fbpx

(Cet article est rédigé par Axel Kengne, de l’agence digitale Mavens)

Tu te rappelles comment tu communiquais avec tes amis dans les années 2000 ?
Des heures passées au téléphone, un flot d’e-mails, et parfois des lettres écrites à la main (oui, oui !).

Puis le smartphone est apparu, et là, ce fut la découverte des SMS, MMS et groupes Whatsapp :
A notre façon, nous avons intégré les nouvelles technologies dans notre quotidien avec fierté, en pensant être « moderne ».

Cependant, nos ados sont passés à l’étape supérieure depuis belle lurette sans que l’on s’en aperçoive. Désormais, ces derniers ne communiquent plus que par le biais de nouvelles applications qui apparaissent comme des petits champignons.
Résultat : une obsession de l’image qui frise le culte de la personnalité, avec un langage pas toujours compréhensible.

Comment l’image prend la place des mots

Fini le stylo, place au smartphone !

pour un ado, ne pas avoir de smartphone équivaut à ne pas avoir de téléphone portable (voir cet article).

GIFs, Emoticônes, Snaps ou Insta : tous ces petits outils sont désormais au cœur des conversations entre ados. Il faut dire que les développeurs ne manquent pas d’imagination et d’ingéniosité pour rendre leurs applications attrayantes. On prend une photo ou un selfie, on ajoute quelques icônes parlantes et un langage abrégé et le tour est joué.

telephone partout

Le caractère instantané répond au flux constant qui abreuve internet, et il a été démontré que les ados ne passaient pas plus de 30 secondes sur chaque post. Ces derniers l’ont bien compris, et pour s’assurer un maximum de retours, mieux vaut faire court et voyant.

Et puis, au dam l’orthographe et la langue française, on a droit maintenant à des « omg« , « lol« , « irl« , « tmtc » qui nécessitent un vrai lexique.

 

 

Car au final, le but pour eux est aussi de se démarquer du monde adulte en adoptant un langage commun.

 

Utiliser l’image pour affirmer sa personnalité

L’image permet ainsi de communiquer de manière plus simplifiée et instantanée. Elle représente aussi le seul moyen de parler (ou faire parler) de soi et d’affirmer sa propre personnalité.

L’abondance de selfies est en réalité une vraie quête de reconnaissance, pour se faire accepter, prendre confiance en soi, et parfois même susciter des jalousies. En gros, se faire une place sur internet.

Il faut bien garder à l’esprit que nos ados doivent accepter leurs changements corporels. Si à l’époque, nous passions notre temps devant la glace pour déceler les vilains boutons d’acné ou autres, les ados d’aujourd’hui font de même … mais devant leur smartphone.

Et cela ne touche pas que les filles ! Si celles-ci sont surtout obsédées par leur poids, les garçons sont plus préoccupés à sculpter leur corps en faisant de la musculation. Même si au final, la plupart des ados se sentent bien dans leurs corps, se montrer à son avantage en photo devient vite obsessionnel.

 

Quel rôle doit-on jouer en tant que parent ?

Comme tu peux t’en douter, cette obsession de l’image est à double tranchant, et il faut rester extrêmement vigilant aux échanges entre ton ado et internet de manière générale. Certains n’hésitent pas à mettre leur santé en danger pour atteindre la perfection, ou au contraire, se replient sur eux-mêmes en pensant ne jamais pouvoir se faire accepter.

Il est certes tentant de vérifier tout ce qui se passe sur le smartphone de ton ado, mais une telle intrusion dans sa vie privée peut être mal prise. Il est essentiel en tant que parent d’apporter un vrai soutien et d’instaurer un dialogue même si cela est compliqué à cet âge.

Et oui, votre enfant grandit et on s’éloigne de l’époque où tu devais seulement lui montrer comment ranger sa chambre (si d’ailleurs tu n’y arrives toujours pas, tu peux cliquer ici). Il faut désormais prendre en compte son obsession de l’image pour l’aider à se sentir bien dans ses baskets et être heureux !

Enfin, il faut garder en mémoire que la chambre d’un ado est aussi le miroir de son âme 😉

Et chez toi, quel est le rapport à l’image de ton ado ? N’hésite pas à partager dans les commentaires 😉

Crédits photographiques : Black Barlow, Gian Cescon.

Partages

Pin It on Pinterest

Partages
%d blogueurs aiment cette page :