fbpx
Aujourd’hui, j’accueille Leila Ancelin, professeure de sciences, également à l’initiative de la création d’un groupe de parents d’adolescents, pour des conseils scolaires pendant le confinement, mais pas que …
Avec son accord, je te donne ici le post que Leila a écrit sur la  MOTIVATION … n’hésite pas à aller plus loin si tu le souhaites en visitant son groupe.
Ce qui bloque la motivation c’est :
  • Le manque de confiance en soi.
  • L’absence d’objectif bien défini.
  • Des méthodes de travail inefficaces.
  • L’absence de plaisir.
Pour pallier à cela :
conseils scolaires et motivation

Votre ado doit poursuivre ses rêves

L’envie de faire ce que nous faisons, au service de quelque chose qui nous dépasse, et l’aspiration à se dépasser sur quelque chose qui compte, sont des éléments clés de la motivation.
Vous pouvez créer une échelle de rêve avec votre enfant pour les catégoriser :
  • Ses rêves terre : faciles à réaliser et immédiatement.
  • Ses rêves montagnes : difficiles mais réalisables.
  • Ses rêves ciel : irréalisables ou presque.

Se faire plaisir

Vous pouvez aussi stimuler le plaisir d’apprendre en variant ses manières de travailler :
  • Changer d’endroit.
  • Imaginer des jeux.
  • Travailler en créant des cartes mentales, des Sketchnotes et des Lap Books.
  • Inventer des histoires avec des personnages historiques.
  • Lire la biographie de certains mathématiciens ou autres savants,
  • Voir les problèmes de maths comme des énigmes à résoudre ou des enquêtes policières …

Se faire confiance

Votre enfant doit se faire confiance en se donnant le droit à l’erreur. Cela peut passer par plusieurs points :
  • Penser à la manière dont on a appris à marcher : on a essayé une première fois, on est tombé, on a réessayé et on est encore tombé, sans jamais se dire “Ce n’est pas pour moi la marche, je n’y arriverai jamais, j’ai la flemme”.
  • Être bienveillant envers soi-même, avec des affirmations positives à se répéter : “ J’essaie toujours de faire de mon mieux, parfois j’y arrive, parfois je n’y arrive pas tout de suite, mais j’y arriverai plus tard”, “Je ne perds jamais : soit je gagne, soit j’apprends”, “Je peux apprendre à tout âge”.
  • Adopter l’esprit de croissance : “Je n’y arrive pas encore“, “Je suis en développement tout au long de ma vie”.
  • S’inspirer de personnes célèbres dont les erreurs ont constitué les points de départ de leurs réussites : l’inventeur de la bêtise de Cambrai, l’inventeur du Carambar, Thomas Edison …
La confiance en soi est un cercle vertueux : plus on réussit, plus on gagne en confiance en soi, plus on a envie de persévérer, plus on réussit …

Prendre conscience de ses forces

Discuter et répertorier les points forts et les points faibles de votre enfant, et mettre en avant ses atouts pour l’encourager.
Cela doit être fait ensemble dans la bienveillance.

Définir des objectifs

Il est nécessaire d’avoir un objectif, un but à atteindre, un rêve à réaliser, pour avoir la motivation de travailler. Plus on a des détails en tête sur ce qu’on veut atteindre, plus on a de chances de l’atteindre car l’inconscient a une direction vers laquelle tendre.
Pour être efficace, il est nécessaire que l’objectif recouvre plusieurs facettes :
  • précis : Dans quel contexte ? Quand ? Avec qui ? Où ? Quoi ? Comment ?
  • atteignable : réalisable matériellement ou intellectuellement.
  • évaluable avec des indicateurs : Comment savoir que l’objectif est atteint ? Quelles seront les sensations éprouvées ?
  • dépendant de l’action personnelle et pas de celle des autres : Qu’est-ce que JE peux entreprendre ?
  • bon pour soi : Pourquoi la réalisation de l’objectif est importante pour moi, à un niveau existentiel, voire spirituel ?
Sur ce point, vous pouvez l’aider. Ensemble, vous pouvez vous fixez des objectifs pendant le confinement.
Crédits photographiques : Composita, Leila Ancelin.
Partages

Pin It on Pinterest

Partages