Comme le dit Jacques Salomé, qui cite sa grand-mère :

«  Sois heureux et offre ton bonheur aux autres » .

Je m’appelle Carole. A l’heure où je lance ce blog, j’ai 46 ans, et deux enfants au début de l’adolescence, et je me lance un défi pour mes ados.

Mon adolescence

Ado, je rêvais d’inventer des objets pour améliorer le quotidien des gens. J’aimais le piano, que je pratiquais deux heures par jour, mais j’aimais par dessus tout les sciences, qui me permettaient de comprendre « Comment ça marche ? » .
J’ai donc choisi le métier d’Ingénieur, même si devenir pianiste me tentait aussi. Pendant mon cursus, je me suis prise de passion pour la photographie et pour l’écriture, mais bon, j’étais déjà engagée sur la voie dite « royale » , alors j’ai mis de côté ces désirs artistiques.

Jeune adulte, fin d’adolescence – petite trentaine

Ayant « réussi dans mes études » , mes objectifs dans la vie étaient d’être embauchée dans un grand groupe industriel, de rencontrer l’âme soeur, et d’avoir des enfants.
Résultat : Bingo !
Pour compléter mes aspirations à être « Wonder Woman » ,car « elle ne craint rien ni personne » , il me fallait aussi montrer à ma hiérarchie à quel point j’étais performante …
Résultat : Sévère Burn-out !

Changement de cap avant quarante ans

Ma santé physique et mon équilibre psychologique avaient été mis à rude épreuve.
Ce burn-out, épuisement physique et moral, m’a alors permis de me recentrer sur mes essentiels, à savoir mon compagnon et nos deux enfants, âgés à l’époque de quatre et six ans. Quelques mois plus tard, j’ai repris mon activité professionnelle, que j’aimais malgré tout.
Cependant, je veillais à ne plus me laisser déborder par ma charge de travail, mais surtout, je me suis réinvestie dans mes passions :

  • la photographie,
  • la musique : piano, chant, violon,
  • la psychologie : oui, encore le fameux « comprendre » .

Seule l’écriture n’arrivait pas à émerger, c’était pourtant un besoin majeur pour moi !
Les enfants grandissaient en bonne santé et travaillaient bien à l’école. Mes difficultés au travail n’empiétaient plus sur ma vie de famille. Mon compagnon, après un deuxième licenciement économique, avait monté son auto-entreprise … Calme relatif avant avis de tempête !

Adolescence, te (re)voilà

Phase 1 : la galère

Puis l’entrée en adolescence de notre fils aîné …
A douze ans, des tensions, des colères, de la déprime, un début de phobie scolaire, et j’en passe. Je redoutais les moments passés ensemble à la maison.

Phase 2 : la prise en main de notre avenir

A la fin d’une année scolaire assez chaotique, les enfants sont partis quelques jours chez leurs grands-parents. En leur absence, nous avons pu réfléchir sans tensions. A leur retour, nous leur avons annoncé que « les journées à se prendre la tête, c’était terminé, c’était derrière nous, et que maintenant, nous passions à autre chose » .
C’était pour mon compagnon et moi une telle évidence. Nous l’avons exprimé sans colère, je crois que nos enfants ont immédiatement compris que nous devions tous faire des efforts et des concessions les uns envers les autres, car « la vie » , ce n’était pas ce que nous avions vécu ces derniers mois.
Je m’intéressais déjà depuis quelques temps à la « parentalité bienveillante » . Je m’étais rendue compte que mon compagnon et moi avions appliqué intuitivement ses principes de respect des émotions de nos enfants, et de fermeté. Mais il nous fallait à présent affronter de nouvelles situations délicates avec cette « entrée en adolescence » . En effet, il y avait encore un long chemin à parcourir !
Mon engagement en tant que Maman consistait à comprendre ce dont ils avaient le plus besoin, à cesser d’interpréter à tort leurs actes et leurs réactions, en dialoguant avec eux, en procédant à une introspection approfondie, et en me rapprochant des experts en relations parents-enfants, qui avaient déjà trouvé des solutions.

Phase 3 : mon blog Adolescence Positive

J’ai donc décidé que le sujet du blog que je voulais lancer depuis longtemps (oui, l’écriture, ce fameux besoin majeur !), serait les relations entre parents et adolescents, selon les principes de la parentalité bienveillante et de la psychologie positive.
La parentalité bienveillante est une approche respectueuse de l’éducation, visant à aider l’enfant dans son développement et à l’accompagner dans son épanouissement.
La psychologie positive, qui est définie comme « l’étude des comportements des personnalités et des organisations qui marchent » , vise à préparer l’individu pour faire face aux événements qui jalonneront sa vie.
Le blog « Adolescence Positive » était enfin né.

Mon défi pour le blog Adolescence positive

Pour mon blog « Adolescence Positive » , je me suis lancé le défi suivant :
Publier un article par semaine pendant un an, traitant d’une situation particulière de tensions entre parents et adolescents, et des possibilités de dénouement, dans le sens « défaire les noeuds » , dénouer les tensions.

Pour cela, je compte m’appuyer sur :

  • les quelques dizaines d’ouvrages traitant du sujet que j’ai déjà achetés ou que je vais acquérir,
  • les documentations d’experts disponibles sur le Web,
  • les rencontres que je souhaite initier avec les professionnels de ce secteur,
  • des outils que je vous dévoilerai au fil de mes publications,
  • mon expérience personnelle quotidienne en tant que mère d’adolescents et en tant qu’ex-ado. Oui, j’ai été jeune moi aussi !

A qui s’adresse le blog « Adolescence positive » ?

  • aux parents qui souhaitent passer plus de moments heureux en famille, et être fiers de leurs progrès dans leurs relations parents-ado,
  • aux ados et à leurs familles : les guider vers leur autonomie et vers leur propre identité, même si cela est difficile. Leur donner un maximum d’atouts pour qu’ils soient capables de gérer tous les types de situations dans leur vie d’adulte en devenir.

 Si je trouve des solutions viables pour gérer les tensions liées à l’adolescence, il n’y a aucune raison de ne pas les partager avec d’autres parents.

A très bientôt,

Partages

Pin It on Pinterest

Partages
%d blogueurs aiment cette page :