Les 5 bienfaits des jeux vidéo pour votre adolescent

Auteurs invités :

Joseph Nguyen du blog “Centres d’in­té­rêt : jeux vidéo”

Crédits photo : Robert Pat­ton

Cette semaine, j’ai le plai­sir d’ac­cueillir un “invi­té” de marque, Joseph Nguyen. Il a su me convaincre des 5 bien­faits (et plus) des jeux vidéo, moi qui ne suis pas vrai­ment “fan”, avec son blog spé­cia­li­sé dans le déve­lop­pe­ment par les jeux vidéo : Centres d’in­té­rêt : jeux vidéo.

Pour lui, des jeux dont l’ap­pa­rence est trom­peu­se­ment simple voire super­fi­cielle, cachent de véri­tables tré­sors capables de chan­ger la vie.

A par­tir de la ligne qui suit, c’est Joseph qui dit “Je”

Je suis un grand ama­teur de jeux vidéo et aujourd’­hui, je peux vous dire que les jeux vidéo forment mon atout le plus pré­cieux tel­le­ment j’ai appris de concepts utiles à l’en­tre­pre­neu­riat via cette acti­vi­té. Je suis d’ailleurs sur le point de rejoindre une entre­prise très jeune qui compte actuel­le­ment une personne.

De plus en plus d’en­fants ou d’a­do­les­cents jouent aux jeux vidéo. Je pense qu’il est impor­tant de mieux connaître cette acti­vi­té qui est de plus en plus pré­sente dans nos vies.

Dans cet article, je vais vous pré­sen­ter 5 bien­faits des jeux vidéo qui vont per­mettre à votre ado­les­cent de se construire mais aus­si d’ap­prendre plus effi­ca­ce­ment.

Le jeu vidéo est une activité “active” du fait de son interactivité

Le jeu vidéo, bien qu’il néces­site un écran, ne rend pas votre ado­les­cent pas­sif. En effet, rien ne se pas­se­ra s’il ne prend pas sa manette ou sa console por­table pour exé­cu­ter des actions.

Durant sa par­tie, votre ado­les­cent sera sti­mu­lé, atten­tif, concen­tré et sur­tout, il sera moti­vé. Il se pla­ce­ra en fait dans une posi­tion d’ou­ver­ture, prêt à rele­ver des défis mais aus­si à apprendre.

Le jeu vidéo a donc une faci­li­té intrin­sèque à trans­mettre des infor­ma­tions, des ensei­gne­ments. Apprendre grâce aux jeux vidéo est bien plus agréable.

Le jeu vidéo permet d’apprendre facilement et énormément par le côté concret qu’il apporte

La remarque qui revient très sou­vent quand on demande aux élèves ce qu’ils reprochent à l’é­cole, est que les concepts qu’ils apprennent sont pour eux extrê­me­ment abs­traits. Du moins, ils ont le sen­ti­ment que rien n’est concret.

Vous seriez sur­pris de voir com­ment les jeux vidéo peuvent vous ensei­gner des concepts de la manière la plus natu­relle qui soit. Cette façon d’ap­prendre, nous la connais­sons tous, consiste à apprendre d’a­bord par le concret puis de concep­tua­li­ser ce que nous avons appris, soit exac­te­ment le che­min inverse que nous uti­li­sons à l’école.

Votre ado­les­cent est-il pilote de voi­ture de course ? J’en doute…

Pro­po­sez-lui un jeu de courses : les concepts tels que l’adhé­rence, l’ac­cé­lé­ra­tion, le déra­page, la vitesse, la direc­tion, la mania­bi­li­té, l’i­ner­tie, vien­dront à lui natu­rel­le­ment, car il ver­ra sur son écran que sa voi­ture glisse sur la route par temps de pluie et sau­ra ce qu’est l’adhé­rence. Il ver­ra que la voi­ture qui a beau­coup d’ac­cé­lé­ra­tion lui per­met de dépas­ser ses adver­saires en ligne droite, etc.

Le jeu vidéo permet de se connaître, de se construire par le plaisir

L’a­do­les­cence cor­res­pond à une phase de notre vie où l’on se cherche. Faire plai­sir aux parents est de moins en moins impor­tant et nous essayons tant bien que mal de trou­ver ce qui NOUS fait plai­sir. Les acti­vi­tés extra-sco­laires sont sou­vent déci­dées par les parents et par­fois on se rend compte qu’on n’y trouve plus autant de plai­sir qu’avant.

Les jeux vidéo per­mettent à votre ado­les­cent de savoir ce qu’il aime. Les styles sont suf­fi­sam­ment variés aujourd’­hui pour mettre en valeur les dif­fé­rentes facettes de sa per­son­na­li­té, voire qu’il en découvre d’autres qu’il n’a­vait jamais exploi­tées jusque-là.

Sans vou­loir entrer dans la polé­mique, les jeux de com­bat (si on laisse de côté le carac­tère violent) reposent énor­mé­ment sur les réflexes, sur l’an­ti­ci­pa­tion, sur la stra­té­gie, etc.

J’ai choi­si cet exemple car l’ap­pren­tis­sage se fait abso­lu­ment sur tous les types de jeux, même les jeux violents.

Le jeu vidéo permet de prendre confiance en soi, de comprendre que tous les grands projets commencent par un premier essai très maladroit

Le jeu vidéo repose sur la méca­nique suivante :

  • Au départ, notre niveau est très bas (ma façon polie de dire que nous sommes mauvais).
  • A force de jouer, notre niveau va augmenter.

Par­fois, cela deman­de­ra plu­sieurs essais pour sur­mon­ter un obs­tacle, par­fois, nous aurons besoin d’une aide exté­rieure pour nous expli­quer com­ment faire.
Mais l’is­sue est tou­jours la même, nous sur­mon­tons les obs­tacles jus­qu’à atteindre le dénouement.

Je pense que vous connais­sez tous la cita­tion de Lao-Tseu :

Un voyage de mille lieues com­mence tou­jours par un pre­mier pas.

C’est une chose de le savoir, c’est une chose de connaître la cita­tion, mais c’est un tout autre monde de la vivre, même si cette expé­rience se fait à tra­vers le jeu vidéo.

Une activité extrêmement sociale

Quand vous échan­gez avec quel­qu’un sur une acti­vi­té, le ten­nis par exemple, vous par­lez sou­vent de vos dif­fi­cul­tés et des siennes. Vous échan­gez alors des astuces, vous par­lez de vos expériences.

Quand vous par­lez d’un livre avec quel­qu’un qui l’a aus­si lu, vous allez échan­ger vos pas­sages pré­fé­rés, ce que vous avez rete­nu, com­ment le livre vous a aidé, diver­ti, etc. Vous allez ensuite par­ler d’autres livres qui vous ont plu.

Le jeu vidéo contient à la fois des dif­fi­cul­tés et une his­toire. Vous com­pre­nez donc assez faci­le­ment à quel point il est facile de vous connec­ter avec d’autres joueurs afin de par­ta­ger vos astuces, expé­riences et jeux vidéo.

Conclusion

Atten­tion !
Pour que les jeux vidéo révèlent leurs bien­faits, vous devez res­pec­ter une règle : ne pas répé­ter sans cesse que les jeux vidéo sont une perte de temps.

Je dis­cute avec de nom­breux joueurs.
Ceux qui pensent que les jeux vidéo ne leur ont rien appris ont enten­du sans cesse que “les jeux vidéo étaient inutiles” .
Ils ont alors déve­lop­pé un rejet sys­té­ma­tique de tout ce qu’ils apprennent dans les jeux vidéo.
C’est seule­ment après avoir poin­té du doigt ce qu’ils apprennent exac­te­ment qu’ils en prennent conscience.

Tou­te­fois je ne me fais pas de sou­cis…
Si vous appli­quez les conseils des “deuxième et troi­sième leviers” pour amé­lio­rer vos rela­tions avec votre ado­les­cent (que vous pou­vez trou­ver dans le guide gra­tuit dis­po­nible sur ce blog), vous ne tom­be­rez pas dans ce piège.

J’aime par­ti­cu­liè­re­ment cette phrase :

Un ado­les­cent res­pon­sable n’est pas un ado­les­cent par­fait, car il com­met­tra des erreurs. Qui n’en com­met pas, à part celui qui n’es­saye jamais ?

Je vous invite à par­ta­ger dans les com­men­taires ci-des­sous com­ment sont “vécus” les jeux vidéo chez vous, et les bien­faits que votre ado­les­cent en retient.

Article écrit par Joseph Nguyen du blog “Centres d’in­té­rêt : jeux vidéo”.

Bienvenue sur Adolescence Positive !

Photo de Carole Levy

Vous êtes parent, édu­ca­teur ou ani­ma­teur. Vous vous inté­res­sez par­ti­cu­liè­re­ment à la période de l’a­do­les­cence… Vous êtes au bon endroit !

Je m’ap­pelle Carole Levy et je par­tage avec vous mes appren­tis­sages, mes expé­riences et mes connais­sances.

Pour savoir pour­quoi et com­ment, je vous l’ex­plique dans “A pro­pos.”

Articles qui questionnent

5 Commentaires 

  1. Edouard

    Bon­jour Madame,
    Je sou­hai­te­rais savoir en quelle année avez-vous publié ce super article s’il vous plaît ?

    Répondre
  2. katell

    Bon­jour Carole, bra­vo pour ce billet posi­tif sur les jeux vidéos. J’ai tra­vaillé sur ce sujet et pen­dant long­temps j’ai tenu les mêmes pro­pos que toi. Mais depuis quelques temps je nuance mon pro­pos. Les jeux vidéos contri­buent à main­te­nir beau­coup d’a­dos à dis­tance d’une véri­table réa­li­sa­tion d’eux-mêmes. S’ils y consacrent une part trop impor­tante de leur temps de loi­sir, ils ne s’es­saient pas à des acti­vi­tés où ils peuvent échouer, où il faut dépas­ser ses peurs et son igno­rance pour avan­cer, où il faut s’ex­po­ser soi et non un avatar.
    Je crois que c’est impor­tant qu’ils aient cette pos­si­bi­li­té la pour mieux se décou­vrir et ensuite être en mesure de choi­sir leur future voie.

    Répondre
  3. tp

    Les jeux vidéos per­mettent aus­si par­fois de s’a­mé­lio­rer en pilo­tage de voi­ture ou d’a­vion ce qui va être plu­tôt inté­res­sant même pour les plus jeunes

    Répondre
  4. Emeline

    Bon­jour, pour être franche, je ne joue pas aux jeux vidéos et je n’ai pas d’a­do :-). Mais mon mari joue et je pour­rais donc ajou­ter un “bien­fait” dont je me suis ren­due compte :-): il a appris l’an­glais grâce aux jeux vidéos. Enfin, il avait appris l’an­glais à l’é­cole mais les his­toires etc en anglais lui ont vrai­ment per­mis de se perfectionner !

    Répondre
    • Carole Levy

      Mer­ci Eme­line pour votre témoi­gnage, et mer­ci de votre visite même si vous n’a­vez pas (encore) d’ados.
      Les atti­tudes bien­veillantes dans les rela­tions parents-ados, que je mets en avant sur mon blog, peuvent être aus­si appli­quées à d’autres types de relations 😉

      Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest