fbpx
Sommaire de l'article Masquer

Les cris des parents et des enfants rebondissent sur les murs

Chez vous, y a-t-il des cris ?

Chez vous, je ne sais pas, mais chez moi, oui, il y a des cris. Parfois beaucoup trop. Voire souvent 🙁  .

Vous avez juste envie de dire : stop aux cris (sans crier, bien sûr) …
Mon astuce pour y remédier se trouve en fin d’article.

Je crie : mon ado crie en retour. Vous criez : votre ado hurle et sort de la pièce en claquant la porte.
Vous vous demandez par quel miracle la vitre de la porte de la cuisine ne s’est pas encore brisée.
« Doucement avec la porte ! ».

photographie : Ryan McGuire

Là, c’est moi qui ai crié 😉 . Pourtant, cela était inutile, car mon ado n’a rien entendu. Même s’il m’avait entendue, il n’aurait pas capté l’information.

Donc, je récapitule : j’ai crié dans le vide, porte fermée (car claquée au préalable par mon ado), et mon cri a rebondi sur les murs, et m’est revenu en pleine figure. Tel un boomerang.

 

 

Après avoir crié, comment un parent se sent-il ?

Après avoir crié, si vous êtes comme moi, vous ressentez un mélange de colère, d’exaspération, de dépit, et de découragement. Est-ce que cela ne fait pas un peu beaucoup ?

Pourquoi un parent ressent-il de la colère ?

Vous ressentez de la colère car votre ado vous a énervé. A moins que vous n’ayez été énervé par autre chose avant même de lui avoir adressé la parole ? Vous ne savez plus trop. Bref, vous êtes en colère !

Pourquoi un parent ressent-il de l’exaspération ?

C’est toujours le même scénario : on prend les mêmes et on recommence. Il n’y a pas moyen de se parler calmement dans cette maison. Cela vous met dans un état de tension permanent.

Pourquoi un parent ressent-il du dépit ?

Vous mesurez votre impuissance. Rien ne se passe comme il faudrait, comme vous voudriez. Même si ce dépit ne dure pas, cette sensation, répétitive, est usante et vous épuise.

Pourquoi un parent ressent-il du découragement ?

Lune et montagneCette accumulation de sentiments négatifs a entamé une grosse partie de votre capital énergie de la journée, ou du peu qu’il vous restait ce soir en rentrant. Vous n’avez plus assez de force pour faire face à cette nouvelle crise.
Vous ne voyez pas comment éviter ce genre de situations, vous n’avez pourtant pas l’impression de demander la Lune à votre ado.

Après avoir hurlé, comment votre ado se sent-il ?

Saviez-vous que votre ado ressentait au même instant les mêmes émotions que vous ? Curieusement, ces émotions n’ont pas forcément les mêmes sources que les vôtres. Votre ado a même droit à un bonus d’émotions négatives. Lisez ce qui suit …

Pourquoi votre ado ressent-il de la colère ?

Votre ado ressent de la colère tout simplement parce que vous lui avez « crié dessus ».

Pourquoi votre ado ressent-il de l’exaspération ?

Votre ado est exaspéré car il a l’impression de ne pas pouvoir « en placer une » sans que vous vous énerviez.

Pourquoi votre ado ressent-il du dépit ?

Votre ado aimerait bien que vous cessiez de lui « prendre la tête » pour tout et pour rien. Cela le fatigue.

Pourquoi votre ado ressent-il du découragement ?

photo : Split Shire

La situation se répète inlassablement. Votre ado a l’impression que cela ne changera jamais.
Comme annoncé précédemment, votre ado ressent,  en bonus, de l’incompréhension.

 

 

Pourquoi votre ado ressent-il de l’incompréhension ?

Votre ado ne comprend pas que cela soit si grave de ne pas avoir sorti ses affaires de piscine de son sac, ou qu’il ait oublié de ranger son bol dans le lave-vaisselle.

Voulez-vous continuer à vivre dans cette atmosphère de cris ?

C’est clair, la réponse est NON. Voici des pistes pour changer la donne.

Comprenez l’origine de vos cris : première étape pour changer la donne dans votre relation parent-enfant

De nombreuses raisons peuvent vous amener à crier. En voici quelques unes, parmi les plus courantes …

Vous êtes stressé

Qui ne l’est pas ? C’est notre lot quotidien.

Vous pensez que votre enfant se moque de vous

Vous lui avez répété les consignes, encore et encore. S’il ne les pas suivies, vous pensez que c’est parce qu’il ne veut pas vous obéir.

Vous vous projetez dans l’avenir ou dans le passé et cela vous angoisse

La semaine prochaine, vous devez vous absenter plusieurs jours pour votre travail, et vous allez retrouver la maison sens dessus dessous, comme la dernière fois.

Vous avez eu une mauvaise journée

Vous avez contenue votre tension toute la journée face à des clients versatiles, ou face à un patron en désaccord avec vos méthodes. Vous aimeriez trouver un peu de réconfort dans votre « home sweet home ».

Vous avez eu une excellente journée et votre ado tente de vous la gâcher

Vous avez résolu de nombreux problèmes aujourd’hui, et vous sentez boosté. Tout a été conforme à vos attentes, et il faudrait que cela continue à la maison.

Vous réagissez comme s’il y avait un danger grave et imminent

Comme il n’a pas encore pris sa douche, cela bouleverse votre planning. Donc vous ne pourrez pas faire ce qui était prévu ce week-end. Cela va mettre en péril votre vie 😉 .

Mettez-vous à la place de votre ado : deuxième étape pour changer la donne dans votre relation parent-enfant

Votre ado a eu une mauvaise journée

Photo : Ryan Mc Guire

Votre ado a eu une mauvaise journée, et il n’arrive pas à vous en parler. Son ami Adrien a décidé de ne plus lui adresser la parole. En plus, ses parents sont énervés alors qu’il pense n’avoir rien fait de mal (ou de grave en tous cas).

Votre ado a eu une journée géniale

Euh, non, ça c’est de la science fiction.
Un événement important pour votre ado a eu lieu dans la journée : il a reçu une invitation pour le week-end prochain, pour une fête chez RomainIl veut vous en parler, mais vous l’engueulez parce ses chaussures ne sont pas rangées. Votre ado se sent frustré de ne pas pouvoir partager ce qui est important pour lui avec ses parents.

Votre ado ne comprend pas que vous vous énerviez

Votre enfant ne comprend pas pourquoi ses parents s’énervent tout le temps, quoi qu’il fasse, ou qu’il ne fasse pas.

Votre ado en a marre des cris

Vous criez tout le temps (enfin, c’est ce qu’il pense, moi, je ne sais  pas)Vous lui cassez les oreilles, et il s’en fiche que le lave-vaisselle ne soit pas vidé, alors qu’il est rentré depuis deux heures et qu’il aurait pu le faire.

Stoppez les cris progressivement : troisième étape pour changer la donne dans votre relation parent-enfant

Identifier les situations délicates : mon astuce

Crier, cela est utile pour prévenir d’une danger imminent : « Pousse-toi ! Le vase en cristal de Mamie est en train de tomber ! »
J’ai donc décidé de ne plus utiliser les cris comme mode permanent de communication. Pour me soutenir, j’ai créé une affiche, que j’ai mise à disposition de mes ados, en l’accrochant sur le mur de la cuisine. Cette affiche se trouve à un endroit stratégique pour toute la famille : à côté du frigidaire.

cris-exageresLe titre de l’affiche est : « JE TROUVE EXAGÉRÉ QUAND MAMAN OU PAPA CRIE(NT) POUR : »

Au début, j’ai été surprise de leurs annotations.
Grâce à ce tableau, j’ai pu identifier les situations pour lesquelles, selon mes ados, les cris n’apportaient rien.

Aje-donne-mon-avisprès tout, je leur avais donné la parole. Et j’étais plutôt d’accord avec leurs remarques.
Le Slogan en bas de page est : « JE DONNE MON AVIS »

 

Focalisez votre attention sur une ou deux situations délicates

Vous pouvez y aller progressivement. Engagez-vous par exemple auprès de votre ado, à ne plus crier pour une situation donnée, pour les trois jours à venir. Un exemple : « ne plus crier quand il ne débarrasse pas la table assez rapidement ».
Votre ado notera votre changement d’attitude, et sera plus enclin à faire des efforts pour prendre en compte vos besoins de parents.
Quand vos réactions sur cette situation délicate se seront améliorées, mobilisez vos efforts sur une autre situation de la liste, pour les trois jours suivants.
Et ainsi de suite.

Mettez l’accent sur vos victoires de parents

Parlez avec enthousiasme avec votre ado, de votre satisfaction d’avoir surmonté vos émotions négatives menant aux cris.
« Hey ! Je ne crie plus sur cinq situations que tu as décrites, je suis trop contente ! »

Acceptez les remarques de vos enfants avec humour

Photo : Ryan McGuire

Un peu d’auto-dérision ne fait pas de mal.
Il m’est en effet arrivé de crier, car mon ado ne m’aidait pas à monter les courses du garage, et à les ranger. Mais il prenait sa douche à ce moment-là 😉 .

 

 

Pour la petite histoire, la réaction de mes ados

Découverte de l’affiche « Maman et Papa crient »

Quand mon ado de onze ans a découvert l’affiche dans la cuisine :
– C’est toi qui a fait ça ?
– Non, c’est le père Noël.
– Pourquoi l’as-tu mise dans la cuisine ?
– Je l’ai mise dans la cuisine pour que nous puissions tous les quatre y accéder facilement, tout en restant discrets.
– Où as-tu trouvé ces fleurs et ces lettres ?
– Dans des magazines.
– Je n’ai pas d’idées.
– Cette affiche est à ta disposition. Tu peux écrire tes idées quand tu en as, si tu en as envie.

Mon ado met son grain de sel

Quand il a découvert le tableau, mon ado de treize ans y a placé des tirets :
– Il n’y en a que huit. On mettra des colonnes, ça va dépasser.
– S’il n’y a plus de place, j’ajouterai des feuilles blanches.
– Tu ne vas pas recommencer la feuille à chaque fois.
– C’est effectivement inutile.

Un trait d’humour entre parents et enfants

L’un des deux frangins m’a demandé d’accrocher une autre affiche, sur laquelle il pourrait écrire ce qui l’énerve chez son frère. Je lui ai demandé de s’en charger et de l’afficher, ce à quoi il m’a répondu nonchalamment : « Finalement, non. Il y aurait trop à écrire ».

Les remarques écrites par mes ados sur leurs parents

tableau-stop-aux-cris

JE TROUVE EXAGÉRÉ QUAND MAMAN OU PAPA CRIE(NT) POUR :
– Quand je ne fais pas bien quelque chose ou que je fais l’inverse si j’ai mal entendu.
– Quand je m’appuie sur l’étagère de la cuisine.
– Quand Maman me demande un truc et que je lui demande « Pourquoi ? ».
– Quand je demande « Est-ce qu’on peut passer à table ? ».
– Quand je critique « Un dîner presque parfait » ou quand je fais des commentaires devant la télévision.
– Parce qu’on joue tranquillement.
– Quand je demande s’il reste des « burritos ».
– Quand on n’a pas encore débarrassé la table.
– Quand je suis censé ranger les courses alors que je suis en train de me doucher.
– Quand on ne s’essuie « pas assez bien » les mains.

Et vous, allez-vous accrocher une affiche « Stop aux cris » sur le mur de votre cuisine ?

Libre à vous de laisser dans les commentaires, des pistes sur lesquelles « travailler » pour éviter les cris entre parents et enfants 😉 .
Merci pour votre participation !

 

Crédits photos : Carole Yvel, Ryan McGuire, Benjamin Child, SplitShire

Partages

Pin It on Pinterest

Partages
%d blogueurs aiment cette page :