fbpx

L’adolescence, souvenons-nous-en, n’est pas la période la plus simple de l’existence. Et chacun de nous fait ou a fait face comme il le pouvait aux changements qu’elle engendre. Car tout est question de changements durant cette période.
Les transformations que génère la puberté, qui peut aussi bien débuter dès l’âge de 12 ans que rester latente jusqu’à 17 ans, sont autant physiques et directement visibles, que silencieuses, comme ces bouleversements hormonaux, plus ou moins intenses, auxquels nos ados doivent faire face, sans avoir la moindre idée de ce qui leur arrive.
L’apparition de la sexualisation, de la pilosité, surviennent souvent rapidement, et provoquent parfois une grande confusion.

Cet article est rédigé par Axel Kengne, de l’agence digitale Mavens.

Quelles sont les raisons sous-jacentes ?

C’est l’incertitude et le sentiment d’étrangeté face à un corps qu’ils ne comprennent plus et ne maîtrisent pas, qui entraînent certains jeunes à se négliger, et à délaisser leurs anciennes « routines » de propreté.
Car prendre soin de soi, se laver, se doucher, implique de se dénuder, et bien que cela puisse sembler aller de soi, la confrontation au corps n’est pas forcément naturelle chez nos ados.
Oublier ce corps peut parfois paraître une alternative bien confortable. D’autant que la fatigue générée par la croissance ne facilite pas les efforts à fournir pour s’investir dans l’hygiène, l’ordre, et la discipline.

Quelle approche adopter concernant l’hygiène ?

À cette phase charnière, durant laquelle l’identité, l’indépendance, et l’intégration sociale sont en pleine élaboration, l’adolescent est hautement vulnérable. Sa maturation peut passer par des étapes chaotiques, qui se traduisent parfois par une grande susceptibilité, ou même par une véritable attitude de rébellion.
Les recommandations peuvent leur paraître intrusives ou accusatrices. Et pourtant, même si l’anatomie évolue, les règles élémentaires de l’hygiène mises en place pendant l’enfance sont plutôt à adapter qu’à abandonner.
Rester bienveillant, expliquer, dissiper la confusion, sont des éléments clés vers la conquête de son physique d’adulte. Ils permettront de poser les bases d’une nouvelle perspective sur les gestes à adopter, et de restaurer un sentiment de confiance en soi et d’emprise sur la réalité.

Quelles solutions proposer ?

Cheveux gras, odeur corporelle, acné ou mauvaise haleine, tous ces grands maux ont en effet un point commun : le développement bactérien.
Lutter contre ce phénomène permettra donc à votre ado de comprendre les manifestations de son corps, et donc d’en contrôler les conséquences.

Ainsi, la sudation, qui peut devenir plus importante à l’adolescence sous l’effet des hormones, en elle-même, n’est pas source d’odeur. Ce sont les bactéries qui se développent à la surface de la peau, et celles qui prolifèrent sur nos vêtements, qui provoquent parfois des émanations nauséabondes.
Pour éviter cela, il convient de se doucher régulièrement, et de changer ses vêtements quotidiennement. L’utilisation d’un déodorant est également recommandée, pour éviter les situations embarrassantes. Laissez par exemple votre ado utiliser votre déodorant ou celui de votre conjoint pour se faire une idée …

Une bonne hygiène bucco-dentaire est, elle aussi, nécessaire pour préserver son sourire, et garder une haleine agréable.
À l’inverse, l’apparition de caries contribue aux mauvaises odeurs tout autant qu’elles gâtent les dents. (Retrouvez ici des infos pour les soulager.)
Adopter une routine beauté pour contrecarrer le développement de l’acné, se démaquiller avant le coucher, se laver régulièrement les mains et se tourner vers une alimentation saine plutôt que vers les sucreries, sont autant de réflexes que votre ado devra acquérir : ils seront tout aussi importants que de disposer des bons produits et des bons outils.
C’est de cette manière que l’on reprend contact avec soi, et que l’on établit les fondations d’un bon développement.

Ne vous inquiétez pas, cette phase de relâchement est généralement temporaire. Dès que votre ado éprouvera le besoin de se sentir attractif, voire séduisant, il ne manquera pas de retrouver de l’énergie pour (re)trouver ses bons réflexes.

Quand consulter ?

Si ce stade développemental persiste, restez néanmoins vigilants. L’ado entretient naturellement un rapport compliqué avec son corps, mais si cette nonchalance vis-à-vis de l’hygiène s’accompagne d’un repli sur soi, d’un désintérêt personnel ou social, ils peuvent être les véritables signaux d’un problème plus profond, physique ou psychologique. Qu’il s’agisse de soulager une carie ou un mal-être plus diffus, il convient de consulter rapidement un professionnel, et de déclencher une prise en charge adaptée. En plus de votre soutien parental quotidien, le spécialiste saura apporter son expérience et son expertise, pour aider votre ado à entamer cette nouvelle phase de sa vie dans les meilleures conditions.

Crédits photographiques : Michal Jarmoluk

Et toi, comment gère-tu l’hygiène avec tes ados. N’hésite pas à témoigner dans les commentaires !

Partages

Pin It on Pinterest

Partages