5 choses sur Pokemon Go que les parents doivent savoir

Crédits photo : Chris­telle Neko

Depuis quelques jours, vous enten­dez par­ler de Poke­mon Go et des prises de risques induites pour vos enfants. Voi­ci un rapide aper­çu sur ce que vous, parents, devez savoir sur ce jeu, et des astuces pour que votre ado­les­cent, puisque qu’il y joue­ra pro­ba­ble­ment, le fasse sans risque.

J’ai pen­sé écrire cet article suite à une réac­tion d’un lec­teur à mon article “Encou­ra­gez votre ado­les­cent à ne pas res­ter enfer­mé tout l’é­té (devant ses jeux vidéo)”. Ce lec­teur posait la ques­tion : “Poke­mon Go, est-ce que ça compte pour une sor­tie ?

Qu’est-ce que Pokemon Go ?

Poke­mon Go” est un jeu vidéo pour smart­phone, uti­li­sant ce qu’on appelle “la réa­li­té aug­men­tée”. Ce que vous voyez quand vous jouez res­semble au monde qui vous entoure, mais ce monde a été “aug­men­té”, avec dans ce cas des petites créa­tures fan­tas­tiques, les “Poke­mons”.

Je suis un peu “trop vieille” pour avoir connu enfant “Poke­mon, attra­pez-les tous !” , mais mes enfants ont col­lec­tion­né des “cartes Poke­mon” avant même de savoir lire. Donc je connais un peu Pika­chu, Sala­mèche, Aspi­cot, Che­ti­flor, Dra­co­losse et Magi­carpe

Poke­mon Go” est basé sur le jeu vidéo ori­gi­nalPoke­mon” sor­ti dans les années 1990. En rédi­geant cet article, j’ai d’ailleurs appris que “Poke­mon” était l’a­bré­via­tion de “Pocket mons­ter” soit “Monstre de poche” 😉

Pokemon Go, comment ça marche ?

Après télé­char­ge­ment sur télé­phone por­table, “Poke­mon Go” uti­lise l’appa­reil pho­to et le GPS du Smart­phone pour modé­li­ser une vue de l’en­vi­ron­ne­ment du joueur. Selon les para­mètres choi­sis, la visua­li­sa­tion sera “réelle” ou “ani­mée”. Si le joueur des­cend les “Champs Ely­sées”, il voit cette ave­nue. Si le joueur est au parc de la tête d’or à Lyon, il le visua­lise sur son télé­phone. Vous situez ?

Le jeu aug­mente alors cette visua­li­sa­tion avec des per­son­nages “Poke­mon” , qui sont “pla­cés” dans le décor à l’aide du GPS. Tous les joueurs voient les mêmes per­son­nages, l’ob­jec­tif étant de les décou­vrir et de les attra­per : “Attra­pez-les tous ! Got­ta catch’em all”.

Mises en garde élémentaires

Comme l’envoi de SMS, “Poke­mon Go” peut dis­traire les joueurs du monde réel. La réa­li­té aug­men­tée ne montre pas en temps réel l’en­vi­ron­ne­ment du joueur. Cela signi­fie qu’il n’y a aucune “vraie voi­ture” ou “vraie per­sonne” , ni aucun “dan­ger réel ” sur l’é­cran ani­mé du jeu. Vous avez déjà enten­du par­lé de joueurs vic­times ou déclen­cheurs d’acci­dents de la route, de vio­la­tion de pro­prié­té pri­vé, de joueurs entrant en col­li­sion, vic­times de racket ou fai­sant des décou­vertes macabres.

  • Rap­pe­lez à votre ado­les­cent qu’en jouant à “Poke­mon Go”, il doit être atten­tif en per­ma­nence à son envi­ron­ne­ment. Un joueur doit regar­der où il marche avec ses propres yeux, pas à tra­vers l’in­ter­face du jeu.
  • Expli­quez lui que cer­tains per­son­nages peuvent se trou­ver dans des endroits dan­ge­reux. Si le “Poke­mon eauLévia­tor se trouve der­rière une cas­cade, pas la peine d’es­ca­la­der la bar­rière de sécu­ri­té pour l’atteindre 😉
  • De toute évi­dence, votre ado­les­cent ne doit jamais jouer à “Poke­mon Go” en conduisant.

Questions relatives à la sécurité

Vie privée

Comme d’autres appli­ca­tions uti­li­sant le GPS, “Poke­mon Go” connaît bien les dépla­ce­ments des joueurs. D’a­près la poli­tique de confi­den­tia­li­té du fabri­cant, l’ap­pli­ca­tion peut col­lec­ter votre adresse élec­tro­nique, votre adresse IP, votre his­to­rique Web récent, votre nom d’u­ti­li­sa­teur et votre géolocalisation.

Enregistrement sur Google

Les joueurs qui s’en­re­gistrent sur “Poke­mon Go” avec un compte Google auto­risent sans s’en rendre compte, l’ac­cès à presque toutes leurs don­nées de compte Google. Typi­que­ment, quand vous enre­gis­trez un compte sur Face­book ou Twit­ter, seules des infor­ma­tions “de base” sont dis­po­nibles via l’application.

Ce n’est pas le cas avec “Poke­mon Go”, en par­ti­cu­lier pour vos don­nées Google. Le jeu peut avoir accès à vos don­nées Gmail, Google Drive, Google Maps, Google Pho­tos.

A l’heure où je rédige cet article, la socié­té Nin­ten­do a trou­vé une parade à ce pro­blème, mais les joueurs doivent se dés­ins­crire, puis s’en­re­gis­trer à nouveau.

Rappels de sécurité

  • Deman­dez à votre ado­les­cent de véri­fier ses para­mètres de confi­den­tia­li­té sur “Poke­mon Go”. Aller sur “Para­mètres”, faites défi­ler vers le bas pour trou­ver l’ap­pli­ca­tion “Poke­mon Go”.
  • Faites com­prendre à votre enfant que ce jeu suit à la trace et en per­ma­nence le dépla­ce­ment des joueurs. Beau­coup d’ap­pli­ca­tions uti­lisent des don­nées de géo­lo­ca­li­sa­tion, y com­pris des plates-formes de réseaux sociaux, comme “Snap­chat” et “Ins­ta­gram” . La plu­part du temps, vous pou­vez sup­pri­mer une “auto­ri­sa­tion d’ac­cès aux don­nées de loca­li­sa­tion” en conti­nuant à uti­li­ser la plu­part des fonc­tion­na­li­tés d’une appli­ca­tion. Ce n’est pas le cas pour “Poke­mon Go”.

Que faut-il savoir de plus ?

Poke­mon Go” peut être un raz-de-marée !

Pour démar­rer faci­le­ment une conver­sa­tion avec votre ado­les­cent à pro­pos de ce jeu, deman­dez-lui de vous mon­trer com­ment ça marche. Par­ta­gez avec lui ce qui lui plait. Ce sera aus­si l’oc­ca­sion de par­ler avec lui de vos préoccupations.

En ce qui me concerne, mon fils aîné n’a pas encore “inter­net 3G” sur son télé­phone por­table, suite à un choix conve­nu ensemble (voir l’ar­ticle “Ache­ter son pre­mier télé­phone por­table à votre enfant”).

Mais je suis bien consciente qu’il nous fau­dra évo­luer, mais ensemble.
Qu’en est-il chez vous ?

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

6 Commentaires 

  1. Bz

    Bon­jour,
    Chez nous, les parents jouent aussi
    Aujourd’­hui, nos ados/pré ados ne jouent plus beau­coup, mais l’é­té der­nier, ce jeu nous a per­mis de faire des balades-chasse en famille, on a trou­vé ça sym­pa de par­ta­ger ces moments 

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour,
      Mer­ci de votre témoignage.
      A par­tir du moment où il y a du ludique et du par­tage, ce sont des bons moments à pas­ser ensemble.
      A bien­tôt sur “Ado­les­cence Positive”

      Répondre
  2. Marie

    Bon­jour,
    Ce n’est pas (encore) mon ado qui y joue, mais mon mari !
    Le gsm gref­fé à la main, comme pour tous les autres jeux aux­quels il joue sur son smartphone…
    Je n’y vois pas beau­coup d inté­ret, pas de com­mu­ni­ca­tion, pas de coopé­ra­tion, pas d’apprentissage…
    Mis à part le fait qu’il soit dehors, et que comme on peut le voir dans de nom­breuses vidéeo, par­fois les gens courent !
    Et sur­tout, quelle perte de temps !

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­soir Marie,

      J’en dis­cu­tais encore aujourd’­hui avec une amie : des groupes d’a­do­les­cents se retrouvent dans les parcs, et cherchent ensemble les Pokemon.
      Je pense jus­te­ment que c’est pour la com­mu­ni­ca­tion et la coopé­ra­tion, ain­si que pour l’ap­pren­tis­sage, que la pré­sence d’un adulte “gui­dant”, au moins au départ, et sui­vant l’âge, peut être intéressante.
      Pour le Gsm gref­fé, c’est une autre histoire 😉
      Je vous invite à lire mon article Ache­ter son pre­mier télé­phone por­table à son enfant : les réponses .

      A bien­tôt sur Ado­les­cence positive,

      Carole.

      Répondre
  3. Bortelle

    Mer­ci Carole pour cet article.
    Ma fille de presque 17 ans et mon fils de 19 ans sont à crocs de ce nou­veau jeu même au Portugal !
    J’ai abor­dé le sujet en disant que je trou­vais ce jeu dan­ge­reux sur­tout pour les jeunes enfants 😉
    Cau­che­mars, risques pour attra­per ces bes­tioles bref ils me rient au nez !
    Des ados encore !
    Carole du 64 , déjà inscrite 🙂

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­soir Carole !

      Ces risques existent effec­ti­ve­ment pour les jeunes enfants non accom­pa­gnés, je suis bien d’accord.
      Par ailleurs, je pars du prin­cipe que si un membre de la famille est mal à l’aise par rap­port à une situa­tion, dans votre cas l’ad­dic­tion à Poke­mon Go, il faut en par­ler sans se juger, sans “rire au nez”.
      Expli­quer pour­quoi on n’aime pas, et pour­quoi on aime.
      Pour­quoi on est inquiets.
      Des ados de 17 et 19 ans peuvent com­prendre qu’il faut pro­té­ger et accom­pa­gner les plus jeunes.

      Bon séjour au Por­tu­gal, et à bien­tôt sur le blog,

      Carole.

      Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest