Rupture amoureuse de votre adolescent : comment réagir ?

Auteurs invités :

Gaous­sou SAMAKE du blog Ado­les­cent rebelle

Crédits photo : www​.pexels​.com

De nom­breux parents se demandent com­ment réagir face à une rup­ture amou­reuse de leur ado­les­cent. En effet, le pre­mier amour à l’adolescence rime sou­vent avec pas­sion, mais aus­si dés­illu­sion. La puis­sance des sen­ti­ments est telle, durant la puber­té, qu’une dépres­sion amou­reuse peut tota­le­ment bou­le­ver­ser votre ado. En tant que parents, il est dif­fi­cile de savoir com­ment aider son fils ou sa fille à sur­mon­ter son cha­grin d’amour.

J’ai aujourd’­hui le plai­sir d’ac­cueillir Gaous­sou SAMAKE, du blog Ado­les­cent rebelle. Le but de ce blog est d’ai­der les parents à régler les dif­fi­cul­tés ren­con­trées avec leur ado­les­cent. Gaous­sou est édu­ca­teur spé­cia­li­sé depuis bien­tôt 10 ans, et a tra­vaillé avec près de 500 ado­les­cents. Sur son blog, il vous fait part de son exper­tise, notam­ment pour empê­cher votre ado­les­cent d’en­trer dans la délinquance.

Dans la suite de cet article, Gaous­sou vous explique com­ment réagir, étape par étape, lorsque votre ado­les­cent vit une sépa­ra­tion amou­reuse.

Comment identifier le chagrin d’amour de votre ado ?

Votre ado­les­cent est une vraie mar­motte ! Il peut pas­ser 12 heures par nuit à dor­mir durant les week-ends, et il est encore fati­gué en se levant. Mais en ce moment, il se lève les yeux gon­flés et rouges comme s’il n’avait pas fer­mé l’œil de la nuit. Pour­tant, vous avez mis une règle en place avec lui, aucun écran (ordi­na­teur, télé­phone, tablette…) dans la chambre à par­tir de 21h. Que peut-il bien faire alors ? De plus, il a le moral dans les chaus­settes. Il est tout mou et a une démarche nonchalante.

Ses résul­tats sco­laires sont en chute libre. C’est pour­tant un élève stu­dieux, vous ne com­pre­nez pas.

Vous le stop­piez à table car il pou­vait s’ingurgiter 4 assiettes pleines de vos bons plats mais là, il a même du mal à finir l’entrée et est pres­sé de quit­ter la table pour mon­ter dans sa chambre.

A quoi est due cette métamorphose ?

Votre ado est deve­nu agres­sif ver­ba­le­ment. Le moindre pré­texte est bon pour qu’il s’emporte. Ses petits frères et sœurs en subissent les conséquences.

Vous essayez d’en dis­cu­ter avec lui, voi­ci ses réponses :

« J’ai rien » , « Je suis bien » , « Laisse-moi

Ce que votre ado veut dire c’est plutôt :

« Je vais mal » , « Je ne suis pas bien » , « Ne me laisse pas ».

Vous finis­sez par com­prendre que sa copine (ou son copain) a mis fin à leur rela­tion. Et là, vous vous rap­pe­lez votre jeu­nesse (très, très loin­taine) où vous étiez dans la même situa­tion. Ce fameux Pierre qui vous a aban­don­née pour votre « meilleure amie » Corinne. Vos mau­vais sou­ve­nirs refont sur­face et vous vous dites « Mais pour­quoi ? Qu’avait-elle de plus que moi… » !

Vous y pen­se­rez une autre fois, cette fois-ci c’est de votre ado dont on parle !

Cette période déli­cate peut mal finir si vous n’êtes pas pré­sent pen­dant qu’il a besoin de votre sou­tien, même s’il ne vous le dira pas …

Agissez avant que la rupture amoureuse n’arrive à votre adolescent

Ado qui pleure
Agir avant que la rup­ture n’arrive.

Agir avant que la rup­ture n’arrive ? En fai­sant de la pré­ven­tion, tout simplement.

En effet, même si les consé­quences d’une rup­ture amou­reuse d’un ado­les­cent ne sont pas tou­jours pré­vi­sibles, on peut affir­mer sans se trom­per que la tris­tesse est une émo­tion fré­quem­ment vécue. Il est donc inté­res­sant de prendre les devants en expli­quant à votre ado­les­cent ce qu’il s’est pas­sé, sans pour autant agir comme l’oiseau de mau­vais augure ! Il s’agit sim­ple­ment de le sensibiliser.

Votre ado doit com­prendre ce qu’implique une rela­tion amou­reuse. Cela peut paraître évident mais vous devez lui par­ler des grandes lignes. Je vous expli­que­rai com­ment faire avec un exemple de dis­cours que vous trou­ve­rez un peu plus loin dans l’article.

Votre devez éga­le­ment expli­quer à votre ado­les­cent que dans une rela­tion amou­reuse, il y a des aspects posi­tifs et des aspects néga­tifs. Comme pour tout dans la vie, en avoir conscience per­met de s’y pré­pa­rer. N’hé­si­tez pas à lire l’ar­ticle de Carole sur l’a­mour à l’a­do­les­cence et notre place de parent.

L’importance de la prévention

Votre ado n’arrivera pas en ter­rain incon­nu si vous abor­dez avec lui le sujet. Cela ne sera évi­dem­ment pas suf­fi­sant tant qu’il n’est pas dedans, mais cela l’aidera beau­coup pen­dant et après sa rela­tion (à part si sa pre­mière copine est la femme de sa vie).

Il pour­ra éga­le­ment se pré­pa­rer psy­cho­lo­gi­que­ment aux diverses périodes qu’il pour­ra ren­con­trer durant sa rela­tion (dis­putes, sou­ve­nirs inou­bliables, rup­ture momentanée…).

Et s’il n’est pas prêt à vous écouter ?

Une rela­tion ou une rup­ture amou­reuse chez l’a­do­les­cent est intime. C’est son inti­mi­té. Il ne vous dira pro­ba­ble­ment pas tout. Alors pour en dis­cu­ter, cela se révèle être aus­si difficile.

Si vous pen­sez que c’est la meilleure solu­tion, par­lez-lui direc­te­ment, avec modé­ra­tion pour ne pas l’effrayer. Dîtes-lui les choses comme vous le sen­tez en lui disant par exemple ce qui va suivre :

« Mon fils (ou ma fille), une rela­tion amou­reuse c’est lorsque deux per­sonnes tombent amou­reuses l’une de l’autre et décident de che­mi­ner ensemble. Dans cette rela­tion, il peut y avoir des mal­en­ten­dus, des dis­putes mais cela ne veut pas dire que les per­sonnes ne s’aiment plus. Ce sont des évè­ne­ments clas­siques liés à la vie de couple.

Il arrive aus­si par­fois que les amou­reux se séparent. Cela fait mal au cœur et les per­sonnes peuvent tra­ver­ser toutes les émo­tions, par­ti­cu­liè­re­ment la tris­tesse. Si jamais cela t’arrive un jour, sache que nous, tes parents, seront là pour toi à ce moment-là, car cela peut être un moment dif­fi­cile. Nous te sou­tien­drons ».

Vous pou­vez éga­le­ment le faire de manière plus sub­tile. Vous pou­vez par exemple regar­der un film d’amour et le soir à table vous lan­cez la dis­cus­sion sur ce film. Pro­fi­tez-en pour faire pas­ser vos mes­sages sans que votre ado se sente direc­te­ment visé.

Un autre moyen qui peut être aus­si effi­cace est d’avoir un témoi­gnage d’un autre ado plus âgé que le vôtre à pro­pos de son vécu, ses his­toires. Votre ado sera plus en mesure de l’écouter plu­tôt qu’un dis­cours d’un « vieux ».

Attention !

Vous ne devez sur­tout pas trop en faire. C’est-à-dire lui « bour­rer le crâne » ! Lais­sez le temps faire les choses même si vous pou­vez mettre votre petit grain de sel.

N’angoissez pas, n’ayez pas peur pour votre ado. Vous allez juste lui trans­mettre votre angoisse et ce n’est pas le but ! Rap­pe­lez-vous qu’il s’agit de la pré­ven­tion, n’imaginez pas le pire.

Ne soyez pas trop néga­tif non plus. L’amour est une très bonne chose. Il n’y a pas que des points néga­tifs, faites-le lui savoir ! La joie, le bon­heur d’être à deux, les SMS mati­naux … Tout ce qui peut le rendre heureux.

Montrez-vous très présent (j’ai dit « très » pas « trop » !) durant la rupture

Mère présente
Se mon­trer pré­sent durant la rupture.

Vous avez fait ce qu’il fal­lait avec votre ado­les­cent dans la pré­ven­tion. C’est bien mais comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas suf­fi­sant. Sa moi­tié l’a lais­sé, l’a aban­don­né, tout est fini. Et là, votre ado a besoin de vous et vous vous deman­dez com­ment l’aider à sur­mon­ter son cha­grin d’amour.

Il a besoin de récon­fort, de votre pré­sence. La per­sonne qu’il aimait le plus au monde (sans comp­ter sa famille) l’a tra­hi, jeté. C’est votre rôle main­te­nant d’être pré­sent pour lui.

Vous devez l’aider à ce qu’il fasse le deuil de sa rela­tion amoureuse.

C’est impor­tant pour qu’il gran­disse de cet échec, et qu’il sorte encore plus fort lors de la pro­chaine rupture.

Vous devez l’aider à remon­ter la pente et à reprendre tout ce qu’il a lais­sé pour vivre son amour (ami, sport, théâtre et toutes autres activités).

Oui, mais comment l’aider ?

Votre ado­les­cent ne doit pas res­ter en inac­ti­vi­té, vous devez le faire bou­ger et sor­tir afin qu’il pense à autre chose. C’est bien connu, lorsqu’on se sent mal, il vaut mieux s’occuper plu­tôt que de res­ter allon­gé devant la télé à regar­der des films qui nous font pleurer !

Et vous, com­ment se sont pas­sées vos propres his­toire de rup­ture amou­reuse d’a­do­les­cent ? N’hésitez pas à lui par­ta­ger votre expé­rience. Cela peut le ras­su­rer de savoir que vous avez vécu une rup­ture et que cela ne vous a pas empê­ché d’être heureux.

La jour­née, vous êtes au tra­vail et lui à l’école. Envoyez-lui un sms de temps en temps (s’il a le droit d’avoir le télé­phone dans son école) pour savoir com­ment il va, lui dire que vous l’aimez … Quand vous ren­trez le soir, pas­sez du temps avec lui pour dis­cu­ter, lui faire un câlin.

Ces petits gestes quo­ti­diens lui feront un énorme bien, croyez-moi !

A ne pas faire lors d’une rupture amoureuse

Comme je l’ai dis dans le titre, ne soyez pas trop pré­sent ! Si vous en faites trop, vous allez empi­rer la situation.

Je parle sou­vent de dis­tance à avoir, d’être pré­sent sans trop l’être. Je l’explique plus clai­re­ment dans mon guide que vous pou­vez rece­voir en vous ren­dant sur mon blog Ado­les­cent rebelle.

Ne vous met­tez pas à la place de votre ado en l’aidant à creu­ser son trou. Vous pou­vez avoir de l’empathie pour lui, com­prendre ce qu’il vit mais n’allez pas dans le trou avec lui !

Redonnez-lui confiance

« Je suis moche, c’est pour ça », « Je suis trop bête ça m’énerve », « J’ai trop gros­si… ». Voi­là le genre de phrases que vous pou­vez entendre de la part de votre ado. La fin de la rela­tion est com­pli­quée, il va peut-être mettre tous les torts de son côté.

Votre rôle est de l’encourager et l’aider à retrou­ver confiance en lui.

Res­sor­tir plus fort de cette rup­ture amou­reuse d’a­do­les­cent exige que vous l’ai­diez. Comme je l’ai dit pré­cé­dem­ment, votre ado doit reprendre les habi­tudes qu’il a lais­sées pour sa rela­tion amou­reuse. Il doit reprendre ses cours de gui­tare, le foot, revoir ses amis le mer­cre­di après-midi après les cours …

Voici ce que vous devez faire

Votre ado se sen­ti­ra mieux phy­si­que­ment et psy­cho­lo­gi­que­ment si vous le valo­ri­sez. Il est ren­tré à l’heure de sa sor­tie, encou­ra­gez-le à conti­nuer à res­pec­ter les horaires. Il a ran­gé sa chambre pour la pre­mière fois après sa rup­ture amou­reuse, féli­ci­tez-le, applau­dis­sez-le, faites la « Ola » avec ses frères et sœurs ! Tout cela dans la rigo­lade bien sûr ! Il décro­che­ra un sourire.

Lorsqu’il rentre de son cours de gui­tare, deman­dez-lui de vous dire ce qu’il a appris et de vous faire une petite démo de 5 minutes. Cela lui fera plai­sir même s’il se plaint un peu.

Allez le voir à son match de foot, allez le cher­cher après sa séance de ciné­ma avec ses amis … Com­mu­ni­quez et inté­res­sez-vous à lui tout en met­tant en valeur ses qua­li­tés plu­tôt que ses défauts.

En temps nor­mal, vous ne lui faites pas confiance lorsqu’il va chez son meilleur ami, vous pré­fé­rez l’accompagner. Faites-lui confiance en le lais­sant s’y rendre seul ! Et ne l’appelez pas toutes les 2 minutes pour savoir si tout se passe bien !

Erreurs à éviter

N’en faites pas trop ! Il pen­se­ra que vous n’êtes pas sin­cère et cela com­pli­que­ra encore plus la situa­tion. N’allez pas lui dire toutes les 3 minutes « Tu es belle ma fille » , « Je t’aime » … Vous per­drez de la crédibilité.

Il ne faut sur­tout pas infan­ti­li­ser votre ado ! Oui je sais, c’est votre bébé et cela le res­te­ra tou­jours même à son âge adulte mais un ado déteste qu’on le prenne pour un enfant !

Par exemple, si vous le lais­sez pré­pa­rer des pâtes, n’allez pas contrô­ler toutes les minutes pour voir s’il n’a pas mis trop d’eau ou trop de sel. Il le pren­dra mal à coup sûr. Lais­sez-le faire, et même s’il se trompe, il appren­dra de ses erreurs.

Ne soyez pas trop souple non plus. D’accord, c’est vrai, il sort d’une rela­tion amou­reuse, il en souffre. Ce n’est pas une rai­son pour tout lui accor­der en accep­tant des choses qui ne sont pas for­cé­ment bonnes pour lui.

S’il doit ren­trer le same­di à 18h30, n’accordez pas une sor­tie jusqu’à 20h30 (sauf excep­tion). Il en pro­fi­te­ra pour vous ama­douer à chaque demande pour que vous finis­siez par accep­ter ses requêtes.

Vous avez les cartes en main

Cartes en main
Les cartes en main pour redon­ner confiance à votre ado.

La rup­ture amou­reuse d’un ado­les­cent peut être com­pli­quée, très com­pli­quée ou même dra­ma­tique dans cer­tains cas. Il est impor­tant de savoir com­ment agir plu­tôt que d’être attentiste.

Dans cet article, je vous ai expli­qué com­ment être pré­voyant avant que le pos­sible cha­grin d’a­mour de votre ado n’ar­rive, com­ment aider votre fille ou votre fille durant cette période déli­cate, et l’importance de lui redon­ner confiance en lui.

Vous savez à pré­sent com­ment faire pour sou­te­nir votre ado­les­cent pen­dant sa sépa­ra­tion amou­reuse. Je ne dis pas que tout sera facile, mais en tout cas vous faci­li­tez la tâche.

Vous vous dou­tez bien que ce n’est pas suf­fi­sant de savoir ! Je sais com­ment pré­pa­rer un bœuf bour­gui­gnon, mais si je ne me mets pas en action, il n’y aura pas de résultats !

Il ne sera pas facile pour vous de mettre en place ce que j’explique dans cet article. Le rôle de parent n’est pas le monde des bisou­nours, vous le savez très bien. Il fau­dra vous adap­ter aux com­por­te­ments de votre ado, aux règles, à votre envi­ron­ne­ment fami­lial … Ce n’est vrai­ment pas évident.

Le plus impor­tant est d’avoir la volon­té, la per­sé­vé­rance et la patience. Vous aurez déjà fait la moi­tié du chemin.

Je sais que par­fois vous serez à bout et que vous ne sau­rez plus quoi faire. Cela peut arri­ver et c’est épui­sant, en effet.

Vous aimez énor­mé­ment votre ado, n’est-ce pas ? Alors, mon­trez-lui que vous êtes pré­sent pour lui et que vous ferez le maximum.

Pas­sez à l’action main­te­nant, vous serez récom­pen­sé de vos efforts. Quoi de mieux que de voir ses enfants heureux ?

Bon cou­rage à vous,
Gaous­sou Sama­ké, du blog Ado­les­cent Rebelle.

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest