Communiquer avec votre ado : la communication non-verbale

Crédits photo : Pedro Venan­cio

Évènement inter-blogueurs : “Communiquer sans parler”

Cet article “Com­mu­ni­quer avec votre ado : la com­mu­ni­ca­tion non-ver­bale” par­ti­cipe à l’é­vè­ne­ment men­suel du groupe de blo­gueurs “Vers un monde meilleur”, sur le thème du mois : “Com­mu­ni­quer sans par­ler.” Chaque par­ti­ci­pant pré­sente sa propre approche par rap­port à ce thème, pro­po­sé par Blan­dine, du blog Familles connec­tées qui ouvre le bal avec son article Soma­ti­sa­tions, ce que les mala­dies des enfants nous révèlent.

Votre ado ne vous parle plus, mais il communique

Le che­min vers l’a­do­les­cence passe par des moments dif­fi­ciles. Des moments où il vous semble qu’il est impos­sible de com­mu­ni­quer avec votre ado.

Ou plu­tôt si, votre ado vous parle, mais d’une manière non-ver­bale. En l’ob­ser­vant d’un peu plus près, vous consta­te­rez que :

  • Votre ado tourne en rond.Vous avez même l’im­pres­sion qu’il va creu­ser une piste autour de la table du salon.
    (déco­dage : votre ado cherche une occu­pa­tion).
  • Votre ado lève les yeux au ciel ou vous regarde de tra­vers
    (déco­dage : vous avez osé exer­cé votre fonc­tion édu­ca­tive parentale).
  • Votre ado grogne
    (déco­dage : votre ado ne trouve pas les mots pour dire ce qu’il a à dire, ou il n’a rien à dire).
  • Votre ado fait la tête
    (déco­dage : votre ado a un sou­ci mais il ne veut pas vous en par­ler).
  • Votre ado a tou­jours sa capuche sur la tête
    (déco­dage : c’est sa manière de s’i­so­ler dans son monde).
  • Votre ado fait du bruit avec sa bouche
    (déco­dage : c’est très ten­dance même si cela vous agace, c’est dubeat box”).
  • Votre ado sou­pire
    (déco­dage : votre ado s’en­nuie).
  • Votre ado s’as­soit en tra­vers de sa chaise, il s’ac­crou­pit plus qu’il ne s’as­soit
    (déco­dage : votre ado se moque éper­du­ment des pro­blèmes de dos qu’il pour­ra avoir plus tard, car pen­ser à l’a­ve­nir, c’est être vieux).
  • Votre ado vous cherche du regard dans les repas de famille inter­mi­nables
    (déco­dage : votre ado vou­drait tel­le­ment être ailleurs).
  • Votre ado a des gestes brusques qui vous stressent
    (déco­dage : votre ado n’en a pas for­cé­ment conscience).
  • Votre ado sou­rit (déco­dage : votre ado est heu­reux).
  • Votre ado ges­ti­cule dans tous les sens
    (déco­dage : votre ado a besoin d’ap­pré­hen­der l’es­pace).
  • Votre ado chante
    (déco­dage : votre ado adore ce titre et l’a dans la tête).
  • Votre ado balance son sac à dos et son blou­son au milieu de l’en­trée
    (déco­dage : votre ado est pres­sé d’en finir avec sa jour­née de cours).

Ce que vous dites à votre ado sans lui parler

Vous aus­si, en tant que parent, pour com­mu­ni­quer avec votre ado, vous pou­vez employer le lan­gage non-verbal :

  • Vous vous asseyez près de lui quelques ins­tants sans rien lui deman­der, sans rien lui repro­cher : vous vous inté­res­sez à ce qu’il fait sans pour autant être intru­sif (des­sin, jeux vidéo).
  • Lais­sez traî­ner des livres, des revues, l’air de rien, si vous sou­hai­tez qu’il y jette un coup d’œil (par exemple, pro­gramme des colo­nies de vacances même s’il vous a décla­ré qu’il ne vou­lait pas y aller).
  • Vous lui lais­sez des mes­sages autres que “Je veux que tu aies vidé le lave-vais­selle avant que je rentre du tra­vail” à un endroit où vous êtes sûr qu’il le ver­ra, mais pas acces­sible aux copains qui débarquent à l’im­pro­viste. N’al­lez sur­tout pas lui mettre la honte.

N’al­lez pas croire que le lien est rom­pu, mais il faut quelques temps d’a­dap­ta­tion pour vous y faire 😉

Et vous parents, quelles sont les mes­sages non ver­baux que vous ren­voie votre ado, ou que vous lui envoyez ?

N’hé­si­tez pas à par­ta­ger vos remarques dans les com­men­taires ci-dessous !

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

3 Commentaires 

  1. claire

    Pour quand des articles qui prennent aus­si­ben compte la souf­france et l usure des parents de subir quo­ti­dien­ne­ment ces atti­tudes (ici reduites au minima 🙂
    Et si on etait un peu plus moderne. Pour­quoi doit on accep­ter de subir. Car il s agit bien de cela. Aujourd’­hui nom­breux sont les parents qui, mal­gré le dia­logue, la patience, etc et depuis les pre­miers mois du galo­pin, craquent. Usés. Alors qu apres tant d années de bons et loyaux ser­vices, ils auraient bien besoin de souf­fler un peu.… Alors s affran­chir des gene­ra­lites et réflé­chir sur notre socie­té ne serait pas du luxe, une urgence oui. Dia­lo­guer à je l ai decou­vert, pour­tant adepte du dia­logue et de la joie, a ses limites. Il faut aus­si dire non. Et urgent d apprendre que le res­pect mutuel ne devrait pas dis­pa­raitre avec les mon­tées d hor­mones. Aujourd hui l ado le reste loooooong­temps. À 25 et + il s y com­plait. Dans l ado­les­cence c est pour ceux et celles que cela affecte un bouillon­ne­ment ou les seules per­sonnes à tenir la pas­soire sont les parents. Et de plus en plus iso­lés. Plu­tot que de leur tenir des dis­cours uni­la­te­raux il est essen­tiel de com­prendre aus­si leur detresse et leur fatigue à des moments de vie cru­ciaux, où fre­quellent, ils doivent faire face à des cham­bar­de­ments deli­cats ou et dou­lou­reux, comme la perte ou la mala­die de leurs propres parents, et leur besoins de se res­sour­cer de se retrou­ver apres tant d années à mettre leurs enfants en abso­lue prio­ri­té. Je gene­ra­lise bien sur.… Bien à vous

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour Claire,
      Je vois à tra­vers votre mes­sage la souf­france des parents, à laquelle je ne suis pas étrangère.
      Il ne s’a­git pour autant pas de stig­ma­ti­ser les situa­tions car il faut trou­ver des solu­tions, par exemple à tra­vers ce type d’ou­tils : Le Temps d’Échange en Famille en 4 étapes
      Les parents sont par­fois iso­lés dans leurs pro­blé­ma­tiques avec leurs ados, coin­cés dans des dou­leurs de vie aux­quelles l’a­do n’at­tache pas ou peu d’importance.
      A ce moment-là il est impor­tant de s’a­dres­ser à un pro­fes­sion­nel pour se faire aider, ou de par­ta­ger dans des groupes de paroles.
      Et lâcher prise sur l’i­dée de la famille par­faite à laquelle nous aspi­rons tous.
      Bien à vous,
      Carole.

      Répondre
  2. lms

    Chez nous ce serait plu­tôt votre ados a sans arrêt les écou­teurs dans les oreilles… il cherche a se mettre dans sa bulle je pense.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest