5 choses sur Pokemon Go que les parents doivent savoir

Crédits photo : Chris­telle Neko

Depuis quelques jours, vous enten­dez par­ler de Poke­mon Go et des prises de risques induites pour vos enfants. Voi­ci un rapide aper­çu sur ce que vous, parents, devez savoir sur ce jeu, et des astuces pour que votre ado­les­cent, puisque qu’il y joue­ra pro­ba­ble­ment, le fasse sans risque.

J’ai pen­sé écrire cet article suite à une réac­tion d’un lec­teur à mon article “Encou­ra­gez votre ado­les­cent à ne pas res­ter enfer­mé tout l’é­té (devant ses jeux vidéo)”. Ce lec­teur posait la ques­tion : “Poke­mon Go, est-ce que ça compte pour une sor­tie ?

Qu’est-ce que Pokemon Go ?

Poke­mon Go” est un jeu vidéo pour smart­phone, uti­li­sant ce qu’on appelle “la réa­li­té aug­men­tée”. Ce que vous voyez quand vous jouez res­semble au monde qui vous entoure, mais ce monde a été “aug­men­té”, avec dans ce cas des petites créa­tures fan­tas­tiques, les “Poke­mons”.

Je suis un peu “trop vieille” pour avoir connu enfant “Poke­mon, attra­pez-les tous !” , mais mes enfants ont col­lec­tion­né des “cartes Poke­mon” avant même de savoir lire. Donc je connais un peu Pika­chu, Sala­mèche, Aspi­cot, Che­ti­flor, Dra­co­losse et Magi­carpe

Poke­mon Go” est basé sur le jeu vidéo ori­gi­nalPoke­mon” sor­ti dans les années 1990. En rédi­geant cet article, j’ai d’ailleurs appris que “Poke­mon” était l’a­bré­via­tion de “Pocket mons­ter” soit “Monstre de poche” 😉

Pokemon Go, comment ça marche ?

Après télé­char­ge­ment sur télé­phone por­table, “Poke­mon Go” uti­lise l’appa­reil pho­to et le GPS du Smart­phone pour modé­li­ser une vue de l’en­vi­ron­ne­ment du joueur. Selon les para­mètres choi­sis, la visua­li­sa­tion sera “réelle” ou “ani­mée”. Si le joueur des­cend les “Champs Ely­sées”, il voit cette ave­nue. Si le joueur est au parc de la tête d’or à Lyon, il le visua­lise sur son télé­phone. Vous situez ?

Le jeu aug­mente alors cette visua­li­sa­tion avec des per­son­nages “Poke­mon” , qui sont “pla­cés” dans le décor à l’aide du GPS. Tous les joueurs voient les mêmes per­son­nages, l’ob­jec­tif étant de les décou­vrir et de les attra­per : “Attra­pez-les tous ! Got­ta catch’em all”.

Mises en garde élémentaires

Comme l’envoi de SMS, “Poke­mon Go” peut dis­traire les joueurs du monde réel. La réa­li­té aug­men­tée ne montre pas en temps réel l’en­vi­ron­ne­ment du joueur. Cela signi­fie qu’il n’y a aucune “vraie voi­ture” ou “vraie per­sonne” , ni aucun “dan­ger réel ” sur l’é­cran ani­mé du jeu. Vous avez déjà enten­du par­lé de joueurs vic­times ou déclen­cheurs d’acci­dents de la route, de vio­la­tion de pro­prié­té pri­vé, de joueurs entrant en col­li­sion, vic­times de racket ou fai­sant des décou­vertes macabres.

  • Rap­pe­lez à votre ado­les­cent qu’en jouant à “Poke­mon Go”, il doit être atten­tif en per­ma­nence à son envi­ron­ne­ment. Un joueur doit regar­der où il marche avec ses propres yeux, pas à tra­vers l’in­ter­face du jeu.
  • Expli­quez lui que cer­tains per­son­nages peuvent se trou­ver dans des endroits dan­ge­reux. Si le “Poke­mon eauLévia­tor se trouve der­rière une cas­cade, pas la peine d’es­ca­la­der la bar­rière de sécu­ri­té pour l’atteindre 😉
  • De toute évi­dence, votre ado­les­cent ne doit jamais jouer à “Poke­mon Go” en conduisant.

Questions relatives à la sécurité

Vie privée

Comme d’autres appli­ca­tions uti­li­sant le GPS, “Poke­mon Go” connaît bien les dépla­ce­ments des joueurs. D’a­près la poli­tique de confi­den­tia­li­té du fabri­cant, l’ap­pli­ca­tion peut col­lec­ter votre adresse élec­tro­nique, votre adresse IP, votre his­to­rique Web récent, votre nom d’u­ti­li­sa­teur et votre géolocalisation.

Enregistrement sur Google

Les joueurs qui s’en­re­gistrent sur “Poke­mon Go” avec un compte Google auto­risent sans s’en rendre compte, l’ac­cès à presque toutes leurs don­nées de compte Google. Typi­que­ment, quand vous enre­gis­trez un compte sur Face­book ou Twit­ter, seules des infor­ma­tions “de base” sont dis­po­nibles via l’application.

Ce n’est pas le cas avec “Poke­mon Go”, en par­ti­cu­lier pour vos don­nées Google. Le jeu peut avoir accès à vos don­nées Gmail, Google Drive, Google Maps, Google Pho­tos.

A l’heure où je rédige cet article, la socié­té Nin­ten­do a trou­vé une parade à ce pro­blème, mais les joueurs doivent se dés­ins­crire, puis s’en­re­gis­trer à nouveau.

Rappels de sécurité

  • Deman­dez à votre ado­les­cent de véri­fier ses para­mètres de confi­den­tia­li­té sur “Poke­mon Go”. Aller sur “Para­mètres”, faites défi­ler vers le bas pour trou­ver l’ap­pli­ca­tion “Poke­mon Go”.
  • Faites com­prendre à votre enfant que ce jeu suit à la trace et en per­ma­nence le dépla­ce­ment des joueurs. Beau­coup d’ap­pli­ca­tions uti­lisent des don­nées de géo­lo­ca­li­sa­tion, y com­pris des plates-formes de réseaux sociaux, comme “Snap­chat” et “Ins­ta­gram” . La plu­part du temps, vous pou­vez sup­pri­mer une “auto­ri­sa­tion d’ac­cès aux don­nées de loca­li­sa­tion” en conti­nuant à uti­li­ser la plu­part des fonc­tion­na­li­tés d’une appli­ca­tion. Ce n’est pas le cas pour “Poke­mon Go”.

Que faut-il savoir de plus ?

Poke­mon Go” peut être un raz-de-marée !

Pour démar­rer faci­le­ment une conver­sa­tion avec votre ado­les­cent à pro­pos de ce jeu, deman­dez-lui de vous mon­trer com­ment ça marche. Par­ta­gez avec lui ce qui lui plait. Ce sera aus­si l’oc­ca­sion de par­ler avec lui de vos préoccupations.

En ce qui me concerne, mon fils aîné n’a pas encore “inter­net 3G” sur son télé­phone por­table, suite à un choix conve­nu ensemble (voir l’ar­ticle “Ache­ter son pre­mier télé­phone por­table à votre enfant”).

Mais je suis bien consciente qu’il nous fau­dra évo­luer, mais ensemble.
Qu’en est-il chez vous ?

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

6 Commentaires 

  1. Bz

    Bon­jour,
    Chez nous, les parents jouent aussi
    Aujourd’­hui, nos ados/pré ados ne jouent plus beau­coup, mais l’é­té der­nier, ce jeu nous a per­mis de faire des balades-chasse en famille, on a trou­vé ça sym­pa de par­ta­ger ces moments 

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­jour,
      Mer­ci de votre témoignage.
      A par­tir du moment où il y a du ludique et du par­tage, ce sont des bons moments à pas­ser ensemble.
      A bien­tôt sur “Ado­les­cence Positive”

      Répondre
  2. Marie

    Bon­jour,
    Ce n’est pas (encore) mon ado qui y joue, mais mon mari !
    Le gsm gref­fé à la main, comme pour tous les autres jeux aux­quels il joue sur son smartphone…
    Je n’y vois pas beau­coup d inté­ret, pas de com­mu­ni­ca­tion, pas de coopé­ra­tion, pas d’apprentissage…
    Mis à part le fait qu’il soit dehors, et que comme on peut le voir dans de nom­breuses vidéeo, par­fois les gens courent !
    Et sur­tout, quelle perte de temps !

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­soir Marie,

      J’en dis­cu­tais encore aujourd’­hui avec une amie : des groupes d’a­do­les­cents se retrouvent dans les parcs, et cherchent ensemble les Pokemon.
      Je pense jus­te­ment que c’est pour la com­mu­ni­ca­tion et la coopé­ra­tion, ain­si que pour l’ap­pren­tis­sage, que la pré­sence d’un adulte “gui­dant”, au moins au départ, et sui­vant l’âge, peut être intéressante.
      Pour le Gsm gref­fé, c’est une autre histoire 😉
      Je vous invite à lire mon article Ache­ter son pre­mier télé­phone por­table à son enfant : les réponses .

      A bien­tôt sur Ado­les­cence positive,

      Carole.

      Répondre
  3. Bortelle

    Mer­ci Carole pour cet article.
    Ma fille de presque 17 ans et mon fils de 19 ans sont à crocs de ce nou­veau jeu même au Portugal !
    J’ai abor­dé le sujet en disant que je trou­vais ce jeu dan­ge­reux sur­tout pour les jeunes enfants 😉
    Cau­che­mars, risques pour attra­per ces bes­tioles bref ils me rient au nez !
    Des ados encore !
    Carole du 64 , déjà inscrite 🙂

    Répondre
    • Carole Levy

      Bon­soir Carole !

      Ces risques existent effec­ti­ve­ment pour les jeunes enfants non accom­pa­gnés, je suis bien d’accord.
      Par ailleurs, je pars du prin­cipe que si un membre de la famille est mal à l’aise par rap­port à une situa­tion, dans votre cas l’ad­dic­tion à Poke­mon Go, il faut en par­ler sans se juger, sans “rire au nez”.
      Expli­quer pour­quoi on n’aime pas, et pour­quoi on aime.
      Pour­quoi on est inquiets.
      Des ados de 17 et 19 ans peuvent com­prendre qu’il faut pro­té­ger et accom­pa­gner les plus jeunes.

      Bon séjour au Por­tu­gal, et à bien­tôt sur le blog,

      Carole.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest