fbpx

Mon ado a toujours faim

Maman rentre du travail

tele-fauteuilJeudi, il est 18h55.

J’ai passé le pas de la porte depuis un peu plus de quatre minutes, ce qui m’a largement laissé de temps d’enlever mes chaussures et mon manteau. Mes deux ados regardent la télévision. Ils prennent la peine de venir me dire bonjour, et retournent rapidement s’installer sur le canapé.

A ma question « Les devoirs pour demain sont-ils faits ? » , ils répondent « Oui, tu crois quoi ? » .
La routine…

Votre ado a faim

Jeudi, il est 19h05.

Le linge sort de la machine à laver pour s’engouffrer dans le sèche-linge. J’irais bien m’allonger pour lire un bon bouquin, ou encore mieux, passer une demi-heure sous une douche brûlante.
C’est au milieu de ce rêve éveillé que mon fils aîné entre dans la cuisine et me dit :

– On mange quoi ?

Je vois un gnome s’extraire de mon enveloppe corporelle et hurler :femme-colere

– Pour le moment, on ne mange rien !

La porte de la cuisine s’est déjà refermée à grand fracas sur mon ado, mais le gnome qui a pris le pouvoir sur la chaleureuse maman n’en a cure :

– Tu ne pourrais pas m’aider plutôt ? Tu passes ton temps devant la télévision sans te poser de questions !

Et voilà, je me suis encore mise en colère pour… UNE SIMPLE QUESTION posée par mon ado.
Sur ces entrefaites, mon compagnon passe à son tour le pas de la porte. Avant qu’il n’ait enlevé son manteau, le gnome lui lance :

Ras le bol ! C’est toujours moi qui m’occupe de tout !

La tension retombe

Jeudi, il est 19h45.

Attablés autour d’une pizza au thon et d’une salade verte, le climat familial s’est apaisé. Je fais alors cette proposition à nos enfants :

– Je n’aime pas quand vous me demandez : « on mange quoi ? » . Je préférerais que vous me disiez : « Est-ce que je peux t’aider à préparer le repas ?  » , ou : « Est-ce que je peux te suggérer une idée de repas ?  » .

Tollé général des enfants :

– Mais on n’a pas envie, on est fatigués.

La réponse des parents :

– Nous non plus on n’a pas envie. Nous aussi, on est fatigués, mais il faut quand même réfléchir à ce que nous allons manger, et préparer le repas. Nous acceptons la plus grosse part des responsabilités mais nous avons besoin de votre participation.

Je leur explique que, préparer le repas ensemble, c’est :

cooperation

  • Passer du temps en famille,
  • Concocter un menu qui plaira aux parents et aux enfants,
  • Exercer notre créativité,
  • Répartir les tâches et les difficultés, pour que le repas soit prêt plus rapidement.
  • S’occuper pour masquer la petite voix qui dit « j’ai faim » .

Je leur demande de passer à l’action le week-end suivant.

Les enfants passent à l’action

Samedi, il est 11h00.

Je pose sur la table de la salle à manger :

  • deux feuilles blanches et deux stylos,
  • surlignerune liste d’idées de plats récupérée sur Internet,
  • mes principaux cahiers de recettes.

La mission des enfants, qu’ils acceptent, est de :

  • Passer au stabilo leurs plats préférés.
  • Participer à l’élaboration du repas de midi.

Mon fils cadet est partant mais l’aîné refuse d’abord avec un : « ça se fait trop pas » .
Il finit par rallier la cause et prend en charge la préparation de la sauce vinaigrette.

Croyez-vous que mes ados nous aient suggéré la préparation de courgettes sautées à l’ail ou d’une ratatouille ?

Les suggestions tournaient plutôt autour des multiples manières de préparer les pâtes et les pizzas, ainsi qu’une importante sélection de gâteaux.
Cela dit, il y avait au moins une vingtaine d’idées de menus à mettre en place, dont quelques bonnes surprises telles que le Veau Marengo.

Les leçons de cette expérience

  • Expliquer mes besoins à mes ados et les impliquer facilite l’action.
  • Mes enfants ont beaucoup de bonnes idées auxquelles je n’aurais pas pensé. Je le leur dis et les en remercie.
  • Mes ados sont créatifs, et ont un grand esprit pratique, à condition de ne pas leur mettre la pression (EN CRIANT par exemple).
  • L’été dernier, mes enfants m’avaient proposé « d’inventer » un menu et de réaliser tous les plats, sur l’exemple d’un « Dîner presque parfait ». Ils avaient d’ailleurs préparé le dessert « fruits glacés ». Je leur propose de relancer cette activité.
  • Apprendre à des enfants à anticiper n’est pas une mince affaire, il faut être soi-même expert et motivé. Mais cela n’est pas impossible.

Et vous, que mangez-vous ce soir ?

Si vous avez des idées de recettes susceptibles de faire fureur (ou qui ont déjà fait leurs preuves) auprès de vos ados, n’hésitez pas à les partager en postant un commentaire ci-dessous.

Vous ferez des heureux, adultes, et enfants 🙂

Crédits photos : Freepik, Peggy et Marco Lachmann-Anke, PublicDomainPictures, Hebi B.

Partages

Pin It on Pinterest

Partages
%d blogueurs aiment cette page :