S’occuper cet été : comment votre adolescent va-t-il s’y prendre ?

Com­ment s’oc­cu­per cet été ? Temps de décom­pres­sion, vacances en famille, job d’é­té, acti­vi­tés variées. Lisez cet article pour vous aider à struc­tu­rer l’é­té en concer­ta­tion avec votre adolescent.

Évènement inter-blogueurs : “Vacances en famille

Cet article par­ti­cipe à l’é­vè­ne­ment men­suel du groupe de blo­gueurs “Car­na­val d’ar­ticles,” sur le thème du mois : “Vacances en famille.” Chaque par­ti­ci­pant pré­sente sa propre approche par rap­port à ce thème pro­po­sé par Auré­lie, du blog Super­li­poses, qui ouvre le bal avec l’ar­ticle Sa chambre dans une valise pour les vacances.

Votre adolescent va-t-il rester enfermé à la maison tout l’été ?

Votre ado­les­cent se plaint déjà depuis quelques années que les sor­ties que vous lui pro­po­sez, pen­dant les vacances d’é­té en famille ne l’in­té­ressent pas.

Quand il avait huit ans, vous l’emmeniez par­tout. Vous ne le lais­siez pas ou si peu au club enfant du cam­ping car vous pen­siez “Les vacances en famille, ce n’est pas cela !”.

Que vous soyez ou pas fan de visites de musées, vous consi­dé­rez qu’ouvrir votre enfant aux autres cultures est indis­pen­sable à son épa­nouis­se­ment, mais votre ado­les­cent traine des pieds pour vous suivre.

A par­tir d’un cer­tain âge, le huit clos parents-enfants devient pesant. Votre ado­les­cent pré­fère pas­ser du temps avec des jeunes de son âge, et vous sou­hai­tez ne plus l’en­tendre dire conti­nuel­le­ment : “Mais c’est nul ce truc !”, ou “Cela ne m’in­té­resse pas, je le fais parce que tu m’y obliges”, ou “Pour­quoi je ne peux pas jouer avec l’i-Pad en atten­dant ?”.

Vous trou­ve­rez dans cet article quelques sug­ges­tions pour que l’é­té convienne à toute la famille :

  • Pro­po­ser à votre ado­les­cent de pla­ni­fier avec vous.
  • Réflé­chir à un emploi du temps pour les pré-ados et jeunes adolescents.
  • Encou­ra­ger votre ado­les­cent plus âgé à obte­nir un job d’é­té.
  • Ne pas oublier le temps libre et l’ennui.

Planifiez avec votre adolescent comment il va s’occuper cet été

Voici le plan idéal de votre adolescent pour cet été…

  • Rat­tra­per les niveaux de jeux vidéo non atteints pen­dant l’an­née et battre le “big boss”.
  • Trai­ner tard le soir avec des amis.
  • Ne jamais se lever avant midi.
  • Faire ce qu’il veut quand il veut.

Votre ado­les­cent adore les vacances d’é­té parce qu’elles sont beau­coup plus longues que les autres, mais aus­si parce qu’il n’a aucun tra­vail sco­laire à réa­li­ser, aucun entrai­ne­ment spor­tif régu­lier ni compétitions.

Il se retrouve ain­si sans aucune struc­ture pour s’oc­cu­per, sur une période de vacances d’é­té pou­vant aller jus­qu’à deux mois et demi cer­taines années.

Comment établir une liste d’idée avec votre ado ?

Pour chaque période de vacances, nous avons pris l’habi­tude de prendre un “temps en famille,” pour écrire une liste d’i­dées d’ac­ti­vi­tés que cha­cun aime­rait réaliser.

Il est impor­tant d’impli­quer votre ado­les­cent dans cette recherche d’i­dées. Vous réta­blis­sez ain­si les connexions avec lui, vous tenez au cou­rant de ce qui l’in­té­resse.
C’est mieux de le faire avant la fin des cours, mais si vous ne l’a­vez pas encore fait, je pense sin­cè­re­ment qu’il n’est jamais trop tard !

Vous trou­ve­rez en fin d’ar­ticle une liste d’i­dées pour s’oc­cu­per cet été, que vous pour­rez com­plé­ter avec votre adolescent.

Si votre ado­les­cent n’a pas d’i­dées au départ, elles fini­ront par émer­ger. Par­mi ces acti­vi­tés, lais­sez-le ensuite déci­der de ce qu’il veut vrai­ment faire.

S’il vous annonce qu’il a l’in­ten­tion de lire tout l’é­té, allon­gé sur son lit, dites-lui :
Vas‑y si tu penses que cela te convient.”
Waouh, je n’au­rais jamais eu l’i­dée de faire cela quand j’é­tais ado­les­cent. Vrai­ment, tu m’im­pres­sionnes !
De cette manière, vous lui dites qu’il est vrai­ment unique et dif­fé­rent de vous.

Réfléchir à un emploi du temps pour les pré-ados et pour les jeunes adolescents

Vous pou­vez pro­po­ser à votre ado­les­cent d’équi­li­brer le temps struc­tu­ré et le temps non-struc­tu­ré.

Vacances en famille

La période de “vacances en famille” est impor­tante pour tous. Il est néces­saire de la choi­sir ensemble. Vous décou­vri­rez alors que vos jeunes ado­les­cents ont par exemple envie de par­tir à l’étranger.

Quoi que vous déci­diez, ces vacances en famille n’ont pas besoin d’être com­pli­quées ou oné­reuses pour deve­nir des moments heu­reux inou­bliables.

Période non structurée

Une période non struc­tu­rée per­met­tra à votre ado­les­cent de décom­pres­ser, et de se ques­tion­ner sur ce qu’il veut faire. Une semaine “Relax !” après la fin des cours est néces­saire.
Met­tez-vous d’ac­cord pour qu’il ne se lance pas dans des pro­jets impor­tants pen­dant une semaine entière.
Deman­dez-lui d’ai­der pour cer­taines tâches à la mai­son, mais ména­gez-lui éga­le­ment beau­coup de temps libre.

Période structurée pour s’occuper cet été 

La période onze-qua­torze ans n’est pas la plus facile pour votre ado­les­cent. Il ne peut pas encore tra­vailler, et il pense que le centre aéré ou le centre de loi­sirs, c’est pour les petits. Il est donc impor­tant qu’il trouve des acti­vi­tés struc­tu­rées qui lui paraissent assez exci­tantes, mais pas des­ti­nées aux petits, moyen­nant cer­tains com­pro­mis tels qu’une heure de réveil rai­son­nable, et un nombre jour­na­lier maxi­mum d’heures sur écran tout aus­si raisonnable.

Voi­ci quelques sug­ges­tions d’ac­ti­vi­tés structurées :

Stage ou colonie de vacances

Si vous pou­vez finan­ciè­re­ment vous le per­mettre, choi­sis­sez avec votre enfant un stage ou une colo­nie de vacances en rap­port avec l’un de ses centres d’in­té­rêt (infor­ma­tique, arts plas­tiques, théâtre, réa­li­sa­tion de man­gas, etc.).

Embauche d’un étudiant

Contrai­re­ment à un adulte, qui peut don­ner l’im­pres­sion aux jeunes ado­les­cents d’être pris pour des petits, ou de s’en tenir à une banale sur­veillance, un étu­diant sera mieux per­çu par votre jeune ado­les­cent. L’un de mes amis, l’an­née de ses dix-huit ans, s’é­tait occu­pé pen­dant le mois d’août d’un jeune de onze ans et lui avait appris la gui­tare : une belle expérience.

Utiliser votre réseau

Les grands-parents, les oncles et les tantes, les cou­sins plus âgés, les par­rains et mar­raines, les amis de longue date, peuvent aus­si prendre en charge vos jeunes ado­les­cents pour quelques jours, leur pro­cu­rant ain­si d’un cadre affec­tif et une cer­taine atten­tion par rap­port à l’u­ti­li­sa­tion d’in­ter­net par exemple.
Infor­mez-vous aus­si des besoins des autres parents qui vous entourent. Vous pou­vez vous dépan­ner les uns les autres selon vos emplois du temps ou votre charge de tra­vail, et pro­po­ser des acti­vi­tés com­munes aux deux familles à tour de rôle.

Occuper votre adolescent avec des services à rendre

Pour gagner un peu d’argent de poche, cer­tains voi­sins peuvent pro­po­ser à votre adolescent :

  • de pro­me­ner leur chien,
  • d’ai­der au jar­di­nage,
  • d’aider une jeune maman,
  • de répa­rer l’or­di­na­teur ou d’ins­tal­ler de nou­velles appli­ca­tions si votre ado­les­cent s’y connait.

Chercher des activités gratuites

Pen­dant l’é­té, de nom­breuses biblio­thèques muni­ci­pales, média­thèques, pis­cines, ou centres de loi­sirs pro­posent des acti­vi­tés gra­tuites ou très abor­dables pour les adolescents.

Une fois encore, il n’est pas ques­tion ici d’oc­cu­per votre ado­les­cent toute la jour­née, mais de ne pas pro­lon­ger à l’in­fi­ni son “temps de décom­pres­sion”, en favo­ri­sant les acti­vi­tés à l’ex­té­rieur de la mai­son.

Encourager votre adolescent plus âgé à obtenir un job d’été

Tra­vailler l’é­té, ne serait-ce qu’une petite semaine, peut être une expé­rience très enri­chis­sante pour votre ado­les­cent. Il résis­te­ra cer­tai­ne­ment à l’i­dée d’un job d’é­té, mais  ce n’est pas pour cela que ce n’est pas une bonne idée.

Que ce tra­vail soit rému­né­ré ou pas, il lui permettra :

  • la mise en œuvre de talents qu’il ne soup­çon­nait pas, comme gérer un groupe d’en­fants en tant qu’a­ni­ma­teur, ou une com­pé­tence qu’il n’au­rait pas pu acqué­rir au col­lège ou au lycée – Béné­fice : Amé­lio­ra­tion de la confiance en soi,
  • de se débrouiller sans l’aide de ses parents – Béné­fice  : se sen­tir plus libre et plus auto­nome,
  • de se faire de nou­veaux amis – Béné­fice : se sen­tir capable de nouer de nou­velles rela­tions sociales,
  • en fai­sant du volon­ta­riat dans une asso­cia­tion cari­ta­tive, de réa­li­ser qu’il béné­fi­cie d’une édu­ca­tion de qua­li­té, ain­si que de condi­tions de vie pri­vi­lé­giées – Béné­fice : prise de conscience du monde qui l’en­toure,
  • d’a­voir un aper­çu du monde du tra­vail, avec ses contraintes et ses défis, et de côtoyer d’autres adultes – Béné­fice  : on se fait sa propre opi­nion en vivant les expé­riences.

Ne pas oublier le temps libre

Tout le monde a besoin de vacances, et votre ado­les­cent ne fait pas excep­tion à la règle.
Sa période “temps libre” peut même être : res­ter à la mai­son en regar­dant en boucle tous les épi­sodes des “Simp­sons”, les der­nières vidéos de “Topi­to”, des You­tu­beurs à la mode, et des replay de la der­nière sai­son de “The Voice”.

Ne vous inquié­tez pas si vous avez l’im­pres­sion que votre ado­les­cent ne fait rien une par­tie de l’é­té. L’ennui, qui n’est pas for­cé­ment une mau­vaise chose, sti­mu­le­ra sa créa­ti­vi­té.

Si vous auto­ri­sez votre enfant à éprou­ver l’in­con­fort lié à l’en­nui, il pour­ra rebon­dir avec des idées créatives.

Quand un ado­les­cent regarde fixe­ment le pla­fond, même si cela vous parait étrange, ce temps est pro­duc­tif. L’en­nui est le début de la prise de déci­sion, qui est la base du pro­ces­sus de l’i­den­ti­fi­ca­tion de l’adolescent :

  • Que pour­rais-je faire ?
  • Qu’ai-je envie de faire ?
  • Quels choix vais-je faire ?”

L’ob­jec­tif est de le lais­ser se remuer les méninges, à la suite de quoi il pour­ra être capable par exemple, de choi­sir les acti­vi­tés qu’il pour­sui­vra l’an prochain.

Idées d’activités pour s’occuper cet été, à vous de chercher !

Les meilleures idées seront les vôtres. Voi­ci quelques pistes :

Ping-pong, pis­cine, jeux vidéo, jeux de socié­té, ache­ter de nou­veaux man­gas, aller en colo­nie de vacances, ciné­ma, vélo, faire de la musique, écou­ter de la musique, lire, des­si­ner, aller à la biblio­thèque, foot­ball, bow­ling, visi­ter de nou­veaux pays, water-polo, dan­ser, vol­ley-ball, jeux de pla­teau, dis­cu­ter, jeu d’é­checs, faire des acro­ba­ties, hand-ball, faire de la pho­to­gra­phie, accro­branche, inven­ter des his­toires, etc.

Et vous, quelles expé­riences vous ont paru gra­ti­fiantes pour votre ado­les­cent ces der­nières vacances ? N’hé­si­tez pas à par­ta­ger dans les com­men­taires ci-dessous.

Pour aller plus loin : vous pou­vez visi­ter le site Beaux exemples de par­cours soli­daires.

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

4 Commentaires 

  1. Christine

    Bon­jour Carole,

    C’est vrai que les vacances avec les ados ce n’est pas tou­jours une par­tie de plai­sir, je me suis vue ren­trée de vacances plus fati­guée (ner­veu­se­ment) qu’a­vant de par­tir ! Mon der­nier n’est pas encore ado, il me reste donc quelques années de “tran­quilli­té”. En atten­dant je vais par­cou­rir ton blog pour prendre de l’avance 😉 !
    Mer­ci pour tes partages
    Christine

    Répondre
    • Carole Levy

      Mer­ci Christine.
      Tu sou­lèves un point inté­res­sant quand tu dis ” il me reste quelques années de tranquillité”.
      Jus­te­ment, par ce blog, je sou­haite que les parents n’en­vi­sagent pas l’a­do­les­cence comme une période ter­ri­fiante. C’est une période de grands chan­ge­ments pour toute la famille.
      Nous n’a­vons juste pas été “édu­qués” à y faire face.
      N’hé­site pas à com­men­ter d’autres articles, même si tes enfants ne sont pas encore des ados 😉
      A bientôt,
      Carole.

      Répondre
  2. Magali

    Mer­ci Carole pour ces idées et astuces ! Car effec­ti­ve­ment, pour nos ados, pas­sée l’eu­pho­rie “You­hou, je peux regar­der You­Tube toute la jour­née” se pré­sente bien vite un sen­ti­ment de vide et d’en­nui… qu’ils n’osent pas for­cé­ment “avouer” par fier­té et pour ne pas s’en­tendre répli­quer un “ah, ah, je croyais que c’é­tait ça que tu vou­lais ? Alors comme ça, c’est pas si drôle que ça, YouTube ?” 😉

    Répondre
    • Carole Levy

      J’é­vite effec­ti­ve­ment de cri­ti­quer leurs “You­tub­beurs” préférés.
      C’est une belle vic­toire quand mon ado me dit que jouer aux jeux videos plus de deux heures, ça le saoule.
      La semaine “relax” per­met de relâ­cher la “pres­sion paren­tale”, et d’ai­der les enfants à s’auto-réguler.

      Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest