons man­gé des bis­cuits et bu des sodas en cachette.
    Le lui dire …
    OK, mais là tu en prends trop.
    Et l’al­cool, même la bière, à 14 ans, c’est NON et ce n’est pas négociable.
    Même si (tous) les copains le font parce que c’est cool.
    Les bis­cuits et les sodas, c’est négociable.

    Quant au sac à main dans un lieu de pas­sage, je vous sug­gère qu’il soit dans un pre­mier temps dans votre espace pri­vé, votre chambre par exemple, où l’ac­cès sera plus com­plexe et plus “tabou” peut-être ?

    J’es­père vous avoir éclairée.
    Je me pen­che­rai sur le sujet du men­songe plus en pro­fon­deur dans les pro­chaines semaines pour com­plé­ter ces pre­mières réflexions.

    A bien­tôt sur Ado­les­cence Positive,

    Carole.

    Répondre
  13. Carine

    Bon­jour,
    Je lis cet article avec inté­rêt, on trouve des conseils simi­laires un peu par­tout sur internet. 

    Ça va bien lorsque l’a­do admet ou recon­nait qu’il a volé. 

    Je reste tou­jours dubi­ta­tive devant le mien (14 ans) qui conti­nue de nier. Seule­ment, les billets ne dis­pa­raissent pas tout seul … Et ses frères ne savent pas men­tir, c’est écrit noir sur blanc sur leur visage s’ils ont fait quelque chose qu’on désapprouve.

    C’est la même chose pour la consom­ma­tion de bière : des canettes “dis­pa­raissent”, son père et moi nous en aper­ce­vont lors­qu’il en manque plu­sieurs. Et là encore, “c’est pas moi”. On retrouve les restes (canettes vides, paquets de bis­cuits) cachés dans le jardin. 

    Ne pas lais­ser l’argent où il peut le trou­ver faci­le­ment : mon sac est dans un lieu de pas­sage, et la der­nière fois que des billets ont dis­pa­ru de mon por­te­feuille c’é­tait entre 19h et 6h le len­de­main matin, alors que j’é­tais à la mai­son mais peut-être dans une autre pièce.
    Quand on lui fait la remarque, ça cesse un temps, mais il recommence … 

    Il a de l’argent de poche que je lui donne lors­qu’il sou­haite ache­ter quelque chose. Je ne le fais pas régu­liè­re­ment car je désap­prouve ses achats : soda, bis­cuits, … tout son argent y pas­se­rait. J’ac­cepte qu’il puisse en ache­ter, mais pas dans les quan­ti­tés telles que je trouve dans mon jar­din ou cachés dans sa chambre … 

    Je reste inté­res­sée par des conseils et avis rela­tifs à ce déni persistent. 

    Mer­ci

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest