fbpx
Cet article participe à l’évènement mensuel du groupe de blogueurs « Forme Vitalité Bien-être » , sur le thème du mois : « Le pouvoir de nos pensées » . Chaque participant présente sa propre approche par rapport à ce thème, proposé par Fanny et Julien Guillevic, du blog Moments de bien-être, qui ouvrent le bal avec leur article Le pouvoir de nos pensées.
Sommaire de l'article Masquer

Triompher de ses soucis en six phases

Dans son livre « Triomphez de vos soucis : Vivez que diable ! » , Dale Carnegie propose un travail sur les pensées pour triompher de ses soucis. Ce travail s’articule en six phases :

  1. Mesures élémentaires contre les tourments
  2. Analyse systématique du tourment
  3. Comment briser l’assaut continuel de vos soucis avant que les soucis ne vous brisent
  4. Sept façons de cultiver une attitude susceptible de vous apporter la paix et le bonheur
  5. Gardez votre sérénité en dépit de toutes les critiques
  6. Six manières de prévenir la fatigue et les soucis, de maintenir toujours son énergie et son courage

Dans cet article, je vous propose un résumé « à la sauce Adolescence Positive » , en vous donnant des « exemples/solutions » de situations dans les relations parents-ado, sachant que ces « conseils » peuvent être transposées dans d’autres types de relations.

« Triomphez de vos soucis : Vivez que diable ! » a été réédité sous le titre de « Comment dominer le stress et les soucis » .

Triomphez de vos soucis vivez que diable (Broché)


By (author):  Carnegie Dale

Neuf: 0 Non disponible
Used from: 0 En stock
buy now

Comment dominer le stress et les soucis (Broché)


By (author):  Dale Carnegie

Neuf: EUR 13,00 EUR En stock
Used from: EUR 13,00 En stock
buy now

Mesures élémentaires contre les tourments

Divisez votre existence en « compartiments étanches »

boites-etanches« Refermez bien les lourdes portes de fer sur le passé et sur l’avenir.
Vivez dans des compartiments étanches
 »
Sir William Osler

 

Afin de déterminer si votre existence est bien compartimentée, posez-vous les questions suivantes, répondez franchement et faites le bilan de vos réponses :

  • Ai-je tendance à oublier le présent pour mieux me tourmenter au sujet de l’avenir, ou encore pour rêver de quelque jardin enchanté loin au-delà de l’horizon ?
  • M’arrive-t-il de gâcher le présent en regrettant des faits qui se sont produits dans le passé ?
  • Est-ce qu’en me levant le matin, je suis bien décidé à « saisir la journée« , à utiliser au maximum les vingt-quatre heures qui vont venir, afin d’en tirer le meilleur parti possible ?
  • Pourrais-je profiter davantage de l’existence en la divisant en « compartiments étanches » ?
  • A quel moment dois-je entreprendre ce travail : la semaine prochaine ? Demain ? … Aujourd’hui ?

Exemples :

  • Si au moins j’avais eu une augmentation conséquente cette année, je pourrais nous payer des vacances au soleil.
  • Encore une journée difficile, à gérer les colères de mon ado.
  • En rentrant du travail, je pourrais m’arrêter quelques minutes à mi-chemin pour faire le tour du lac et prendre l’air.
  • Je le fais dès aujourd’hui, la préparation du repas n’en est pas à quelques minutes près.

Une formule magique pour dissiper vos appréhensions

Lorsqu’une situation vous préoccupe, appliquez la « formule magique de Willis Carrier«  , en passant par les trois étapes suivantes :

  • Déterminez de sang-froid les conséquences les plus graves que vous risquez de subir, en imaginant le pire.
  • Préparez-vous à accepter, le cas échéant, l’irrémédiable.
  • Ensuite, efforcez-vous, calmement, d’atténuer ces conséquences extrêmes.

Exemples :

  • Si mon ado ne fait pas ses devoirs, au pire il aura des mauvaises notes et redoublera, se fera renvoyer, ratera son bac, ratera sa vie.
  • S’il a de mauvaises notes et qu’il redouble, ce n’est pas moi que cela atteindra le plus, enfin, normalement ! Il faudra donc le soutenir.
  • Une série de mauvaises notes n’entrainent pas un échec dans la vie.

Du mal que les soucis peuvent vous faire

filles-joyeuses« Regarde la situation bien en face, cesse d’abord de te tourmenter, et ensuite, fais quelque chose  »
Docteur McCaffery

Une attitude confiante et joyeuse aide le corps à combattre le mal.

Exemple : Vous êtes tenté de renvoyer votre ado dans sa chambre pour qu’il la range ? Proposez-lui une sortie détente quand il aura fini.

Analyse systématique du tourment

En vous posant ces quatre questions, et en y répondant, vous pourrez éliminer cinquante pour cent de vos soucis. Cet exercice vous permettra de verbaliser vos tourments et de trouver des solutions :

  • En quoi consiste la difficulté ?
  • Quelle en est la cause ?
  • Quelles sont les solutions possibles ?
  • Laquelle d’entre elles faut-il choisir ?

Exemple :

  • Votre ado a du mal à se faire des amis.
  • Il n’a pas confiance en lui.
  • Vous pouvez le mettre en avant quand il fait des efforts pour communiquer, inviter ses amis à la maison pour l’aider à créer du lien, etc.

Comment briser l’assaut continuel de vos soucis avant que les soucis ne vous brisent

Disputez le terrain à vos tourments

« On se sent malheureux lorsqu’on a assez de loisirs pour se demander anxieusement si, oui ou non, l’on est heureux »
George Bernard Shaw

poing-tableRetroussez vos manches et au travail, ou aux loisirs actifs ! Votre sang se mettra à circuler, votre esprit commencera à fonctionner. Très rapidement, cette puissante montée de sève vitale chassera vos tourments, vos chagrins, vos préoccupations. C’est le remède le moins coûteux du monde, et en même temps l’un des plus efficaces.

Règle n°1 : Occupez-vous constamment.

Exemple : Je suis agacée car j’ai encore de nombreuses tâches ménagères à réaliser. Au lieu de râler parce que mon ado n’a pas vidé le lave-vaisselle, je m’y mets, et je lui demande calmement de m’aider ou de poser la table.

Gare aux petits ennuis, ce sont les plus corrosifs

« Allons messieurs, nous nous attardons trop sur des futilités »
Périclès

Nous arrivons le plus souvent à survivre d’une manière ou d’une autre aux rares tempêtes, avalanches, coups de foudre que nous réserve l’existence, pour nous laisser miner et abattre par des petits tracas, les tout petits ennuis, ces rongeurs si infimes qu’on pourrait facilement les écraser entre deux doigts.

Règle n°2 : Gare aux petits ennuis, ce sont les plus corrosifs.

Exemple : Votre ado n’a pas descendu la poubelle ? Je dépose la poubelle devant la porte d’entrée pour signifier qu’elle réclame de « vider les lieux » .

Voyez les chiffres

pourcentagesRègle n°3 : Demandez-vous si d’après le calcul des probabilités, l’éventualité qui vous préoccupe tant a des chances sérieuses de se réaliser ? Combien de chances exactement ?

Exemple : Mon ado ne m’écoute plus en ce moment, il n’en fait qu’à sa tête. Il finira drogué et sous les ponts.

Acceptez l’inévitable

En vous forçant à accepter sans regimber une situation inéluctable, vous réussirez à surmonter votre angoisse et vos appréhensions. A chaque fois que vous commencez à vous tourmenter au sujet d’une chose à laquelle vous ne pouvez rien changer, haussez les épaules en vous disant : « N’y pense plus » . Vous constaterez rapidement l’efficacité de cette méthode.

Règle n°4 : Acceptez l’inévitable.

Exemple : Votre ado refuse catégoriquement de se couper les cheveux, même pour le mariage de sa cousine. Et pourquoi pas, si au moins il les lave ?

Bloquez vos tourments en leur fixant une limite

arret-limitesLa faculté d’apprécier tout à sa juste valeur est l’un des secrets essentiels d’une véritable tranquillité d’esprit, d’une sérénité parfaite. Nous pourrions éliminer sur-le-champ cinquante pour cent de nos tourments, si nous établissions une sorte de barème, un étalon-or privé, afin de mesurer, en unité de force nerveuse, la valeur ou l’importance que telle ou telle chose a pour nous.

Règle n°5 : Chaque fois que vous êtes tenté de gâcher votre force nerveuse, arrêtez-vous et posez-vous d’abord les trois questions suivantes :

  • Combien cette chose qui me préoccupe tant vaut-elle réellement pour moi ?
  • A quel moment devrais-je placer un « ordre limitatif de pertes » dans cette histoire, et ne plus y penser ?
  • Quel est exactement le prix maximum que je dois payer pour ce tourment ? N’aurais-je pas déjà payé plus qu’il ne vaut ?

Exemple : Votre ado passe beaucoup trop de temps sur son téléphone portable. Au lieu de vous énerver systématiquement à ce propos, ne vaudrait-il pas mieux discuter avec lui de ce que vous souhaiteriez ? (voir l’article Acheter son premier téléphone portable à votre enfant )

N’essayez pas de scier la sciure

Ne ruminez pas le passé. Acceptez votre défaite, en l’inscrivant au compte des pertes et profits, et en vous concentrant ensuite sur vos projets d’avenir. Occupez-vous de choses constructives, tangibles, sans plus avoir le temps ni le désir de penser au passé.
Tout l’or du monde et toutes les armées de l’univers ne peuvent changer le passé en quoi que ce soit.

Règle n°6 : N’essayez pas scier la sciure

Exemple : L’année dernière, votre ado vous a souhaité un « Joyeux Anniversaire » du bout des lèvres car vous étiez en conflit important à cette époque. Ne lui en voulez pas, et n’ayez pas peur que cela se reproduise.

Sept façons de cultiver une attitude susceptible de vous apporter la paix et le bonheur

Luttez pour le bonheur

« Une grande partie de ce que nous nommons le Malheur … peut être transformée en un Bonheur tonique, par un simple changement de notre attitude mentale. Il suffit d’abandonner nos craintes, et de vouloir lutter »
William James

Si vous voulez vraiment cultiver une attitude mentale qui vous apportera la paix et le bonheur, suivez la règle suivante :

Règle n°1 : Pensez et agissez joyeusement, et vous serez heureux.

Les rancunes se paient très cher

Règle n°2 : N’essayez jamais de rendre la pareille à vos « ennemis » , car en tentant de vous venger, vous ferez beaucoup plus de mal à vous-même qu’aux personnes que vous voulez atteindre.

Exemple : Votre ado refuse de vous accompagner à la « soirée théâtre » que vous aviez prévue en famille, sans lui demander son avis : ne lui en voulez pas tout le reste du week-end.

Ne soyez pas révolté par l’ingratitude des gens

 « Un homme en colère est toujours plein de poison. »
Confucius

Rappelez-vous constamment qu’afin d’inculquer à nos enfants le sens de la reconnaissance, vous devez leur en donner l’exemple.

Règle n°3 : Au lieu d’espérer une parole ou un geste de gratitude, et de vous indigner lorsque vous ne recevez ni l’un ni l’autre, attendez-vous toujours à l’ingratitude la plus complète.

  • Souvenez-vous que, pour trouver le bonheur, il faut non pas exiger des manifestations de gratitude, mais donner généreusement pour le plaisir de donner.
  • N’oubliez pas que la gratitude n’est pas une qualité innée, mais une vertu acquise, « cultivée » .

Exemple : Quand votre ado accepte enfin de descendre la poubelle ou de passer l’aspirateur dans sa chambre, remerciez-le.

Donneriez-vous ce que vous possédez pour un million d’euros ?

Règle n°4 : Comptez vos raisons d’être heureux, et non vos malheurs.

Exemple : Mes enfants sont en bonne santé, nous avons un toit et de quoi nous nourrir. Nous vivons dans un pays où la liberté d’expression existe, etc.

Cherchez à vous connaître vous-même, et à être vous-même

N’oubliez jamais que personne n’est exactement comme vous.

Si vous désirez cultiver une attitude mentale qui vous assure une sérénité parfaite et vous libère de vos tourments, suivez la règle suivante :

Règle n°5 : N’imitez pas les autres. Cherchez à bien comprendre votre personnalité, et soyez vous-même.

Exemple : Vos décisions éducatives vis-à-vis de vos enfants ne nécessitent pas d’être validées par votre entourage. C’est à vous de mener votre barque sur la rivière, entre les rives du chaos et de la rigidité.

Le destin ne vous a donné qu’un citron, faites une citronnade

citron-flottantSupposons que vous soyez découragé au point de croire que vous n’y arriverez jamais. Et bien essayez quand même, puisque de toutes façons, vous n’avez rien à perdre et tout à gagner.

Faites un effort pour les deux raisons suivantes :

  • Vous avez toujours au moins une chance de réussir.
  • Même si vous ne réussissez pas, la simple tentative de transformer votre handicap en avantage vous forcera à regarder en avant, au lieu de constamment regarder en arrière. Elle vous donnera des idées positives qui chasseront vos pensées négatives. Elle libèrera en vous des énergies créatives et vous incitera à travailler, à vous occuper tant et si bien que vous n’aurez plus le temps ni l’envie de ruminer.

Règle n°6 : Faites de votre mieux avec ce dont vous disposez

Comment se guérir de la mélancolie en quinze jours

Règle n°7 : Cessez de penser uniquement à vous-même, en pensant davantage aux autres. Faites chaque jour une bonne action qui fera naitre un sourire sur un visage harassé.

Si vous voulez vraiment « améliorer et égayer la vie des autres » , commencez sans tarder. Le temps passe si vite !

Exemple : Votre ado vous demande de chanter en karaoké sur l’ordinateur branché sur la télévision du salon, un jour de semaine, alors que ces activités sont habituellement réservées au week-end. Dites oui, laissez tomber votre repassage ou votre conversation sur WhatsApp, et chantez avec lui.

Gardez votre sérénité en dépit de toutes les critiques

Dites-vous bien qu’on vous attaque parce qu’on vous jalouse

Chaque fois que vous êtes sur le point de vous cabrer sous une critique injuste, rappelez-vous la règle suivante :

Règle n°1 : N’oubliez jamais qu’une critique injuste est souvent un compliment indirect.

Dites-vous bien que les critiques ne sont, très souvent, qu’une forme particulière de jalousie.

Exemple : Votre entourage vous critique ouvertement en vous disant que vous laissez trop faire ce qu’il veut à votre ado, sans le punir. Selon eux, vous passez votre temps à parlementer avec lui, et vous en ferez un tyran. Ne sont-ils pas jaloux du lien que vous réussissez à établir avec votre enfant ?

Devenez insensible aux critiques

Règle n° 2 : Faites de votre mieux. Ensuite, ouvrez votre vieux parapluie et promenez-vous tranquillement sous l’averse des critiques qui ne pourront plus vous dégouliner dans le cou.

Exemple : Votre ado a manifesté vis-à-vis de votre entourage des colères difficiles à comprendre. Votre famille vous somme de « faire quelque chose quand même » . Rappelez-vous, éventuellement rappelez-leur que c’est ce que vous faites en restant à son écoute.

Mes bévues

Règle n°3 : Tenez le répertoire de vos bévues, et inscrivez en regard de chacune d’elles, votre propre critique.

Puisque personne ne saurait prétendre à la perfection, sollicitez une critique franche, utile et constructive.

Exemple : Après une période de conflits intensifs avec votre ado, proposez-lui une sortie en tête-à-tête, pour lui donner l’occasion d’exprimer ses ressentis, sans interactions avec les autres membres de la famille.

Prévenir la fatigue et les soucis, maintenir son énergie et son courage

« Je mesure mon effort non pas d’après la fatigue que je ressens, mais d’après l’absence de fatigue. Si, à la fin de la journée, je me sens particulièrement las, ou si mon irritabilité trahit ma fatigue nerveuse, je sais pertinemment que le rendement de cette journée a été médiocre, aussi bien en ce qui concerne la qualité que la quantité de mon travail« 
Daniel Josselyn

Les causes de votre fatigue et le moyen d’y remédier

Voici quatre conseils qui vous aideront à apprendre à vous détendre :

  • Décontractez-vous chaque fois que vous en avez l’occasion, ne serait-ce que quelques instants. Laissez votre corps se ramollir au point de ressembler à une vieille chaussette ou à un chat.
  • Travaillez autant que possible dans une position confortable. Rappelez-vous que la tension musculaire produit, à la longue, des douleurs dans les épaules et de la fatigue nerveuse.
  • Contrôlez-vous quatre ou cinq fois par jour, en vous demandant : « Ne suis-je pas en train de rendre mon travail plus pénible qu’il ne l’est en réalité ? Ne fais-je pas appel à des muscles qui, au fond, ne devraient pas intervenir dans mon travail ? » .
    Ce contrôle permanent vous permettra d’acquérir plus facilement l’habitude de la détente, et après tout, la détente n’est qu’une habitude.
  • Examinez-vous de nouveau en fin de journée, en vous interrogeant : « Jusqu’à quel point suis-je fatigué ? Si je suis fatigué, ce n’est pas à cause du travail intellectuel que j’ai fourni, mais à cause de la façon dont je l’ai fait » .

Évitez la fatigue et restez jeunes !

Essayez ces exercices pendant une semaine. Vous verrez combien votre mental en profitera.

  • Dès que vous êtes fatigué, étendez-vous à plat sur le plancher, en vous étirant le plus possible. Faites cela deux fois par jour.
  • Fermez les yeux. En même temps, essayez la recette du professeur Johnson : « Le soleil brille, le ciel est bleu, radieux. La Nature est belle, calme, sereine, et moi, créature de la Nature, je suis en unisson avec elle » .
  • Installez-vous dans un fauteuil avec un dossier droit. Asseyez-vous bien contre le dossier, en vous tenant très droit, comme une statue égyptienne, posez vos mains, les paumes en bas, sur vos cuisses.
    Tendez lentement vos doigts de pied, puis laissez-les se détendre. Puis tendez les muscles de vos jambes, et laissez-les se décontracter. Répétez cet exercice avec tous les muscles de votre corps, montant lentement jusqu’à ce que vous ayez atteint la nuque. Ensuite, laissez tomber la tête, faites-là rouler lourdement, comme si elle était un ballon. Dites continuellement à vos muscles : « Laissez-vous aller … Laissez-vous aller » .
  • Calmez vos nerfs en respirant lentement, régulièrement, profondément.
  • Pensez aux rides et aux plis de votre visage, et lissez-les. Relâchez les barres d’inquiétude qui burinent votre front et entourent les coins de votre bouche. Faites cela deux fois par jour.

Quatre conseils utiles pour organiser votre travail

« L’ordre est la première loi du Ciel « 
Pope

Principe n°1 : Débarrassez votre bureau de tous les papiers ne concernant pas le travail de la journée.

Principe n°2 : Accomplissez vos tâches dans l’ordre de leur importance.

Principe n°3 : Lorsque vous vous trouvez devant un problème, résolvez-le sur le champ, si vous êtes en possession de tous les éléments nécessaires.

Principe n°4 : Apprenez à organiser, à déléguer une partie de vos pouvoirs, à diriger et à surveiller.

Comment chasser l’ennui qui fait naitre la fatigue, les soucis et les ressentiments

Notre vie est ce que nos pensées en font. En vous encourageant vous-même, vous pouvez donner à vos pensées une orientation nouvelle, vers le courage et le bonheur, vers la puissance et la sérénité.

Réveillez-vous mentalement, arrachez-vous de cette torpeur dans laquelle tant d’hommes vivent continuellement. Ce qu’il vous faut surtout, ce sont quelques exercices mentaux, répétés chaque matin, afin de vous stimuler, de vous inciter à l’action.

Si vous souffrez d’insomnie, ne vous en inquiétez pas trop

Appliquez les quatre règles suivantes :

  • Si vous ne pouvez pas dormir, suivez l’exemple de Samuel Untermeyer. Levez-vous, travaillez ou lisez jusqu’à ce que vous ayez envie de dormir.
  • Rappelez-vous que personne n’est encore mort par manque de sommeil. En général, la crainte de ne pouvoir dormir cause bien plus de ravages que l’insomnie.
  • Décontractez votre corps.
  • Faites des exercices physiques. Fatiguez-vous tant et si bien que vous ne puissiez plus résister au sommeil.

Bon, lequel de vos tourments allez-vous éradiquer cette semaine ?
Partagez votre défi dans les commentaires !

Commander le livre « Comment dominer le stress et les soucis »

« Triomphez de vos soucis : Vivez que diable ! » de Dale Carnegie a été réédité en 2005 sous le titre de « Comment dominer le stress et les soucis » .

Triomphez de vos soucis vivez que diable (Broché)


By (author):  Carnegie Dale

Neuf: 0 Non disponible
Used from: 0 En stock
buy now

Comment dominer le stress et les soucis (Broché)


By (author):  Dale Carnegie

Neuf: EUR 13,00 EUR En stock
Used from: EUR 13,00 En stock
buy now

Crédits photographies : Qwer, GLady, PublicDomainPictures, Peggy et Marco Lachmann-Anke, SplitShire.

Partages

Pin It on Pinterest

Partages
%d blogueurs aiment cette page :