fbpx

Le comportement alimentaire de votre ado

Vous pensez que votre ado mange n’importe quoi n’importe quand ?
Mais que voulez-vous dire par là ?
Je vous dresse l’indispensable état des lieux de son comportement alimentaire, avant de vous proposer trois solutions à la fin de cet article.

Le petit-déjeuner d’un ado

pain-cerealesAu début du Collège, votre ado a conservé ses bonnes habitudes prises à l’école primaire : prendre un solide petit-déjeuner avant de partir.
Mais au Lycée ….
Si j’avais gagné 10 Francs chaque fois que ma mère m’a dit « Il ne faut pas partir le ventre vide », j’aurai pu m’acheter une montre Rollex à dix-huit ans, même si je n’en avais aucune envie 😉

Le lycéen quitte souvent son domicile « le ventre vide ».
Dormir dix minutes supplémentaires lui parait plus important que le petit-déjeuner.

Le repas de midi d’un ado

Au 21e siècle, la plupart des enfants, dès l’école maternelle, ne déjeunent pas chez eux.
Fille d’institutrice, j’ai eu la chance de pouvoir rentrer chez moi « entre midi et deux » jusqu’à la fin du Collège. Il y avait à l’époque deux heures de pause pour les élèves, tout comme pour les enseignants.

Mais ça, c’était « avant », dans les années 1980
En effet, selon l’étude ICAR2 menée par l’ANSES  (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail) :

  • 63% des enfants scolarisés en écoles maternelle et primaire déjeunent au restaurant scolaire au moins une fois par semaine, contre 69% des collégiens et lycéens,
  • 50% des enfants scolarisés en écoles maternelle et primaire déjeunent au restaurant scolaire au moins trois fois par semaine, contre 64% des collégiens et lycéens.

Les contraintes induites par la restauration scolaire en self-service

  • cantine-chaisesIntercours de seulement  1h30.
  • Attente parfois importante pour accéder au service (incluant des bousculades).
  • Salle de restauration bruyante (avez-vous déjà entendu des adolescents en collectivité manger en silence ?).
  • Nécessité de manger à toute vitesse pour ne pas arriver en retard au premier cours de l’après-midi.
  • Qualité gustative souvent médiocre, et quantités parfois insuffisantes, surtout pour les garçons. En 2009, 77% des collégiens ne sont pas satisfaits de leur restauration scolaire.

Le goûter d’un ado

sucette-chocolatLes ados ne terminent pas leur journée à heure fixe au cours de la semaine : le lundi à 15h30, le mardi à 17h30, le jeudi à 16h30
Ils rentrent chez eux, plus ou moins affamés. Rappelons-nous que souvent, ils n’ont pas pris de petit-déjeuner, et qu’à la cantine, il ne restait que des choux de Bruxelles.
Ils se requinquent avec un goûter ayant pour thème « Mes aliments préférés ».

Le repas du soir en famille

Les journées des parents sont ce qu’elles sont (travail, temps de trajet, imprévus, rendez-vous, etc.). A moins d’avoir préparé la veille, comme Bree Van de Kampf, entre 21h30 et 23h00, un « Osso bucco », personne n’est à table avant 20h00.
A 20h, tout le monde est passablement éreinté et agacé.
Si votre ado, à 18h30, a fait main basse sur le pot de pâte à tartiner aux noisettes, il n’entendra le fameux « A table !!! » qu’à votre troisième tentative.

Mon ado mange n’importe quoi, état des lieux

La restauration scolaire

chef-restaurantMême si les nouvelles réglementations (circulaire ministérielle publiée le 28 juin 2001 précisant les recommandations en matière de nutrition et de sécurité alimentaire en restauration scolaire) ont amené de grands progrès dans les assiettes de nos enfants, l’ensemble reste à leur avis de qualité médiocre.
Il est en effet compliqué de conjuguer grandes quantités et qualités gustatives d’un chef étoilé du guide Michelin ou du guide Gault et Millau.

L’alimentation dite industrielle

Le manque de temps (les deux parents travaillent, famille monoparentale, temps de transport important dans les grandes agglomérations), incite à consommer du « prêt-à-manger ».
Inutile de gaspiller votre énergie à culpabiliser de ne pas concocter tous les soirs un « repas équilibré » à base d’aliments sains ! Il est très difficile de lutter contre les solutions clé-en-main liées à l’alimentation industrielle.

Sucres et féculents Contre Légumes et alimentation saine

Vos ados sont friands de sucres et de féculents, et ont tendance à dédaigner les légumes et les aliments sains . Si l’un aime les épinards, l’autre n’en accepte qu’une minuscule portion dans son assiette.

C’est bien beau tout ça, mais quelles sont les solutions possibles pour des repas sains ?

Proposition n°1 : en tant que parent, continuez à offrir des repères à votre enfant

L’éventail des goûts de votre ado se rétrécit à vue d’oeil. Cela ne le dérangerait pas de manger une pizza et des chips tous les soirs. Mais tenez bon !

Montrez à votre ado que les recommandations nutritionnelles sont compatibles avec ce qu’il aime

Votre ado veut une pizza ? D’accord,  mais accompagnée d’une salade de tomates et brocolis.

frasies-poivrons

  • Mettez les fruits bien en vue. Votre ado n’aime que les mandarines, les oranges et les melons ? Une salade de fruits frais, ou une compote « maison » pommes-poires peuvent faire l’affaire.
  • Utilisez ses aliments préférés dans de nouvelles recettes.
  • Éveillez ses papilles, en lui proposant des épices inhabituelles : massalé, coriandre, ras el hanout, curcuma, safran, etc.

 

 Donnez l’exemple à vos enfants

  • epices-marcheÉvitez le grignotage entre les repas.
  • Tentez de nouvelles recettes pour tester si cela vous plait, même si « a priori vous n’aimez pas » .
  • Reconnaissez vos mauvaises habitudes alimentaires, en lui demandant de ne pas les adopter. Avouez-lui que vous révisiez votre baccalauréat avec sur votre bureau, un pot de 750 grammes de pâte à tartiner aux noisettes. Durée de vie du pot : deux jours.
  • Prenez le temps de changer peu à peu ce que vous mangez et comment vous le mangez, en recherchant le plaisir autant que le respect des recommandations nutritionnelles.

Soyez ferme, mais pas rigide

  • L’équilibre alimentaire de votre ado peut se faire sur plusieurs jours, voire sur la semaine.
  • Soyez attentif aux préférences de votre enfant, tout en lui proposant de goûter à tout. S’il préfère les brocolis aux choux-fleurs, pas de problème !
  • Donnez à votre ado la liberté de s’auto-gérer, car c’est ce qu’il devra faire à l’âge adulte !
    • Aidez votre ado à prendre conscience de ce qu’il mange, sans le culpabiliser et sans lui imposer de restrictions draconiennes, quitte à en débattre avec lui.
    • Dédramatisez les excès de votre enfant, qui peuvent être passagers suite à une situation stressante. Inquiétez-vous seulement si la situation perdure.
  • Si vous le pouvez, proposez à votre ado un repas équilibré très tôt dans la soirée, en remplacement d’un goûter tardif et copieux.

Proposition n°2 : considérez le repas comme un temps de plaisir partagé en famille et de ressourcement

Le moment du repas du soir ne doit plus être une bagarre : «  Si tu ne t’étais pas jeté sur le paquet de gâteau à 19h00, tu aurais faim pour le gratin de courgettes !  »  .
Essayez une nouvelle organisation le week-end, quand tout le monde est plus disponible.

optimisme-sourireFaites des compromis

  • Votre ado n’aime pas beaucoup de fruits et dit qu’il n’a plus faim ? D’accord, le repas ne doit pas forcément s’achever sur un dessert sucré.
  • Votre ado aime écrire la liste des courses, son frère ainé est plus enclin à vous aider pour la préparation des repas : respectez leurs préférences.

 

 Cuisinez des aliments simples

  • Appréciez ce temps comme un moment de détente entre parents et enfants.
  • Invitez vos ados à venir échanger avec vous.
  • A table, bannissez les écrans et autres sources de distraction.

Proposition n°3 : différenciez vos Besoins de vos Valeurs

Vos valeurs en matière d’alimentation, exposées dans les paragraphes ci-dessus, doivent être distinguées de vos besoins en tant que parents.

Clarifiez vos besoins

  • Vous souhaitez limiter les tentations en faisant une liste des courses et en vous y tenant.
  • Vous voudriez que vos ados vous aident à faire les courses.
  • Vous voudriez que vos ados vous aident à sortir les courses de la voiture, et à les ranger.
  • Vous voudriez que vos enfants vous aident à préparer le repas de temps en temps.

Si vous êtes arrivés à la fin de cet article, vous avez la volonté d’aider votre ado à apprendre à gérer son alimentation de manière saine.
Je vous invite à poster dans les commentaires ci-dessous, la proposition qui vous inspire le plus, ou à partager une autre action que vous avez mise en place 🙂

Sources utilisées pour rédiger cet article :

Résoudre les conflits avec vos ados : 50 façons de restaurer le dialogue (Broché)


By (author):  Véronique GUÉRIN

Neuf: EUR 9,90 En stock
Used from: EUR 9,90 En stock
buy now

Crédits photos : Ali Inay, Deborah Breen Whiting, PublicDomainPictures, Hans Braxmeier, Michael Browning, Logga Wiggler, Kathryn Rozier.

Partages

Pin It on Pinterest

Partages