fbpx

Cet article est écrit par Maude Tilliez, rédactrice de contenu, dont l’une des nombreuses compétences est le domaine de l’éducation. Sa curiosité débordante et son sens de la communication font d’elle une personne très interessante, que je te laisse découvrir à travers cet article.

Ton ado fume du cannabis et tu veux l’aider. Son humeur est changeante, ses yeux sont rouges et ses résultats scolaires sont nettement en baisse. La plupart des parents ne savent pas comment faire quand leur enfant fume des joints et agissent en écoutant leurs pulsions : punitions, violences verbales, ou même ignorance. Tu peux aider ton enfant à prendre conscience de ses problèmes de consommation de haschisch par la pédagogie positive. La communication est ici au centre de la méthode. Elle a pour but de responsabiliser ton ado sans créer des tensions permanentes à la maison. Découvre ici comment réagir quand ton ado fume des pétards, et des informations pour améliorer les relations parents enfants.

Aider un ado qui fume du cannabis : 7 choses à ne pas faire et pourquoi

 

Les fausses bonnes méthodes pour empêcher un ado de fumer des joints

 

Les méthodes …. …qui ne fonctionnent généralement pas. Pourquoi ?
Confisquer des effets personnels
(console de jeu, smartphone, etc.).
Veux-tu l’enfermer dans son enfance et le contrôler ?
Ignorer sa consommation.  As-tu peur d’entrer en conflit ?
Fumer avec lui pour “maîtriser” sa consommation. Attendais-tu qu’il commence à fumer pour te déculpabiliser de ta propre consommation ?
Le priver de sorties et d’activités extra-scolaires. Veux-tu l’enfermer dans la solitude ?
Lui faire pratiquer des dépistages de drogues. Voulez-vous ne pas le rendre autonome et maître de ses choix ?
Parler tout le temps de ses problèmes de consommation de cannabis. Pense-tu que ton ado n’est qu’un drogué qui ne mérite pas d’attention ?
Vider sur lui ta colère et ton inquiétude. Es-tu trop inquiet ou en colère pour te maîtriser ?

 

Les points communs à toutes ces méthodes et pourquoi elles ne fonctionnent pas

Les 7 méthodes “courantes” que les parents utilisent pour aider leur adolescent à arrêter de fumer des joints ne sont pas réputées pour leur efficacité. Elles ont toutes un point commun : c’est toi, l’adulte, qui formule les questions et les réponses. L’ado semble au centre de ton propre problème, alors que c’est de lui qu’il est question. Tu t’imposes à lui comme s’il n’avait aucun libre arbitre, opinion ou capacité de décision. Mais tu oublies que ton enfant est en pleine phase d’opposition et de construction.

 

Si ton ado fume du cannabis, l’aider avec les méthodes décrites plus haut est un comportement “normal” d’un parent stressé. Sa consommation te renvoie des questionnements sur ta capacité à être parent. Tu n’es pas parfait, mais aujourd’hui, avec la parentalité positive, tu peux apprendre à le responsabiliser et à grandir sans entrer dans des conflits familiaux durables.

 

Se renseigner sur l’usage du cannabis à l’adolescence

Tu te demandes si ton ado fume du cannabis, ou alors tu en es certain. Tout parent devrait en savoir plus sur le haschisch avant d’envisager de le combattre. Il y a de nombreuses ressources sur internet, comme cette brochure

 

Les risques associés à la consommation

Les risques sont nombreux quand on fume du cannabis. On retrouve le bad trip, l’atteinte aux poumons et au coeur ainsi que la dangerosité de conduire quand on est “ high ”.

Plus particulièrement à l’adolescence, fumer régulièrement des joints peut avoir des conséquences néfastes sur le plan psychiatrique. Le risque de développer une schizophrénie est multiplié par 3 !

Les autres troubles consécutifs à ces conduites addictives sont : dépression, anxiété, euphorie passagère, bipolarité, etc.

 

Les effets psychoactifs et physiques

Qu’est-ce-que ça fait de fumer un pétard ? Demande-toi ce que ton ado recherche : la sensation de bien-être, de détente ou les effets tranquillisants de la substance ? Si tu ne le sais pas, le THC contenu dans le shit et l’herbe se fixe dans des récepteurs présents dans le cerveau. Situés dans des zones qui contrôlent les émotions, la motricité, la mémoire, ils sont aussi analgésiques (diminuent la douleur) et semblables aux anxiolytiques (anti-dépresseurs).

 

Les statistiques de la consommation de cannabis

Ton ado fume du cannabis, mais il n’est pas le seul. Des sondages révèlent que près de la moitié des jeunes de 17 ans ont déjà essayé, et que 8% sont des consommateurs réguliers (= plus de 10 joints par mois). Connaître ces chiffres te montre que tu peux te rapprocher d’autres parents dans le même cas.

 

Les motivations des ados qui fument des joints

Pourquoi les ados fument-ils des pétards ? Tu peux trouver de nombreux témoignages sur internet.
Tu peux aussi lire le livre de Maria Poplete : “ Cannabis : comment aider mon ado à s’en sortir ?

 

Fais parler ton adolescent à propos de cette drogue

La plupart des parents culpabilisent leur ado, se mettent en colère et ces derniers s’enferment dans le silence ou le déni. La communication, clé de voûte de la lutte contre le cannabis chez les ados, est un travail à faire ensemble.

 

Ses motivations

Ton ado fume du cannabis, sais-tu pourquoi ? La problématique est que la plupart des jeunes consommateurs ne le savent pas eux-mêmes. Il y a cependant quelques raisons courantes :

  • il veut être comme tout le monde : il fume pour s’intégrer à un groupe d’amis, pour un usage récréatif ;
  • il veut se soigner d’un mal-être : la puberté est une période difficile pour les ados parfois anxieux. Problèmes d’identité, malaise physique et psychique.

Le faire parler sur ses motivations l’aide à verbaliser son problème.

S’il ne sait pas t’expliquer, essaye des tournures de phrases différentes, prêche le faux pour connaître le vrai :

  • Je pense que tu fumes pour faire comme tout le monde….
  • Tu fumes peut-être car tu te sens seul, que tu n’as pas trop d’amis, que tu as un chagrin d’amour, que tu te sens mal dans ta peau…

⇒ Tu connais ton ado. Sois inventif !

 

Sa consommation

Ton ado fume-t-il occasionnellement, régulièrement ou quotidiennement ? La réponse à cette question est essentielle. Tu ne peux pas l’aider si tu ne sais pas dans quel stade de dépendance il se trouve.

Ici encore, il n’est pas question d’être agressif avec lui, de lui tirer les vers du nez. Dis lui :
Je veux t’aider ” au lieu de “ Tu es irresponsable, inconscient. On ne sait pas ce que tu vas devenir. Tu vas louper ta vie, devenir une loque, etc. ”.

Ton ado fume du cannabis tous les jours et même avant d’aller en cours ? Les méthodes ne sont pas les mêmes que s’il fume seulement en soirée.

 

Sa connaissance du cannabis

Connaît-il vraiment les risques du shit ? Demande-lui clairement. Car si les élèves participent en classe de 4ème à un atelier de prévention du cannabis au collège, leurs connaissances sont très restreintes.

 

Informe ton ado et trouvez une solution ensemble

Tu sais tout du cannabis, de la consommation de ton adolescent. C’est déjà un progrès par rapport à la situation initiale. Il comprend que tu t’intéresses à son problème et à lui. Il est temps de passer à l’action.

 

Les raisons de ne pas le punir

Surtout, ne cèdes pas à la punition, la colère, la violence. Dire à un ado : “ Tu es un drogué, tu es nul ”, cela revient à l’enfermer dans un rôle dans lequel il pourrait bien se complaire.

La répression anti-drogue ne fonctionne pas. La France est le pays qui a la législation la plus répressive à l’encontre des consommateurs. Mais c’est aussi celui où les ados commencent de plus en plus jeunes, et où les consommateurs réguliers sont les plus nombreux.

 

Les bons réflexes pour l’informer

Préfère l’informer sur les risques de sa consommation de “ beuh ” . Pour cette étape, il est très important de te faire accompagner. Soit d’une tierce personne. Il peut être médecin, psy ou coach sportif par exemple. Si tu n’as personne dans ton entourage ou que tu veux rester discret, trouve une série de documentaires spécialisés.

C’est essentiel que les mots ne viennent pas de toi. N’oublie pas que la volonté et les arguments des parents sont souvent ceux qui ont le moins d’impact sur un ado rebelle ou en souffrance.

Ensuite, dis lui de t’expliquer ce qu’il a compris, toujours dans le but qu’il verbalise pour intégrer les notions.

 

La mise en place d’un “contrat” et de moments de parole

Ton ado fume du cannabis et il y a peu de chance qu’il arrête après avoir regardé 3 documentaires et parlé 5 minutes avec toi.

Essayer la parentalité positive, c’est s’ouvrir au dialogue et à la responsabilisation. Tu peux suggérer de trouver un moment régulier pour parler ensemble, de ça mais aussi d’autres choses. Ton adolescent a besoin de sentir qu’il est aimé, apprécié pour ce qu’il est et non jugé simplement pour quelques-uns de ses actes.  Tu es son pilier. Il n’est encore pas mature cérébralement.

 

Organise la suite

Arrivé à cette étape de la méthode de la parentalité positive pour aider un ado qui fume du cannabis, tu as déjà beaucoup travaillé. Tu as ouvert la communication et ton adolescent se sent libre de prendre ses propres décisions. Cependant, ne néglige pas ces dernières étapes.

 

L’ouverture vers d’autres activités et d’autres habitudes

Ton ado fume du cannabis avec ses amis mais tu ne les apprécies pas trop. Tu ne peux pas le forcer à en changer. Mais tu peux l’inviter à se découvrir par le biais de nouvelles activités et habitudes.

Le week-end, tu peux initier une nouvelle activité en famille. Une proposition qu’il ne peut pas refuser et qui lui donnera une bonne raison de délaisser de mauvaises fréquentations. Il souhaite peut-être essayer un nouveau sport, ou jouer de la musique. Le soir, plutôt que de regarder la télévision chacun de votre côté, vous pouvez organiser une soirée jeu une fois par semaine.

 

La voie du développement personnel

Pour vaincre le haschich et les maux que l’adolescent cherche à dissimuler, permet-lui de se comprendre. S’il apprécie lire, tu peux lui offrir un ouvrage de développement personnel. La communauté scientifique montre aujourd’hui que plus on commence tôt à travailler sur soi, plus les résultats sont rapides à obtenir. Livres de méditation, guides réservés aux ados : la bibliographie est conséquente.

 

L’accompagnement psychologique

Ton ado fume du cannabis et tu n’arrives pas à appliquer ces méthodes de pédagogie positive ? Tes efforts sont vains et ton ado n’arrive pas à s’assumer et se prendre en main ? N’hésite pas à consulter tout de suite un médecin surtout s’il a des conduites à risques. Quand la situation t’échappe et que tu te heurtes à ton impuissance, il n’y a pas de honte à se faire accompagner car les adolescents sont fragiles.

Un addictologue, un médecin généraliste ou un psychiatre peuvent vous aider.

 

Crédits photographiques : Matt Smith

Crédits de l’article : Maude Thilliez.

 

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à t’abonner 🙂

Partages

Pin It on Pinterest

Partages