Enfant expatrié de la Troisième Culture | Ce qu’il faut savoir

Enfant de la troisième culture

Auteurs invités :

Blan­dine Simon

Crédits photo : Pixa­bay

Vous envi­sa­gez de par­tir vous ins­tal­ler à l’étranger avec votre famille ? Votre entre­prise vous pro­pose un contrat d’expatriation, vous êtes en pleine réflexion quant à la déci­sion à prendre ? Quoi de plus légi­time ! De nom­breuses inter­ro­ga­tions vous viennent à l’esprit. Vos enfants seront-ils heu­reux de vivre une telle expé­rience ? Seront-ils épa­nouis dans un nou­veau pays avec des us et cou­tumes mécon­nus ? Com­ment pour­rez-vous les accom­pa­gner pour gérer au mieux leur inté­gra­tion au sein de cette com­mu­nau­té d’expatriés sur­nom­mée « enfant expa­trié de la troi­sième culture » ? 

Qu’est-ce qu’un enfant de la troisième culture ?

Un enfant expa­trié de la troi­sième culture, appe­lé cou­ram­ment « Third Culture Kid » (TCK), se forge une culture dif­fé­rente de celle de ses parents et de celle de son pays d’accueil. L’enfant expa­trié va s’identifier dans cer­taines mesures à ces dif­fé­rentes cultures, sans pour autant s’en impré­gner tota­le­ment. D’où cette notion de troi­sième culture.

Ces enfants sont sou­vent jalou­sés, car leur mode de vie fait des envieux. En effet, ils résident dans de belles demeures avec du per­son­nel à leur ser­vice, voyagent énor­mé­ment, deviennent bilingues pour la plupart …

Néan­moins, tout n’est pas tou­jours rose. Plu­sieurs cri­tères doivent entrer en consi­dé­ra­tion dans le cadre de leur épa­nouis­se­ment per­son­nel : le choc cultu­rel des nou­veaux pays, la fré­quence des démé­na­ge­ments, et l’âge de l’enfant au moment des mobi­li­tés géo­gra­phiques. Sur le plan psy­chique, affec­tif et émo­tion­nel, vos enfants évo­lue­ront dif­fé­rem­ment que s’ils avaient vécu dans un seul pays.

Spon­ta­né­ment, un lien d’appartenance va se créer au sein de cette com­mu­nau­té d’en­fants de la troi­sième culture (ETC). Effec­ti­ve­ment, votre enfant fran­çais éle­vé au Pérou se rap­pro­che­ra plus faci­le­ment d’un cama­rade amé­ri­cain qui aura pas­sé son enfance à Mada­gas­car, que d’un enfant « fran­çais de France ». Vos ché­ru­bins vont donc s’en­tou­rer d’autres jeunes ayant les mêmes par­ti­cu­la­ri­tés qu’eux. Ils pren­dront place natu­rel­le­ment au sein de cette nou­velle alliance multiculturelle.

Les avantages émanant de cette troisième culture 

De nos jours, vous êtes de plus en plus nom­breux à avoir l’opportunité de décou­vrir les joies d’une expé­rience à l’in­ter­na­tio­nal. Ruth Van Reken, socio­logue amé­ri­caine, a mené de nom­breuses études dans le but d’appréhender au mieux cette troi­sième culture. Elle a ain­si consta­té que vos enfants expa­triés sont dotés d’une ouver­ture d’esprit remar­quable. En effet, ils savent que l’on peut per­ce­voir une même réa­li­té selon dif­fé­rents points de vue. Ils sont aus­si en mesure d’imaginer plu­sieurs scé­na­rios sui­vant diverses pers­pec­tives et croyances.

L’avantage indé­niable de cette troi­sième culture repose sur une adap­ta­tion rapide à un nou­vel envi­ron­ne­ment. Vos enfants expa­triés sont d’ailleurs sou­vent com­pa­rés à des « camé­léons cultu­rels ». Ils deviennent très tolé­rants quant à la diver­si­té. Leurs amis sont de natio­na­li­tés variées avec des cou­leurs de peaux dif­fé­rentes. Les ETC res­pectent ces dis­sem­blances tout en les accep­tant volon­tiers. Ces enfants déve­loppent ain­si des valeurs saines qu’ils conser­ve­ront à l’âge adulte.

Autre point béné­fique et non des moindres, les ETC ne connaissent pas, ou très peu, le fléau dévas­ta­teur qu’est le har­cè­le­ment sco­laire. Har­cè­le­ment subi par de nom­breux élèves en France.

En effet, l’école fran­çaise à l’étranger sym­bo­lise un cocon d’apprentissage, puisque la majeure par­tie des élèves appar­tient à cette troi­sième culture. De fait, la cohé­sion et l’entraide sont de mise pour une bonne inté­gra­tion sco­laire. Vos enfants bai­gne­ront donc dans une com­mu­nau­té bienveillante.

Les défis à relever pour un enfant expatrié de la troisième culture

L’identité cultu­relle fran­çaise de vos enfants sera pro­ba­ble­ment ame­née à se diluer, et ce, par­fois à votre grand regret. Tout dépen­dra, bien enten­du, de la durée de votre expa­tria­tion. Plus cette der­nière sera longue, plus les effets seront visibles. De sur­croît, selon l’âge de votre pro­gé­ni­ture, son équi­libre per­son­nel pour­ra être impac­té. Soyez ras­su­ré, vous allez décou­vrir ci-des­sous com­ment sur­mon­ter ces difficultés !

La quête perpétuelle d’un sentiment d’appartenance

Au fil du temps, la France ne repré­sen­te­ra pour votre des­cen­dance qu’un lieu de vil­lé­gia­ture où elle retrou­ve­ra ses cou­sins, oncles, tantes et grands-parents. Mais cer­tai­ne­ment pas son pays d’origine. Le sen­ti­ment d’appartenance est l’un des défis les plus dif­fi­ciles à rele­ver pour cette géné­ra­tion d’ETC. Ils ne savent pas d’où ils viennent puisqu’ils démé­nagent régu­liè­re­ment. Au fur et à mesure de leurs expa­tria­tions, ils man­que­ront de connais­sances sur la culture fran­çaise clas­sique, mais aus­si populaire.

Vos enfants expa­triés seront notam­ment confron­tés à un réel déca­lage sur le plan du voca­bu­laire employé dans le lan­gage cou­rant. Pre­nez, par exemple, un ETC fran­çais expa­trié au Bénin. Vous l’entendrez fré­quem­ment dire tris­te­ment que son jouet est « gâté ». Un enfant « fran­çais de France » le regar­de­ra les yeux écar­quillés sans en com­prendre le sens. Car lui-même uti­li­se­ra plu­tôt le terme « cas­sé ». Ain­si, les points de repère des enfants expa­triés sont cham­bou­lés à chaque retour au pays.

Leur ado­les­cence est éga­le­ment retar­dée, car ils doivent recom­men­cer le pro­ces­sus de connais­sance cultu­relle du nou­veau pays où ils emmé­nagent. Cela arrive en moyenne tous les trois ans. Ils repartent tou­jours de zéro, alors que les enfants séden­taires ont déjà inté­gré et assi­mi­lé ces fon­de­ments, et les appliquent tout au long de leur développement.

En tant que parents, il vous revient alors de les ras­su­rer et de les épau­ler dans cette quête identitaire.

Com­ment vous y prendre ?

Pour com­men­cer, ren­trez régu­liè­re­ment dans votre pays d’origine, en l’occurrence la France. Vous mon­tre­rez ain­si à vos enfants les aspects de votre culture qui vous importent le plus. Ensuite, par­ta­gez avec eux les sou­ve­nirs de votre propre enfance dans des lieux qui vous sont chers. Cela vous per­met­tra, par la même occa­sion, de ren­for­cer vos liens affectifs.

L’absence d’équilibre personnel : source de mal-être à l’adolescence

Tout d’abord, en tant que parents, vous per­ce­vez cer­tai­ne­ment les avan­tages réels et notam­ment finan­ciers d’une telle oppor­tu­ni­té pro­fes­sion­nelle. Ensuite, vous êtes pro­ba­ble­ment séduits par le fait que vos enfants étu­dient dans des écoles fran­çaises d’excellents niveaux (affi­liées AEFE), parlent cou­ram­ment une nou­velle langue, découvrent de nom­breux pays …

Néan­moins, cette ver­sion idyl­lique cache une pro­blé­ma­tique essen­tielle, à savoir l’absence d’équilibre per­son­nel. En effet, les notions de sta­bi­li­té et de sécu­ri­té à l’âge où se forme la per­son­na­li­té peuvent impac­ter lour­de­ment vos enfants. Bon nombre d’adolescents de cette troi­sième culture se replient sur eux-mêmes, sans expri­mer ver­ba­le­ment leur malaise.

La com­mu­ni­ca­tion non ver­bale prend alors tout son sens. Soyez bien atten­tif au chan­ge­ment de com­por­te­ment de votre ado­les­cent. Ce constat n’impacte que rare­ment vos enfants jusqu’à 11 ans, car pour eux, seul le cercle fami­lial demeure capital.

Ce mal-être concerne donc majo­ri­tai­re­ment les ado­les­cents. Ils devront impé­ra­ti­ve­ment échan­ger avec vous à pro­pos de leurs res­sen­tis, leurs angoisses et leurs craintes. En effet, ce sont les liens sociaux qui importent à l’adolescence. Ces liens avec les pairs défi­nissent l’identité de chaque indi­vi­du. Si vos enfants sont ado­les­cents à l’heure du démé­na­ge­ment, il vous fau­dra donc recher­cher avec eux des groupes spor­tifs ou cultu­rels dans le futur pays d’accueil. Vos enfants tis­se­ront ain­si rapi­de­ment de nou­veaux liens, vitaux pour leur équi­libre émotionnel.

Vos enfants expa­triés ont aus­si besoin d’être épau­lés dans le pro­ces­sus de deuil lié à leur pré­cé­dente expa­tria­tion. Ain­si, les pages écrites lais­se­ront place à de nou­velles feuilles blanches, qu’ils auront hâte de com­plé­ter. Pour ce faire, l’écoute et le dia­logue consti­tuent les bases fon­da­men­tales. La com­mu­ni­ca­tion au sein de votre uni­té fami­liale doit être un refuge où vos enfants pui­se­ront leur force.

Afin de les assis­ter dans cette démarche de deuil, orga­ni­sez, par exemple, une fête pour célé­brer votre départ. Cette récep­tion per­met­tra à la fra­trie, mais aus­si à vous, parents, de clô­tu­rer une étape avant d’en enta­mer une nouvelle. 

Une cohésion familiale

Une cohé­sion fami­liale basée sur le dia­logue sera donc la réponse aux dif­fé­rentes pré­oc­cu­pa­tions que vous ren­con­tre­rez en expa­tria­tion. Par ce biais, vous allez ins­tau­rer un cli­mat sécu­ri­sant pour vos enfants. Gar­dez à l’esprit que cette aven­ture extra­or­di­naire est une chance pour eux ! Un enfant expa­trié de la troi­sième culture res­sor­ti­ra inévi­ta­ble­ment enri­chi d’une telle expé­rience. L’apprentissage des langues, l’ouverture d’esprit, la tolé­rance et l’adaptabilité à toute épreuve repré­sentent des atouts majeurs qui lui ser­vi­ront iné­luc­ta­ble­ment à l’âge adulte.

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest