Lettre à mon ado : pour lui exprimer mes attentes de parent

Crédits photo : Andii Sam­pe­rio

Je sais que pour toi en ce moment, c’est dif­fi­cile, et que tu ne sais pas trop te l’avouer.
Tu cherches, tu trouves, tu res­sens, tu rejettes, tu innoves, tu crées, tu te délectes.
Tu ne sais plus nous par­ler, et peut-être que nous non plus, c’est pour cela que j’é­cris une lettre à mon ado.

Tu te sens bri­dé par ces règles que les adultes t’imposent sans essayer de te com­prendre.
Tes besoins sont énormes, et sou­vent, tu as l’impression que tout le monde s’en fiche, que les autres ne remarquent même pas que tu existes.

Tu sou­haites être auto­nome et cela ne fonc­tionne pas comme tu le voudrais.

Si tu crois qu’il est trop tard, il n’est pas trop tard, même si le che­min sera plus com­plexe et plus long que pré­vu, que sou­hai­té, qu’idéalisé.

Te don­ner le pou­voir sur ta vie, c’est ce que nous souhaitons.

C’est un appren­tis­sage, avec ses réus­sites et ses erreurs, dont tu sau­ras tirer ton essence, ta fier­té et ta force.
Cet appren­tis­sage, tu as à le mener seul sur la ligne de front. Tes parents sont là pour t’observer, te sécu­ri­ser, et te sou­te­nir en cas de besoin.

Nous avons confiance en ta capa­ci­té de défi­nir tes propres valeurs, et en ta capa­ci­té d’agir avec inté­gri­té, en sui­vant ta force inté­rieure.

Ces der­nières années, nous avons sou­vent endos­sé les res­pon­sa­bi­li­tés sur ta vie : tes devoirs sco­laires, l’organisation de ton temps (etc.), et tu nous as deman­dé, aga­cé, de te lais­ser faire.
Nous t’avons écou­té, par­fois à moi­tié seule­ment, car nous n’étions pas satis­faits de la manière dont tu assu­mais ta propre res­pon­sa­bi­li­té. Nous t’avons beau­coup blâ­mé, et ces reproches, confron­tés à ton besoin de t’assumer ont géné­ré de nom­breux conflits, dont nous avons tous beau­coup souffert.

Nous tenons à te pré­sen­ter nos excuses pour cela.

Il serait bon pour toi que nous ces­sions d’endosser ces res­pon­sa­bi­li­tés à ta place.
Nous avons donc déci­dé de ces­ser de le faire.

Nous avons conscience que cela va être très dif­fi­cile pour nous.
Il va nous fal­loir prendre de nou­velles habi­tudes, créer et entre­te­nir dans notre cer­veau de nou­velles connexions neu­ro­nales, pour ne plus inter­ve­nir dans tes affaires.
Ce sera encore plus dur pour nous quand tu feras des choses que nous n’aimons pas, mais tu devras nous rap­pe­ler et te rap­pe­ler que c’est de ta res­pon­sa­bi­li­té.

Nous esti­mons que tu es capable de te prendre en charge, tout en res­pec­tant nos valeurs et en te res­pec­tant.
Nous avons confiance en toi. Nous t’aimons.

Tu nous fait gran­dir, et nous t’en remercions.

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest