fbpx

Vous pouvez écouter ce podcast en live en cliquant sur le bouton « Play » ci-dessus, ou télécharger le MP3.

Cet article participe à l’évènement mensuel du groupe de blogueurs « Vers un monde meilleur » , sur le thème du mois : « Gérer ses émotions » . Chaque participant présente sa propre approche par rapport à ce thème, proposé par Céline, du blog Apprendre en s’amusant, qui ouvre le bal avec son article Cinq pistes pour enfin éviter les crises.

Une palette d’émotions

fille-haineL’adolescence est un bain émotionnel. C’est une période pendant laquelle l’anxiété, l’angoisse, la colère, la surprise, la peur, le cafard, la tristesse, la dépression, la honte et même le dégoût, succèdent au plaisir, à l’exaltation, à la joie, au sentiment de toute puissance.

Ces fortes émotions sont suscitées par les changements corporels liés à la puberté, mais aussi par le nouveau mode de pensée mis en œuvre à l’adolescence.

En recherche de liberté, votre adolescent a besoin et envie de nouveauté, mais il a également peur de ce qui peut lui arriver. Il n’a pas encore totalement renoncé au besoin de sécurité qu’il trouve auprès de ses parents.

Des sollicitations de toutes sortes

chambre-neuveL’adolescence est l’âge de l’expérimentation. Les nouvelles situations qui se présentent sont alors étiquetées « agréables » ou « désagréables » .

Une émotion importante est la peur du changement. Votre adolescent peut être déstabilisé par un évènement qui va vous paraître banal, par exemple quand sa chambre est repeinte et réaménagée : « J’ai l’impression de ne plus être chez moi  » .

Pour faire face à cette peur, le système de défense de votre adolescent consiste à oublier ce qui le dérange, ou à rejeter un évènement trop difficile à vivre, par exemple un accident de voiture d’un proche, ou l’hospitalisation en urgence d’un membre de la famille.

Mettre des mots sur ses émotions

scrabble-zenVerbaliser ses émotions est une réelle difficulté pour votre adolescent : « Je ne sais pas  » est une phrase qui revient en boucle.

Les bouleversements émotionnels qu’il traverse lui paraissent tellement importants, qu’aucun mot ne convient. Ne parvenant pas à formuler ses émotions, il se sent très maladroit et n’ose pas s’exprimer.

Cette difficulté à s’extérioriser positionne votre adolescent comme demandeur. Il souhaite que ses parents le comprennent à travers ses grognements, ses non-dits, ses regards (voir l’article Communiquer avec votre ado : ce qui n’est pas dit).
Loin d’être pour lui de la science-fiction, la télépathie, le mentalisme sont des pratiques que ses parents se doivent de maîtriser. Vous devriez aussi, selon lui, puisque vous l’aimez, comprendre naturellement ce qu’il n’arrive pas lui-même à exprimer et à comprendre.

Une sensorialité nouvelle

Votre adolescent se construit avec ses nouvelles possibilités relationnelles, affectives et sexuelles. Ces nouvelles sensations l’aident à prendre connaissance de son corps qui change.
Votre adolescent est à la recherche du plaisir, et est prêt pour des expériences intenses. Cette nouvelle sensorialité va l’influencer dans sa manière de se vêtir, de se coiffer, de se maquiller, et de se parfumer, etc.

Dominer ses émotions et ses sentiments

De peur d’être submergé par ses émotions, votre adolescent met en place des défenses, à l’aide de son inconscient.

on-offContrôler ses pulsions

Votre adolescent intellectualise ses émotions. Le fait de réfléchir à ce qui lui arrive, lui permet d’éloigner de lui des émotions qui le troublent profondément.
De cette attitude, peuvent ressortir des comportements impulsifs ou des humeurs versatiles. Votre adolescent est partagé entre un besoin d’action, par exemple en pratiquant un sport de manière intensive, ou un besoin d’évitement, comme rester scotché à ses jeux vidéos pour ne penser à rien, pour ne pas souffrir.

Se protéger de certains sentiments

Votre adolescent cherche à se protéger de sentiments désagréables, jugés « dangereux » par son inconscient.

  • Il va masquer ses états affectifs, par exemple en affichant une joie exagérée, alors qu’intérieurement il est très angoissé.
  • il va connaître une régression, avec des comportements infantiles, afin de retrouver la tranquillité des sentiments liés à la petite enfance. Il va rechigner à s’occuper de lui-même, à se laver : « Cela m’angoisse de prendre une douche  » . Il va porter toujours les mêmes vêtements, qui deviendront une deuxième peau protectrice.

Pensées typiques de l’adolescent

Le doute

L’adolescent doute sans cesse : « Je n’y comprends rien en math, surtout les fractions  » .

L’exagération

L’adolescent exagère, il utilise des termes extrêmes : «  Les autres du cours de dessin sont super bons, moi je suis nul  » .

La généralisation

« Tous les autres arrivent facilement à se faire des amis, et moi je suis toujours tout seul et je m’ennuie « .
« Les garçons ne s’intéressent qu’au football « .
« Tout le monde au collège a le droit de jouer aux jeux vidéos jusqu’à au moins onze heures du soir « .

La comparaison

« Toi tu chantes super bien, moi je suis lamentable  » .
« Tout le monde a un petit-ami, et moi je vais rester seule toute ma vie, personne ne sera jamais amoureux de moi  » .

Comment gérer ces émotions extrêmes ?

En conclusion, que dire, que faire, face à ces émotions intenses de votre adolescent ?
Ne pas réagir en miroir est la base.
Il faut savoir attendre que la tension retombe, pour mettre en mots ce que votre adolescent exprime en cris ou en larmes, souvent sous l’emprise de la colère. Tout peut s’arranger quand il peut argumenter et transformer ses émotions en idées.

stop-violenceUn soir, à la maison, à la fin d’un dîner au cours duquel j’avais du m’isoler quelques minutes pour ne pas exploser à mon tour, j’ai demandé à mon fils aîné d’amener une feuille et un stylo pour chaque membre de la famille.

Surprise moi-même qu’il accède à ma demande, j’ai proposé à chacun d’écrire ce titre sur leur feuille de papier : «  STOP VIOLENCE EN FAMILLE  » .

Puis je leur ai demandé de lister tout ce qui ne leur convenait pas, ce qui était violent pour eux.
Dix minutes de calme plus tard, chacun a exprimé son ressenti, et a ainsi pu être écouté et entendu.

Depuis, ces quatre feuilles sont à disposition de tous sur la table du salon, , et nous nous y référons régulièrement pour nous comprendre.

Et vous, que faites-vous pour canaliser les émotions extrêmes de votre adolescent ?
Merci de partager dans les commentaires ci-dessous.

Sources :

Crédits photographiques : Bruloos, Jedidja / Aritha, Best Snap, Inspirexpressmiami, OpenClipartVectors, Carole Yvel

Création Jingle du podcast : David Baudoin • babilOsapiens

Partages

Pin It on Pinterest

Partages
%d blogueurs aiment cette page :