Rupture amoureuse de votre adolescent : comment réagir ?

Auteurs invités :

Gaous­sou SAMAKE du blog Ado­les­cent rebelle

Crédits photo : www​.pexels​.com

De nom­breux parents se demandent com­ment réagir face à une rup­ture amou­reuse de leur ado­les­cent. En effet, le pre­mier amour à l’adolescence rime sou­vent avec pas­sion, mais aus­si dés­illu­sion. La puis­sance des sen­ti­ments est telle, durant la puber­té, qu’une dépres­sion amou­reuse peut tota­le­ment bou­le­ver­ser votre ado. En tant que parents, il est dif­fi­cile de savoir com­ment aider son fils ou sa fille à sur­mon­ter son cha­grin d’amour.

J’ai aujourd’­hui le plai­sir d’ac­cueillir Gaous­sou SAMAKE, du blog Ado­les­cent rebelle. Le but de ce blog est d’ai­der les parents à régler les dif­fi­cul­tés ren­con­trées avec leur ado­les­cent. Gaous­sou est édu­ca­teur spé­cia­li­sé depuis bien­tôt 10 ans, et a tra­vaillé avec près de 500 ado­les­cents. Sur son blog, il vous fait part de son exper­tise, notam­ment pour empê­cher votre ado­les­cent d’en­trer dans la délinquance.

Dans la suite de cet article, Gaous­sou vous explique com­ment réagir, étape par étape, lorsque votre ado­les­cent vit une sépa­ra­tion amou­reuse.

Comment identifier le chagrin d’amour de votre ado ?

Votre ado­les­cent est une vraie mar­motte ! Il peut pas­ser 12 heures par nuit à dor­mir durant les week-ends, et il est encore fati­gué en se levant. Mais en ce moment, il se lève les yeux gon­flés et rouges comme s’il n’avait pas fer­mé l’œil de la nuit. Pour­tant, vous avez mis une règle en place avec lui, aucun écran (ordi­na­teur, télé­phone, tablette…) dans la chambre à par­tir de 21h. Que peut-il bien faire alors ? De plus, il a le moral dans les chaus­settes. Il est tout mou et a une démarche nonchalante.

Ses résul­tats sco­laires sont en chute libre. C’est pour­tant un élève stu­dieux, vous ne com­pre­nez pas.

Vous le stop­piez à table car il pou­vait s’ingurgiter 4 assiettes pleines de vos bons plats mais là, il a même du mal à finir l’entrée et est pres­sé de quit­ter la table pour mon­ter dans sa chambre.

A quoi est due cette métamorphose ?

Votre ado est deve­nu agres­sif ver­ba­le­ment. Le moindre pré­texte est bon pour qu’il s’emporte. Ses petits frères et sœurs en subissent les conséquences.

Vous essayez d’en dis­cu­ter avec lui, voi­ci ses réponses :

« J’ai rien » , « Je suis bien » , « Laisse-moi

Ce que votre ado veut dire c’est plutôt :

« Je vais mal » , « Je ne suis pas bien » , « Ne me laisse pas ».

Vous finis­sez par com­prendre que sa copine (ou son copain) a mis fin à leur rela­tion. Et là, vous vous rap­pe­lez votre jeu­nesse (très, très loin­taine) où vous étiez dans la même situa­tion. Ce fameux Pierre qui vous a aban­don­née pour votre « meilleure amie » Corinne. Vos mau­vais sou­ve­nirs refont sur­face et vous vous dites « Mais pour­quoi ? Qu’avait-elle de plus que moi… » !

Vous y pen­se­rez une autre fois, cette fois-ci c’est de votre ado dont on parle !

Cette période déli­cate peut mal finir si vous n’êtes pas pré­sent pen­dant qu’il a besoin de votre sou­tien, même s’il ne vous le dira pas …

Agissez avant que la rupture amoureuse n’arrive à votre adolescent

Ado qui pleure
Agir avant que la rup­ture n’arrive.

Agir avant que la rup­ture n’arrive ? En fai­sant de la pré­ven­tion, tout simplement.

En effet, même si les consé­quences d’une rup­ture amou­reuse d’un ado­les­cent ne sont pas tou­jours pré­vi­sibles, on peut affir­mer sans se trom­per que la tris­tesse est une émo­tion fré­quem­ment vécue. Il est donc inté­res­sant de prendre les devants en expli­quant à votre ado­les­cent ce qu’il s’est pas­sé, sans pour autant agir comme l’oiseau de mau­vais augure ! Il s’agit sim­ple­ment de le sensibiliser.

Votre ado doit com­prendre ce qu’implique une rela­tion amou­reuse. Cela peut paraître évident mais vous devez lui par­ler des grandes lignes. Je vous expli­que­rai com­ment faire avec un exemple de dis­cours que vous trou­ve­rez un peu plus loin dans l’article.

Votre devez éga­le­ment expli­quer à votre ado­les­cent que dans une rela­tion amou­reuse, il y a des aspects posi­tifs et des aspects néga­tifs. Comme pour tout dans la vie, en avoir conscience per­met de s’y pré­pa­rer. N’hé­si­tez pas à lire l’ar­ticle de Carole sur l’a­mour à l’a­do­les­cence et notre place de parent.

L’importance de la prévention

Votre ado n’arrivera pas en ter­rain incon­nu si vous abor­dez avec lui le sujet. Cela ne sera évi­dem­ment pas suf­fi­sant tant qu’il n’est pas dedans, mais cela l’aidera beau­coup pen­dant et après sa rela­tion (à part si sa pre­mière copine est la femme de sa vie).

Il pour­ra éga­le­ment se pré­pa­rer psy­cho­lo­gi­que­ment aux diverses périodes qu’il pour­ra ren­con­trer durant sa rela­tion (dis­putes, sou­ve­nirs inou­bliables, rup­ture momentanée…).

Et s’il n’est pas prêt à vous écouter ?

Une rela­tion ou une rup­ture amou­reuse chez l’a­do­les­cent est intime. C’est son inti­mi­té. Il ne vous dira pro­ba­ble­ment pas tout. Alors pour en dis­cu­ter, cela se révèle être aus­si difficile.

Si vous pen­sez que c’est la meilleure solu­tion, par­lez-lui direc­te­ment, avec modé­ra­tion pour ne pas l’effrayer. Dîtes-lui les choses comme vous le sen­tez en lui disant par exemple ce qui va suivre :

« Mon fils (ou ma fille), une rela­tion amou­reuse c’est lorsque deux per­sonnes tombent amou­reuses l’une de l’autre et décident de che­mi­ner ensemble. Dans cette rela­tion, il peut y avoir des mal­en­ten­dus, des dis­putes mais cela ne veut pas dire que les per­sonnes ne s’aiment plus. Ce sont des évè­ne­ments clas­siques liés à la vie de couple.

Il arrive aus­si par­fois que les amou­reux se séparent. Cela fait mal au cœur et les per­sonnes peuvent tra­ver­ser toutes les émo­tions, par­ti­cu­liè­re­ment la tris­tesse. Si jamais cela t’arrive un jour, sache que nous, tes parents, seront là pour toi à ce moment-là, car cela peut être un moment dif­fi­cile. Nous te sou­tien­drons ».

Vous pou­vez éga­le­ment le faire de manière plus sub­tile. Vous pou­vez par exemple regar­der un film d’amour et le soir à table vous lan­cez la dis­cus­sion sur ce film. Pro­fi­tez-en pour faire pas­ser vos mes­sages sans que votre ado se sente direc­te­ment visé.

Un autre moyen qui peut être aus­si effi­cace est d’avoir un témoi­gnage d’un autre ado plus âgé que le vôtre à pro­pos de son vécu, ses his­toires. Votre ado sera plus en mesure de l’écouter plu­tôt qu’un dis­cours d’un « vieux ».

Attention !

Vous ne devez sur­tout pas trop en faire. C’est-à-dire lui « bour­rer le crâne » ! Lais­sez le temps faire les choses même si vous pou­vez mettre votre petit grain de sel.

N’angoissez pas, n’ayez pas peur pour votre ado. Vous allez juste lui trans­mettre votre angoisse et ce n’est pas le but ! Rap­pe­lez-vous qu’il s’agit de la pré­ven­tion, n’imaginez pas le pire.

Ne soyez pas trop néga­tif non plus. L’amour est une très bonne chose. Il n’y a pas que des points néga­tifs, faites-le lui savoir ! La joie, le bon­heur d’être à deux, les SMS mati­naux … Tout ce qui peut le rendre heureux.

Montrez-vous très présent (j’ai dit « très » pas « trop » !) durant la rupture

Mère présente
Se mon­trer pré­sent durant la rupture.

Vous avez fait ce qu’il fal­lait avec votre ado­les­cent dans la pré­ven­tion. C’est bien mais comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas suf­fi­sant. Sa moi­tié l’a lais­sé, l’a aban­don­né, tout est fini. Et là, votre ado a besoin de vous et vous vous deman­dez com­ment l’aider à sur­mon­ter son cha­grin d’amour.

Il a besoin de récon­fort, de votre pré­sence. La per­sonne qu’il aimait le plus au monde (sans comp­ter sa famille) l’a tra­hi, jeté. C’est votre rôle main­te­nant d’être pré­sent pour lui.

Vous devez l’aider à ce qu’il fasse le deuil de sa rela­tion amoureuse.

C’est impor­tant pour qu’il gran­disse de cet échec, et qu’il sorte encore plus fort lors de la pro­chaine rupture.

Vous devez l’aider à remon­ter la pente et à reprendre tout ce qu’il a lais­sé pour vivre son amour (ami, sport, théâtre et toutes autres activités).

Oui, mais comment l’aider ?

Votre ado­les­cent ne doit pas res­ter en inac­ti­vi­té, vous devez le faire bou­ger et sor­tir afin qu’il pense à autre chose. C’est bien connu, lorsqu’on se sent mal, il vaut mieux s’occuper plu­tôt que de res­ter allon­gé devant la télé à regar­der des films qui nous font pleurer !

Et vous, com­ment se sont pas­sées vos propres his­toire de rup­ture amou­reuse d’a­do­les­cent ? N’hésitez pas à lui par­ta­ger votre expé­rience. Cela peut le ras­su­rer de savoir que vous avez vécu une rup­ture et que cela ne vous a pas empê­ché d’être heureux.

La jour­née, vous êtes au tra­vail et lui à l’école. Envoyez-lui un sms de temps en temps (s’il a le droit d’avoir le télé­phone dans son école) pour savoir com­ment il va, lui dire que vous l’aimez … Quand vous ren­trez le soir, pas­sez du temps avec lui pour dis­cu­ter, lui faire un câlin.

Ces petits gestes quo­ti­diens lui feront un énorme bien, croyez-moi !

A ne pas faire lors d’une rupture amoureuse

Comme je l’ai dis dans le titre, ne soyez pas trop pré­sent ! Si vous en faites trop, vous allez empi­rer la situation.

Je parle sou­vent de dis­tance à avoir, d’être pré­sent sans trop l’être. Je l’explique plus clai­re­ment dans mon guide que vous pou­vez rece­voir en vous ren­dant sur mon blog Ado­les­cent rebelle.

Ne vous met­tez pas à la place de votre ado en l’aidant à creu­ser son trou. Vous pou­vez avoir de l’empathie pour lui, com­prendre ce qu’il vit mais n’allez pas dans le trou avec lui !

Redonnez-lui confiance

« Je suis moche, c’est pour ça », « Je suis trop bête ça m’énerve », « J’ai trop gros­si… ». Voi­là le genre de phrases que vous pou­vez entendre de la part de votre ado. La fin de la rela­tion est com­pli­quée, il va peut-être mettre tous les torts de son côté.

Votre rôle est de l’encourager et l’aider à retrou­ver confiance en lui.

Res­sor­tir plus fort de cette rup­ture amou­reuse d’a­do­les­cent exige que vous l’ai­diez. Comme je l’ai dit pré­cé­dem­ment, votre ado doit reprendre les habi­tudes qu’il a lais­sées pour sa rela­tion amou­reuse. Il doit reprendre ses cours de gui­tare, le foot, revoir ses amis le mer­cre­di après-midi après les cours …

Voici ce que vous devez faire

Votre ado se sen­ti­ra mieux phy­si­que­ment et psy­cho­lo­gi­que­ment si vous le valo­ri­sez. Il est ren­tré à l’heure de sa sor­tie, encou­ra­gez-le à conti­nuer à res­pec­ter les horaires. Il a ran­gé sa chambre pour la pre­mière fois après sa rup­ture amou­reuse, féli­ci­tez-le, applau­dis­sez-le, faites la « Ola » avec ses frères et sœurs ! Tout cela dans la rigo­lade bien sûr ! Il décro­che­ra un sourire.

Lorsqu’il rentre de son cours de gui­tare, deman­dez-lui de vous dire ce qu’il a appris et de vous faire une petite démo de 5 minutes. Cela lui fera plai­sir même s’il se plaint un peu.

Allez le voir à son match de foot, allez le cher­cher après sa séance de ciné­ma avec ses amis … Com­mu­ni­quez et inté­res­sez-vous à lui tout en met­tant en valeur ses qua­li­tés plu­tôt que ses défauts.

En temps nor­mal, vous ne lui faites pas confiance lorsqu’il va chez son meilleur ami, vous pré­fé­rez l’accompagner. Faites-lui confiance en le lais­sant s’y rendre seul ! Et ne l’appelez pas toutes les 2 minutes pour savoir si tout se passe bien !

Erreurs à éviter

N’en faites pas trop ! Il pen­se­ra que vous n’êtes pas sin­cère et cela com­pli­que­ra encore plus la situa­tion. N’allez pas lui dire toutes les 3 minutes « Tu es belle ma fille » , « Je t’aime » … Vous per­drez de la crédibilité.

Il ne faut sur­tout pas infan­ti­li­ser votre ado ! Oui je sais, c’est votre bébé et cela le res­te­ra tou­jours même à son âge adulte mais un ado déteste qu’on le prenne pour un enfant !

Par exemple, si vous le lais­sez pré­pa­rer des pâtes, n’allez pas contrô­ler toutes les minutes pour voir s’il n’a pas mis trop d’eau ou trop de sel. Il le pren­dra mal à coup sûr. Lais­sez-le faire, et même s’il se trompe, il appren­dra de ses erreurs.

Ne soyez pas trop souple non plus. D’accord, c’est vrai, il sort d’une rela­tion amou­reuse, il en souffre. Ce n’est pas une rai­son pour tout lui accor­der en accep­tant des choses qui ne sont pas for­cé­ment bonnes pour lui.

S’il doit ren­trer le same­di à 18h30, n’accordez pas une sor­tie jusqu’à 20h30 (sauf excep­tion). Il en pro­fi­te­ra pour vous ama­douer à chaque demande pour que vous finis­siez par accep­ter ses requêtes.

Vous avez les cartes en main

Cartes en main
Les cartes en main pour redon­ner confiance à votre ado.

La rup­ture amou­reuse d’un ado­les­cent peut être com­pli­quée, très com­pli­quée ou même dra­ma­tique dans cer­tains cas. Il est impor­tant de savoir com­ment agir plu­tôt que d’être attentiste.

Dans cet article, je vous ai expli­qué com­ment être pré­voyant avant que le pos­sible cha­grin d’a­mour de votre ado n’ar­rive, com­ment aider votre fille ou votre fille durant cette période déli­cate, et l’importance de lui redon­ner confiance en lui.

Vous savez à pré­sent com­ment faire pour sou­te­nir votre ado­les­cent pen­dant sa sépa­ra­tion amou­reuse. Je ne dis pas que tout sera facile, mais en tout cas vous faci­li­tez la tâche.

Vous vous dou­tez bien que ce n’est pas suf­fi­sant de savoir ! Je sais com­ment pré­pa­rer un bœuf bour­gui­gnon, mais si je ne me mets pas en action, il n’y aura pas de résultats !

Il ne sera pas facile pour vous de mettre en place ce que j’explique dans cet article. Le rôle de parent n’est pas le monde des bisou­nours, vous le savez très bien. Il fau­dra vous adap­ter aux com­por­te­ments de votre ado, aux règles, à votre envi­ron­ne­ment fami­lial … Ce n’est vrai­ment pas évident.

Le plus impor­tant est d’avoir la volon­té, la per­sé­vé­rance et la patience. Vous aurez déjà fait la moi­tié du chemin.

Je sais que par­fois vous serez à bout et que vous ne sau­rez plus quoi faire. Cela peut arri­ver et c’est épui­sant, en effet.

Vous aimez énor­mé­ment votre ado, n’est-ce pas ? Alors, mon­trez-lui que vous êtes pré­sent pour lui et que vous ferez le maximum.

Pas­sez à l’action main­te­nant, vous serez récom­pen­sé de vos efforts. Quoi de mieux que de voir ses enfants heureux ?

Bon cou­rage à vous,
Gaous­sou Sama­ké, du blog Ado­les­cent Rebelle.

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest